Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Mars Films achève sa restructuration avec du contenu Vivendi

Mars Films, la société de distribution basée à Paris qui a sorti les lauréats des Oscars “12 Years a Slave” et “Moonlight”, a finalisé son plan de restructuration avec l’actionnaire minoritaire Vivendi Content, une division d’Universal Music Group et société mère de Canal Group Plus Grouper.

Fondée par Stéphane Celierier et Valérie Garcia en 2007, l’entreprise autrefois florissante est en processus de restructuration financière et de surveillance depuis août 2019.

Vivendi, qui a acquis 30 % des actions de la société en 2015, va convertir sa dette de 11,2 millions d’euros (13 millions de dollars) en fonds propres et acquérir la bibliothèque de Mars Films de plus de 200 titres, tous droits en France.

Le catalogue de Mars comprend des coproductions françaises à succès telles que La Famille Bélier, le remake de la comédie française populaire de “CODA”, “Two is a Family” avec Omar Sy et “Le jeu” de Fred Cavay; et des jeux indépendants primés tels que Steve McQueen “12 Years a Slave”, Barry Jenkins “Moonlight”, Asif Kapadia “Amy”, Margot Robbie vedette “I, Tonya”, Matt Ross “Captain Fantastic” et Harmonie Korine “Spring Breakers ” Loving ” de Jeff Nichols et Woody Allen de ” Midnight in Paris ” à ” Magic in the Moonlight ” et ” Blue Jasmine “.

La bibliothèque Mars Films comprend également des films d’auteurs français célèbres tels que François Ozon, dit “Potiche” et “Par la grâce de Dieu”.

L’intégralité de la bibliothèque sera désormais exploitée par Studiocanal, enseigne de cinéma et de télévision appartenant au Groupe Canal Plus, diverse Apprendre. Studiocanal possède déjà l’une des plus grandes bibliothèques de films au monde avec plus de 6000 titres provenant de 60 pays.

READ  Le festival local reprend après avoir été reporté en raison d'une pandémie - The Daily Evergreen

Vivendi versera au total 17,3 millions d’euros (20,3 millions de dollars) pour acquérir Mars Films, dont la dette envers le fonds d’investissement VisVires et 11,6 millions d’euros (13,5 millions de dollars) à Natixis Coficiné, un financier spécialisé dans le prêt média. et les industries des loisirs. Dans le cadre du plan de restructuration, 11 salariés de Mars Films ont été licenciés.

La décision indique que Mars Films se concentrera désormais sur la distribution des titres de sa bibliothèque et limitera le nombre de nouveaux films sortis. Les dettes de Mars Films étaient de l’ordre de 60 millions d’euros (70 millions de dollars) et Vivendi a pu conclure des accords avec des créanciers garantis et chirographaires au cas par cas, avec des remboursements allant de 15 % à 30 % de la dette.

appelle le diverseLe co-fondateur Celerier et Vivendi a refusé de commenter. La publication spécialisée française Le Film Français a d’abord rendu compte de la décision du tribunal.

Celerier devrait continuer à travailler en tant que producteur et cherchera à produire davantage de films de haut niveau et attrayants pour le public tels que “La Famille Bélier” et “Two is a Family”, qu’il a coproduit en mars.

Une source proche de Mars Films a déclaré que la décision était la meilleure issue possible pour la société. Bien que Banner ne soit pas censé fonctionner comme une entité de distribution autonome à partir de maintenant, sa bibliothèque sera représentée par une équipe de vente de premier plan chez Studiocanal.

Plusieurs enchérisseurs avaient encerclé Mars Films au cours des deux dernières années, notamment AIM (Artistes Intermédiaire Multimédia) avec St James’s Financial, la société de distribution italienne de Tarek Ben Ammar Eagle Pictures et les médias français qui possèdent Hildegard (qui possède Le Film Français). . Cependant, aucune des offres n’a reçu le feu vert du tribunal.

READ  Caitlin Bristow met fin à sa critique de son look « différent » avec une réponse rafraîchissante et honnête

La sortie de Mars Films de l’activité de distribution en salles a été une perte majeure pour les prestigieux films algériens américains et français à budget moyen financés en dehors des collections verticalement intégrées (Studiocanal, TF1, SND, Pathé et Gaumont). Jusqu’à présent, aucune autre société française n’a été en mesure de combler le vide laissé par Mars Films en tant que fournisseur majeur de films indépendants américains.