Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Santa Cruz Niva est directrice de la photographie pour “Colette” – Santa Cruz Sentinel

Si vous prévoyez de voir le spectacle du 25 avril aux Oscars, assurez-vous de faire attention à la catégorie “Meilleur film documentaire – Sujet court”. En effet, Rose Bush, qui est née à Santa Cruz et a fréquenté le Santa Cruz High School (SCHS) et le San Lorenzo Valley High School (SLVHS) est la directrice de la photographie de Collette, l’un des courts métrages nominés dans cette catégorie.

Bush, qui dit qu’elle vit maintenant à New York et à Los Angeles, était connue sous le nom de Russell Bush lorsqu’elle était au lycée et excellait au basket-ball et au cross-country. Depuis ce temps, Bush est transgenre et utilise maintenant les termes il / elle.

«En grandissant à Santa Cruz, j’ai été immergée dans la culture artistique de la communauté qui a été très importante dans mon développement en tant que cinéaste», dit-elle. «J’ai pu découvrir Santa Cruz Shakespeare, des films de minuit au Theatre Del Mar, des films indépendants à Nick, du cinéma en plein air dans Skyview et de beaux programmes dans Riverfront Twin et Signature 9.

«Mais c’est le premier cours de photographie auquel j’ai assisté à SCHS qui a ouvert mon âme à une symphonie de Global Voices et m’a inspiré à suivre mon chemin de découverte dans le cinéma», explique Bush.

Lorsqu’on lui a demandé d’être la directrice de la photographie pour “Colette”, elle a dit: “… je savais que je participerais à un film très sensible, spirituellement riche et historique.”

En effet, le film se concentre sur une femme de 90 ans, Colette Marin Catherine, qui a pris la décision d’aller enfin voir le camp de concentration où son frère, Jean-Pierre Catherine, a été assassiné.

READ  La star de 'The Bachelor' Hannah Ann poursuit Proctor & Gamble pour avoir utilisé Pic pour vendre Downey

Elle a comparé le film aux «sons d’improvisation du jazz – comme du vrai cinéma – et à un ton impressionniste systématique et déterminé».

“En tant que photographes, nous travaillions dans des blocs cellulaires, des grottes, des prisons et le crématorium à côté de Colette. Cela signifie que nous avons besoin du bon équipement photographique parce que nous savions que ce que nous photographions ne se reproduirait jamais.”

Les lentilles utilisées par les paparazzis pour «réagir rapidement à l’expérience de pèlerinage de Colette» sont particulièrement intéressantes, explique Bush.

Elle était accompagnée dans son voyage par une jeune femme, Lucy Foble, étudiante en histoire et musée qui souhaitait en savoir plus sur les 9 000 Français déportés dans les camps de concentration nazis. Elle rejoint Colette dans ce voyage, car elle se rend compte qu’elle n’est peut-être pas prête à faire le voyage seule à son âge et parce qu’elle travaille sur un dictionnaire autobiographique pour les hommes qui ont été transférés au Camp Nordhausen en Allemagne.

De toute évidence, tout le monde n’aimera pas un film aussi délicat, mais Bush dit qu’il a définitivement eu un impact sur toute l’équipe de production.

«C’était important d’être proche de Colette et Lucy, mais en évitant la photographie de voyeur. Nous avons donc senti qu’il fallait faire ce voyage à leurs côtés», ajoute-t-elle.

Depuis, Colette elle-même est devenue une célébrité. Elle et l’équipe de tournage ont été interviewées par le cinéaste primé aux Oscars Michael Moore et avec l’émission “Here and Now” sur National Public Radio. Même le Guardian, un quotidien britannique, a interviewé et imprimé les deux femmes.

READ  La France choisit "Titan" dans la catégorie film international - The Hollywood Reporter

Vraiment, Bush est tellement fier et excité qu’il a participé au tournage d’une histoire aussi déchirante que celle de Colette, qui parle français dans le film avec peu de mots allemands et sous-titres anglais.

Bien qu’elle n’habite plus dans la région de Santa Cruz, Bush note qu’une partie de la ville balnéaire sera toujours avec elle car elle a toujours un numéro de téléphone avec l’indicatif régional “831”. «Je n’abandonne jamais ce code régional», dit-elle fièrement.

Contactez Joanne Engelhardt à [email protected]