Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

« Qu’avons-nous fait de la démocratie ? Une décennie plus tard, le printemps arabe se flétrit

Tunis, Tunisie – pendant près de trois mois après les Tunisiens Ils ont renversé leur dictateur En janvier 2011, le déclenchement d’une manifestation qui électrifié Du monde arabe, Ali Bousselmi n’a ressenti que “un bonheur absolu”.

La décennie qui a suivi, au cours de laquelle les Tunisiens ont adopté une nouvelle constitution, obtenu la liberté d’expression et voté lors d’élections libres et équitables, a apporté à M. Bousselmi ses propres récompenses. Il a cofondé le groupe de défense des droits des homosexuels – une impossibilité avant 2011, lorsque la scène gay a été forcée dans les profondeurs de la terre.

Mais comme la révolution De grands espoirs déçus Dans le chaos politique et échec économiqueM. Bousselmi, comme de nombreux Tunisiens, a déclaré qu’il commençait à se demander si son pays ne serait pas mieux avec un seul dirigeant, un dirigeant suffisamment fort pour faire avancer les choses.

« Je me demande, qu’avons-nous fait de la démocratie ? » a déclaré M. Bousselmi, 32 ans, PDG de Mawjoudin, ce qui signifie « nous existons » en arabe. “Nous avons des députés corrompus, et si vous sortez dans la rue, vous pouvez voir que les gens ne peuvent même pas acheter un sandwich. Puis, tout d’un coup, une baguette magique est apparue qui a dit que les choses allaient changer. “

Ce bâton était tenu par Kais Saied, le président tunisien élu démocratiquement, qui, le 25 juillet, a gelé le parlement et limogé le Premier ministre, promettant de s’attaquer à la corruption et de rendre le pouvoir au peuple. elle était prendre le pouvoir La grande majorité des Tunisiens les ont accueillis avec joie et satisfaction.

Le 25 juillet a rendu difficile de raconter une histoire pleine d’espoir sur le printemps arabe.

Preuve par les partisans occidentaux et les sympathisants arabes comme la preuve que la démocratie peut s’épanouir au Moyen-Orient, la Tunisie apparaît désormais à beaucoup comme la confirmation définitive des soulèvements. Promesse manquée. Les Lieu de naissance Parmi les révolutions arabes, il est maintenant gouverné par le décret d’un seul homme.

Ailleurs, les guerres qui ont suivi les soulèvements ont dévasté la Syrie, la Libye et le Yémen. Les autocrates ont étouffé les protestations dans le Golfe. Les Égyptiens ont élu un président avant d’embrasser une dictature militaire.

Cependant, les révolutions ont démontré que la force, traditionnellement exercée de haut en bas, peut aussi être conduite par une rue en feu.

C’était une leçon réaffirmée par les Tunisiens, qui sont récemment descendus dans la rue pour manifester contre le Parlement et pour M. Saïd. Mais cette fois, le peuple a attaqué la démocratie, pas l’autocrate.

READ  Voir la neige pour la première fois à 62 ans : les Brésiliens profitent de la neige

“Le printemps arabe va se poursuivre”, a prédit Tariq Megerisi, spécialiste de l’Afrique du Nord au Conseil européen des relations étrangères. “Peu importe à quel point vous essayez de le supprimer ou à quel point l’environnement qui l’entoure change, les personnes désespérées essaieront toujours de protéger leurs droits.”

La popularité de Said découle des mêmes griefs qui ont poussé les Tunisiens, les Bahreïnis, les Égyptiens, les Yéménites, les Syriens et les Libyens à manifester il y a dix ans – Corruption, chômage, répression et incapacité à joindre les deux bouts. Dix ans plus tard, les Tunisiens avaient le sentiment de prendre du retard sur presque tout sauf la liberté d’expression.

“Nous n’avons rien tiré de la révolution”, a déclaré Houyim Boukchina, 48 ans, habitant de Jebel al-Ahmar, un quartier ouvrier de la capitale, Tunis. “Nous ne savons toujours pas quel est le plan, mais nous vivons sur la base de l’espoir”, a-t-elle déclaré à propos de M. Saeed.

Mais les réactions populaires menacent toujours l’autoritarisme.

Conscients des griefs latents de leurs peuples, les dirigeants arabes ont redoublé de répression plutôt que de s’attaquer aux problèmes, et uniquement à la cruauté. Inviter plus de troubles À l’avenir, les analystes ont prévenu.

Dans le cas de M. Said, ses manœuvres dépendent du progrès économique. La Tunisie fait face à un La crise financière imminente, avec des milliards de dettes exigibles cet automne. Si le gouvernement licencie les travailleurs du secteur public et réduit les salaires et les subventions, et si les prix et l’emploi ne s’améliorent pas, l’opinion publique est susceptible de changer.

L’effondrement économique poserait des problèmes non seulement à M. Saïd, mais aussi à l’Europe, dont les côtes attirent des migrants tunisiens désespérés dans des bateaux. en milliers Chaque année.

Cependant, le bureau de M. Said n’a pris aucun contact avec les responsables du FMI qui attendent de négocier un plan de sauvetage, selon un haut diplomate occidental. Il n’a pas non plus pris d’autres mesures que de demander aux vendeurs de poulet et aux marchands de fer de baisser les prix, et de leur dire que c’était leur devoir patriotique.

« Les gens ne soutiennent pas nécessairement Said, ils détestaient ce que Said a cassé », a déclaré M. Megerisi. “Cela disparaîtra assez rapidement lorsqu’ils découvriront que cela ne fonctionne pas pour eux non plus.”

Pour les gouvernements occidentaux, qui ont initialement soutenu les soulèvements, puis sont revenus au nom de la stabilité en s’associant aux autocrates qui leur ont survécu, la Tunisie peut servir de rappel de ce qui a poussé les manifestants arabes il y a une décennie – et de ce qui pourrait les amener à nouveau dans la rue .

READ  Le nouveau Premier ministre japonais Kishida démarre difficilement le scrutin

Alors que de nombreux manifestants appelaient à la démocratie, d’autres scandaient des résultats plus tangibles : la fin de la corruption, la baisse des prix des denrées alimentaires et des opportunités d’emploi.

De l’extérieur, il était facile d’encourager les centaines de milliers de manifestants qui ont pris d’assaut la place Tahrir au Caire et d’oublier les dizaines de millions d’Égyptiens restés chez eux.

“Les gens qui font pression pour le parlement, la démocratie et les libertés, nous n’étions pas la plus grande partie de la révolution”, a déclaré Yassine Ayari, un législateur tunisien indépendant qui a récemment été emprisonné après avoir dénoncé la prise de pouvoir de M. Saïd. Peut-être que beaucoup de Tunisiens ne voulaient pas de la révolution. Peut-être que les gens veulent juste de la bière et de la sécurité. C’est une question difficile, une que je ne veux pas me poser.

Mais je ne blâme pas les gens. Nous avons eu l’occasion de leur montrer comment la démocratie peut changer leur vie, et nous avons échoué.

Ayari a déclaré que la révolution a fourni aux Tunisiens des outils pour résoudre les problèmes, mais pas les solutions qu’ils attendaient. Il a dit qu’avec plus de besoins que d’expérience en matière de gouvernance, ils avaient peu de patience pour l’anarchie chronophage d’une démocratie.

La constitution, les urnes et le parlement n’ont pas automatiquement créé une opportunité ou une responsabilité, une situation que les Occidentaux pourraient trouver trop familière. Le Parlement a glissé dans les insultes et les bagarres. Des partis politiques se sont formés et reconstitués sans proposer de meilleures idées. La propagation de la corruption.

“Je ne pense pas que la démocratie libérale à l’occidentale puisse ou doive être quelque chose qui puisse être parachuté”, a déclaré Elizabeth Kendall, chercheuse en études arabes et islamiques à l’Université d’Oxford. Vous ne pouvez pas simplement lire “Démocratie libérale 101″, l’absorber, rédiger une constitution et espérer que tout se passe bien. Les élections ne sont qu’un début.”

Les intellectuels arabes soulignent souvent que la transition de la France vers la démocratie après sa révolution a pris des décennies. Certaines parties de l’Europe de l’Est et de l’Afrique ont connu des hauts et des bas similaires dans l’abandon des dictatures.

Sondages Cela montre qu’une majorité confirmée à travers le monde arabe soutient toujours la démocratie. Mais près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que leur pays n’était pas prêt pour cela. Les Tunisiens, en particulier, ont appris à l’associer au déclin et au dysfonctionnement économiques.

READ  Les chercheurs ont fixé une date précise pour l'arrivée des Vikings au Canada : NPR

Leur expérience a peut-être amené les Tunisiens à croire encore à la démocratie dans l’abstrait, mais pour l’instant ils veulent ce que le professeur de droit constitutionnel tunisien Adnan al-Imam appelle une « dictature à court terme ».

Cependant, Mme Kendall a averti qu’il était trop tôt pour déclarer les révolutions mortes.

En Tunisie, rejeter le système qui s’est développé au cours de la dernière décennie ne signifie pas nécessairement adopter le régime d’un seul homme. M. Saeed a également arrêté plus d’opposants et Prenez plus de contrôle, le mois dernier, en suspendant une grande partie de la constitution et en s’emparant du seul pouvoir de faire des lois, davantage de Tunisiens – en particulier les laïcs et les riches – est devenu troublé.

“Quelqu’un a dû faire quelque chose, mais maintenant c’est hors de propos”, a déclaré Azza Beljafar, 67 ans, pharmacienne dans la banlieue chic de Tunis. Elle a dit qu’elle avait initialement soutenu les actions de M. Saïd, en partie par peur d’Ennahda, le parti islamiste qui domine le parlement, et que de nombreux Tunisiens blâmaient les problèmes du pays.

“J’espère qu’il n’y aura plus d’islamisme”, a-t-elle dit, “mais je ne suis pas avec la dictature”.

Certains Tunisiens pro-démocratie s’appuient sur l’idée que la jeune génération n’abandonnera pas facilement les libertés avec lesquelles elle a grandi.

“Nous n’avons pas investi dans une culture démocratique depuis 10 ans pour rien”, a déclaré Jawhar Ben Mubarak, un ami et ancien collègue de M. Saïd qui aide désormais à organiser les manifestations anti-Saïd. “Un jour, ils verront que leur liberté est en fait menacée, et ils changeront d’avis.”

D’autres disent qu’il est encore temps de sauver la démocratie en Tunisie.

Malgré les actions de plus en plus autoritaires de M. Saïd, il n’a pas systématiquement agi pour réprimer les manifestations de l’opposition et a récemment déclaré au président français Emmanuel Macron qu’il engagerait un dialogue pour résoudre la crise.

“Voyons si la démocratie peut se corriger d’elle-même, pas avec des armes”, a déclaré Youssef Cherif, politologue basé en Tunisie.

M. Bousselmi, un militant des droits des homosexuels, est déchiré, se demandant si les droits des homosexuels peuvent progresser sous le règne d’un seul homme.

“Je ne sais pas. Est-ce que j’accepterai d’oublier mon activité au nom de l’économie ?”, a lancé M. Bousselmi. “Je veux vraiment que les choses commencent à changer dans le pays, mais nous devrons payer un prix très lourd.”