Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Quatre raisons pour lesquelles le parti Bharatiya Janata de Modi a remporté des élections régionales clés en Inde |  Nouvelles sur les élections

Quatre raisons pour lesquelles le parti Bharatiya Janata de Modi a remporté des élections régionales clés en Inde | Nouvelles sur les élections

Le parti de droite au pouvoir en Inde a remporté une victoire éclatante aux élections régionales, arrachant le contrôle d’États clés, ce qui constitue un coup de pouce majeur pour le Premier ministre Narendra Modi, qui devrait briguer un troisième mandat lors des élections nationales de mai.

Lors des élections qui se sont terminées dimanche, le BJP a arraché les États du Rajasthan et du Chhattisgarh au Congrès national indien d’opposition et a enregistré un cinquième mandat record dans le centre du Madhya Pradesh.

La défaite du parti laïc du Congrès dans les trois États – qui avait envoyé 62 membres au parlement national – a anéanti ses espoirs de revenir au pouvoir au niveau national. Les experts affirment que le grand vieux parti, qui a mené la lutte pour l’indépendance de l’Inde contre la puissance coloniale britannique, doit recalibrer sa stratégie à mesure que Modi réussit à insérer le nationalisme hindou au cœur de la politique indienne.

Cependant, le parti du Congrès a réussi à s’imposer dans l’État méridional de Telangana, qui abrite le centre informatique d’Hyderabad, mettant ainsi en évidence la fracture nord-sud. Le parti dirige également l’État du Karnataka, qui abrite la ville de Bangalore, connue sous le nom de Silicon Valley indienne. Le BJP a encore une présence électorale limitée dans les États du sud du pays, relativement plus prospères.

Voici les quatre raisons attribuées à la récente victoire du BJP :

Les régimes de protection sociale et leur propagande

Le BJP, qui était considéré à ses débuts comme un parti pro-entreprises et pro-urbain, a réussi à élargir sa base. Il a lancé plusieurs programmes sociaux pour renforcer sa réputation en faveur des pauvres.

Plusieurs programmes, tels que des transferts en espèces, des rations alimentaires gratuites et des bouteilles de gaz abordables, lancés par le gouvernement central dirigé par Modi, ont été populaires auprès des électeurs dans un contexte de chômage élevé, de secteur agricole en difficulté et d’inégalités croissantes.

READ  Drainage de la centrale nucléaire de Fukushima : que savez-vous ?

Modi s’est vanté des efforts de son gouvernement pour aider les pauvres pendant sa campagne électorale. Le gouvernement affirme que plus de 800 millions de personnes reçoivent des rations gratuites, ce qui met en évidence une croissance économique asymétrique dans le pays le plus peuplé du monde.

Le parti Bharatiya Janata est apparu sur la scène politique nationale au début des années 1990 grâce à un mouvement visant à construire un temple au dieu Ram à la place de la mosquée médiévale Babri, qui a été démolie par des groupes hindous alliés au parti en 1992. La Cour suprême a autorisé en 2019 la construction du temple à Ayodhya, dans l’État nord de l’Uttar Pradesh.

Dans le Madhya Pradesh, où la victoire du BJP a été énorme, un plan de transferts monétaires ciblant les femmes semble avoir attiré les électrices vers le parti, malgré le taux élevé de criminalité contre les femmes.

Les observateurs ont également attribué la défaite du Congrès à leur complaisance et à leur incapacité à communiquer avec les électeurs, malgré la mise en place de programmes de protection sociale similaires au niveau des États.

La « magie Modi » et la politique hindoue d’abord

L’attrait personnel de Modi – selon les termes des médias locaux, « le charme de Modi » – l’emporte sur le BJP. Le dirigeant de 73 ans reste extrêmement populaire auprès de 93 millions de followers sur X et a utilisé ses succès en politique étrangère à son avantage.

Sous Modi, les relations de New Delhi avec les États-Unis et d’autres pays occidentaux se sont considérablement améliorées dans le cadre de la politique occidentale visant à faire face à la montée en puissance de la Chine. Dans le même temps, l’Inde s’est également positionnée comme un leader du Sud.

READ  Les araignées sont prises dans un réseau mondial de désinformation

Le Premier ministre indien s’efforce également de faire de l’Inde un centre manufacturier, dans un contexte de pression occidentale visant à trouver des chaînes d’approvisionnement alternatives.

Le BJP a également profité de l’ouverture du temple Ram Mandir à Ayodhya en janvier 2024. Modi a lancé sa construction en 2020, apaisant les sentiments nationalistes hindous du pays.

« Les résultats au Chhattisgarh, au Madhya Pradesh et au Rajasthan indiquent que le peuple indien soutient fermement la bonne gouvernance et les politiques de développement… », a écrit Modi sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

L’opposition a accusé Modi de se livrer à des sifflets anti-musulmans et d’accorder l’impunité aux groupes hindous d’extrême droite impliqués dans des attaques contre des musulmans et d’autres minorités. L’Inde – un pays officiellement laïc – a connu une augmentation des violences anti-musulmanes depuis l’arrivée au pouvoir de Modi en 2014. Des dizaines de musulmans ont été sommairement exécutés parce qu’ils étaient soupçonnés de manger du bœuf ou de transporter des vaches, considérées comme sacrées par une grande partie des hindous. .

Modi et le parti Bharatiya Janata ont nié ces accusations, affirmant qu’ils ne faisaient aucune discrimination entre les Indiens sur la base de la caste ou de la religion.

Financement électoral et taille des campagnes électorales

Le BJP a pu déployer un vaste réseau de propagande pour sa campagne électorale grâce à son financement électoral élevé.

Cependant, les militants pro-démocratie ont critiqué le mécanisme juridique de financement politique, connu sous le nom d’obligations électorales, qui permet aux partis de cacher au public les noms de leurs donateurs.

Sur le financement politique total entre 2017 et 2022, la moitié a été reçue sous forme d’obligations électorales. Le BJP a reçu plus de 57 % de son financement sous forme d’obligations électorales – et la plupart de ses sources restent un mystère.

READ  Transporter des éléphants du zoo britannique vers la nature sauvage du Kenya dans un « premier monde »

Le Parti du Congrès, qui n’a réussi à obtenir que 10 % du financement politique total, a également remis en question l’intégrité du système de caution électorale, dans la mesure où le BJP a reçu trois fois l’argent des cautions électorales reçu par tous les autres partis politiques réunis.

Le parti nationaliste hindou a utilisé son argent pour maintenir son leader sous les projecteurs à l’approche du vote de dimanche. Modi a pris la parole lors de 14 rassemblements et a effectué deux tournées de présentation au Rajasthan, et a également pris la parole lors de cinq rassemblements au Chhattisgarh.

Le BJP est relativement plus féru de technologie et a adopté les médias sociaux plus tôt que les autres partis. Cela a aidé le parti à se constituer une large base de fans en ligne. Mais le parti est également accusé d’utiliser ses fonds importants pour se livrer à une propagande négative, ciblant notamment les musulmans.

– L’absence d’unité de l’opposition

La défaite du Parti du Congrès a également été attribuée aux divisions des partis et à l’incapacité à former des alliances avec des partis laïcs partageant les mêmes idées. La direction du Congrès a également été accusée d’être arrogante et déconnectée de la réalité du terrain.

Les experts estiment que le Parti du Congrès doit réorganiser sa direction et mettre les jeunes au premier plan s’il veut inverser sa tendance électorale. Au cours des dix dernières années, le parti Bharatiya Janata a repoussé le parti en marge de la politique indienne.

Rahul Gandhi, sa sœur Priyanka Gandhi et leur mère Sonia Gandhi restent parmi les visages les plus reconnaissables du parti. L’actuel président du parti, Mallikarjun Kharge, un Dalit, a travaillé sous la famille Gandhi – dont trois étaient premiers ministres.