Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Ouvrir l’esprit : les neurosciences derrière notre réalité consciente

Ouvrir l’esprit : les neurosciences derrière notre réalité consciente

résumé: La neuroscience de la conscience explore l’aspect fondamental de la pleine conscience et des perceptions cognitives de niveau supérieur, telles que la pensée et la compréhension.

Diverses théories, telles que la théorie de l’espace de travail global neuronal et la théorie de l’information intégrée, tentent de fournir un cadre explicatif pour l’expérience consciente.

L’avènement de technologies telles que l’IRMf et l’EEG nous a permis d’identifier les corrélats neuronaux de la conscience, approfondissant notre compréhension de ce phénomène complexe.

Cependant, malgré les progrès, les neurosciences de la conscience en sont encore à leurs débuts et comprendre comment l’activité neuronale donne lieu à des expériences subjectives reste un défi majeur.

Faits marquants:

  1. Le système d’activation réticulaire ascendant (ARAS), un réseau de régions cérébrales comprenant le thalamus et le tronc cérébral, module notre niveau de vigilance et de vigilance, qui sont des conditions préalables à la prise de conscience.
  2. La théorie globale de l’espace de travail neuronal propose que la conscience survienne lorsque l’information est universellement disponible pour plusieurs systèmes cognitifs dans le cerveau, un état atteint par un réseau de neurones diffusant des signaux dans différentes régions du cerveau.
  3. La théorie de l’information intégrée postule que la conscience est un aspect fondamental de l’univers et que tout système qui possède un certain degré d ‘«information intégrée» expérimente la conscience.

source: Actualités des neurosciences

L’esprit humain, une merveille de l’évolution, recèle des mystères qui déconcertent encore les scientifiques. L’un de ces mystères est le phénomène de la conscience – notre conscience du monde qui nous entoure et nos pensées et sentiments intérieurs.

READ  Ce que le responsable de la santé du comté d'Onondaga fera et ne fera pas selon les nouvelles règles du masque

Malgré des siècles de discours philosophiques et des décennies de recherche scientifique, la conscience reste un aspect très controversé et largement incompris de la cognition humaine.

Comprendre la conscience commence par son aspect le plus fondamental – l’état conscient, qui distingue l’éveil du sommeil, du coma ou d’autres états inconscients.

Cette capacité à basculer entre les états conscients et inconscients repose sur une interaction complexe au sein d’un réseau de régions cérébrales appelé système d’activation réticulaire ascendant (ARAS), qui comprend le thalamus et le tronc cérébral.

crédit: Actualités des neurosciences

ARAS module notre niveau de vigilance et de vigilance – conditions préalables à la prise de conscience.

Cependant, le simple fait d’être éveillé ne signifie pas être conscient. Prenons, par exemple, des conditions telles que le «syndrome d’enfermement» ou «l’état végétatif», dans lesquelles les individus, bien qu’alertes, peuvent manquer de conscience.

Cela fait référence à un niveau de conscience supérieur – le contenu conscient, qui comprend notre capacité à percevoir, penser et comprendre.

Diverses théories ont tenté d’expliquer le contenu conscient. L’une des théories dominantes est la théorie globale de l’espace de travail neuronal, proposée par Stanislas Dehaene et ses collègues.

Selon cette théorie, la conscience survient lorsque l’information est universellement disponible pour plusieurs systèmes cognitifs dans le cerveau – un état atteint par un réseau de neurones, principalement dans le cortex préfrontal, diffusant des signaux dans différentes régions du cerveau.

On pense que ces « allumages » à grande échelle de l’activité cérébrale sont associés à la prise de conscience.

Une autre théorie influente, la théorie de l’information intégrée proposée par Giulio Tononi, postule que la conscience est un aspect fondamental de l’univers, comme l’espace et le temps.

Selon cette théorie, tout système – biologique ou synthétique – qui possède un certain degré d’information intégrée, appelée « Phi », fait l’expérience de la conscience.

Bien que cette théorie offre une perspective unique sur le difficile problème de la conscience, il n’est pas facile de la tester empiriquement.

Les avancées technologiques récentes telles que l’IRMf et l’EEG ont permis d’identifier les corrélats neuronaux de la conscience (NCC) – des systèmes spécifiques dans le cerveau qui correspondent à des expériences conscientes.

Par exemple, la recherche utilisant ces outils a mis en évidence le rôle critique du cortex frontal et pariétal dans la cognition consciente.

L’anesthésie, qui rend les patients inconscients pour les interventions chirurgicales, contribue à des aperçus fascinants sur la nature de la conscience. L’anesthésie perturbe certains schémas d’activité cérébrale, « désactivant » efficacement la conscience, tout en préservant des fonctions telles que la fréquence cardiaque et la respiration. Cela soutient le concept selon lequel la conscience découle de certains types d’activité de réseau neuronal.

De plus, les études de patients souffrant de troubles de la conscience, les études d’imagerie cérébrale des praticiens de la méditation et la recherche psychédélique fournissent des informations fascinantes sur la nature des expériences subjectives et de la conscience de soi.

Alors que nous commençons à percer quelques secrets, les neurosciences de la conscience en sont encore à leurs balbutiements. La conscience implique probablement une gamme d’autres processus, y compris la mémoire, l’attention, l’intention et la cognition sociale.

De plus, déchiffrer comment des milliards de neurones donnent lieu ensemble à des expériences subjectives ou pourquoi nous avons une conscience reste un formidable défi.

Explorer la conscience n’est pas seulement un exercice intellectuel. Cela a de profondes implications pour la compréhension des troubles mentaux, l’amélioration de l’intelligence artificielle et même l’élaboration de directives éthiques pour les soins aux patients et les droits des animaux.

Alors que nous continuons à approfondir le mystère de l’esprit et du cerveau, une chose est certaine : notre quête pour comprendre la conscience continuera à remodeler notre vision de la réalité, de la perception et de nous-mêmes.

À propos de cette recherche d’actualités sur la conscience

auteur: Nouvelles des neurosciences Communications
source: Actualités des neurosciences
communication: Actualités des neurosciences Communications – Actualités des neurosciences
image: Image créditée à Neuroscience News

devis:

« Altération du système d’activation réticulaire ascendant avec retour d’un état végétatif à un état de conscience minimal chez un patient victime d’un AVCPar Jang et Song Ho et al. Médecine

« Neuroscience de la conscience dans le syndrome d’enfermement : une revue diagnostique et pronostiqueÉcrit par Berenika Maciejewicz. ibrain

« Un modèle neuronal d’espace de travail global dans des tâches cognitives sans effortPar Stanislas Dehaene et al. PNAS

« Théorie de l’intégration de l’information de la conscienceJulien Tononi. BMC Neurosciences

« Corrélats neuronaux de la conscience et de l’attention : deux processus frères du cerveauÉcrit par Andrea Nanni et al. Frontières en neurosciences

« Etudes sur le mécanisme de l’anesthésie générale ». Écrit par Richard Lerner et al.
PNAS

« Une seule expérience psychédélique modifiant les croyances est associée à une attribution accrue de la conscience à des entités vivantes et non vivantesÉcrit par Sandeep M. Nayak et al. Frontières en psychologie