Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Première en Europe… Un restaurant français utilise l’énergie solaire

Dans la ville française de Marseille, le restaurant Le Bruce fonctionne sans gaz et avec peu d’électricité dans la cuisine, devenue solaire.

Pour la première fois en Europe, le restaurant utilise une parabole 2 de 2 mètres recouverte de verre du fabricant allemand Scheffler pour faire fonctionner les fours. Bien que ce type de verre soit apparu il y a 50 ans, Richard Loen, directeur général d’ENERPLAN, une association d’experts en énergie solaire en France, a déclaré que Lee Brasage était le premier restaurant à énergie solaire d’Europe.

La parabole, qui est dirigée vers le soleil, réfléchit pleinement la lumière du soleil derrière la cuisine, puis vers le panneau solaire, qui chauffe jusqu’à 300 degrés Celsius en 20 minutes. Le fondateur du restaurant Pierre-André Abert et son équipe utilisent ces panneaux et poêles solaires pour préparer leurs assiettes.

À côté de chacune des assiettes servies dans le menu se trouve la quantité d’énergie qu’elle consomme. Selon Abert, “Chaque 100 grammes de pâtes nécessitent une grande casserole d’eau bouillante, ce qui consomme une grande quantité d’énergie. On ne peut donc pas cuire les pâtes.”

“Je n’ai aucune idée de l’utilisation des bougies”, explique Pierre-André Abert, un ingénieur aéronautique de 39 ans qui réalise un mémoire de recherche sur “la conception d’un restaurant avancé avec une cuisine à énergie solaire”.

La consommation d’énergie représente environ 10% de l’empreinte carbone du restaurant, a déclaré Loen, partenaire chez Le Fraser’s New Experience, “les assiettes végétariennes et les ressources locales contribuent à réduire cette piste”.

« Les assiettes varient d’une saison à l’autre, mais elles sont toutes composées de produits locaux cuits au soleil, explique Abert.

READ  Luis Jufred et Thomas Las Vegas ont été ajoutés à l'équipe d'entraîneurs de France

Le restaurant est situé à quelques mètres de la technopole de Marseille et de deux grandes écoles d’ingénieurs.

Selon les autorités locales, la région est le deuxième meilleur centre de recherche du pays après Paris, avec 170 entreprises, 4 000 salariés et 2 600 étudiants servant de bons déjeuners.

“La nourriture est très bonne, fraîche et savoureuse”, a déclaré Mary-Christine Henriett, directrice adjointe de l’école d’ingénieurs de l’université Paris-Chockley, qui a visité le campus de Marseille.