Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Pourquoi Sony dit-il ne pas faire confiance à l’offre Call of Duty de Microsoft ?  Un mot : Bethesda – Ars Technica

Pourquoi Sony dit-il ne pas faire confiance à l’offre Call of Duty de Microsoft ? Un mot : Bethesda – Ars Technica

Agrandir / Personne ne s’attend vraiment à ce que l’un des personnages de Bethesda appartenant à Microsoft soit désormais très présent sur PlayStation …

Depuis des mois maintenant, Microsoft a juré qu’il ne voulait pas retirer la franchise Call of Duty de PlayStation si et quand il finaliserait son projet d’acquisition d’Activision. Mais Sony cite l’histoire de l’acquisition par Microsoft de la société mère de Bethesda Softworks, ZeniMax, comme l’une des principales raisons pour lesquelles il ne fait pas exactement confiance à Microsoft à ce sujet.

dans Dépôt auprès de l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) publié la semaine dernière, a souligné Sony La décision de la Commission européenne d’autoriser Microsoft à racheter ZeniMax en 2021. Dans cette décision, la Commission européenne a cité la stratégie commerciale prévue de Microsoft en concluant que « l’entité combinée il ne sera pas motivé Pour réserver les distributeurs de consoles de jeux vidéo concurrents en s’engageant dans une stratégie de verrouillage total ou partiel [emphasis added].  »

En d’autres termes, la Commission européenne a déclaré qu’elle estimait que Microsoft n’aurait aucune raison de bloquer les futurs jeux Bethesda des plates-formes concurrentes telles que PlayStation. Peu de temps après avoir accepté l’accord, Microsoft semble avoir trouvé cette « motivation » assez facilement.

En juin 2021, Microsoft a annoncé que la prochaine version champ d’étoiles Il ne sera pas disponible sur les consoles PlayStation (une décision qui a poussé le PDG de Bethesda à s’excuser publiquement auprès des fans de PlayStation). Suivant Manuscrits du Sixième Ancien Il a également été confirmé comme une exclusivité Xbox/PC en novembre, un peu plus d’un an après que le réalisateur Todd Howard a déclaré qu’une telle exclusivité était « difficile à imaginer ».

READ  La série Motorola Edge 50 comprend des options en bois

La FTC a également noté cette partie du rapport de la Commission européenne, affirmant que Microsoft est revenu sur ses « assurances » à la Commission européenne. Techniquement, cependant, cette partie du rapport était un euphémisme Préparer par Microsoft et plus proposition par la Commission européenne sur la base de sa lecture des propres plans de Microsoft. La Commission européenne a écrit que cet indice n’était pas la clé de l’approbation de l’accord par l’UE, cependant – l’exclusivité des jeux de Bethesda « n’aurait pas d’impact matériel sur la concurrence ».

Cependant, toute la saga Bethesda fait craindre à Sony que toutes les promesses actuelles sur les plans multiplateformes à long terme pour la série Call of Duty ne soient tout aussi ténues. « [Sony] La société a écrit à la CMA très sceptique quant à la possibilité de conclure un accord avec Microsoft, sans parler d’une surveillance et d’une application efficaces. « Il n’y a aucune perspective réaliste de parvenir à un tel accord qui maintiendrait une concurrence effective. »

manque de confiance

Sony a écrit que l’offre de Microsoft d’un contrat contraignant de 10 ans pour garder Call of Duty sur PlayStation n’est pas suffisante pour apaiser ces inquiétudes, car l’arrangement « ne dit rien » sur les problèmes de concurrence à long terme identifiés par les résultats intermédiaires de la CMA. Comme le note Sony, ces résultats intermédiaires indiquent déjà que « les incitations post-transaction de l’entité combinée seront très différentes des incitations actuelles d’Activision ».

Sony craint que la propriété de Call of Duty ne soit effective
Agrandir / Sony craint que la propriété de Call of Duty ne soit un « effet de levier » efficace sur la concurrence des consoles de Microsoft.

Images Getty | fleurberg

Sony a écrit que même si la CMA tentait d’imposer un soi-disant « remède comportemental » pour maintenir Call of Duty multiplateforme, cette décision ne « traiterait pas les nombreuses façons dont Microsoft peut contourner ses obligations ». Sony a également déclaré que Microsoft avait un « historique de non-respect des obligations comportementales », pointant du doigt Bethesda en plus des engagements antérieurs pris concernant Windows et Internet Explorer.

READ  Le futur ordinateur portable transparent de Lenovo pourrait redéfinir l'informatique

Quoi que Microsoft promette maintenant, posséder Call of Duty et les autres franchises d’Activision donneraient à Microsoft « un levier concurrentiel… sur le sort de la PlayStation (par exemple, en contrôlant les prix et la qualité de Call of Duty) ».

dans Son dépôt auprès de l’Autorité des Marchés de CapitauxMicrosoft a de nouveau noté qu’il « n’a pas l’intention… de rendre Call of Duty exclusif à la plate-forme Xbox » et que ses accords proposés avec Sony signifieraient que les versions PlayStation correspondront à celles sur Xbox « en termes de date de sortie, de contenu, de fonctionnalités, mises à niveau, qualité et jouabilité.  » Microsoft a proposé de nommer un administrateur. Pour surveiller, un évaluateur tiers objectif et un mécanisme de résolution rapide des litiges pour aider à tenir ces promesses.

Pour Sony, il ne semble pas y avoir de décret exécutif ou d’ensemble de mots magiques qui inciteront l’entreprise à faire confiance et à accepter la propriété d’Activision et de Call of Duty par Microsoft. La seule solution que Sony accepterait est celle proposée par la CMA elle-même : Microsoft a entièrement cédé Activision ou Call of Duty après l’acquisition. L’Autorité des marchés de capitaux devrait rendre sa décision finale à ce sujet d’ici le 26 avril.