Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Paris organisera un référendum pour continuer les services de location de scooters électriques

Publié le :

Les Parisiens seront invités à voter sur l’opportunité d’autoriser les services de location de scooters électriques à continuer de fonctionner dans la ville alors que les autorités pèsent sur une interdiction controversée des véhicules de location, a déclaré le maire de la capitale.

La question est « très controversée », a déclaré la maire Anne Hidalgo dans une édition du week-end. Le Parisien Les détracteurs du journal affirment que les coureurs ne font preuve que de respect pour le code de la route.

Ils bafouent souvent les restrictions de circulation sur les trottoirs ou s’arrêtent inconsidérément, certains abandonnant les scooters dans les parcs ou les jetant dans la Seine.

Pendant ce temps, les fans saluent les flottes Zippy comme une alternative rapide et non polluante aux voitures ou aux transports publics encombrés – un total de 15 000 scooters exploités par Lime, Dot et Tire.

Hidalgo a déclaré que les habitants de Paris se verront poser une « question très simple » lors d’un vote prévu le 2 avril : « Continuons-nous ou non à louer des scooters en free-floating ? »

Le maire lui-même a dit qu’il penchait pour une interdiction mais « respectait le vote des Parisiens ».

Si une interdiction est imposée, Paris sera une exception parmi les grandes villes.

« Mauvaises candidatures »

En septembre, la capitale avait déjà menacé de ne pas renouveler les licences de trois opérateurs, qui expireraient en mars s’ils ne parvenaient pas à freiner la conduite imprudente et autres « pratiques inappropriées ».

En novembre, les opérateurs ont proposé plusieurs améliorations recommandées, notamment l’installation de scooters avec des plaques d’immatriculation pour leur permettre de suivre plus facilement les conducteurs qui brûlent des feux rouges ou qui roulent par paires dans des véhicules pour une personne – deux violations courantes.

READ  Six indispensables financiers si vous partez en France

Mais David Belliard, vice-président des transports urbains d’Hidalgo, a déclaré que l’analyse coûts-avantages ne favorisait toujours pas les plans de location.

« Ils gênent et ils sont dangereux », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant qu’il souhaitait que l’interdiction « apaise nos rues et nos trottoirs ».

Il y a « trop ​​de perceptions négatives » des citoyens à propos des scooters, a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, Hidalgo a déclaré au Parisien que les scooters privés, très populaires dans la capitale, n’étaient pas non plus visés dans le sondage. Ils ne sont « pas un problème », a-t-il dit.

(AFP)