Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Se réjouir de la chute des autres : les neurosciences de Schadenfreud

Se réjouir de la chute des autres : les neurosciences de Schadenfreud

résumé: Schadenfreude, l’émotion complexe de tirer du plaisir des malheurs des autres, est façonnée par des processus neuronaux complexes. Les régions clés impliquées dans l’expérience de la jubilation comprennent le cortex préfrontal ventromédian (vmPFC) et le striatum ventral, qui font partie intégrante du traitement des récompenses, de la prise de décision et de l’empathie.

Notamment, schadenfreude semble être lié à des sentiments d’envie, ce qui est confirmé par des schémas distincts d’activation cérébrale.

Comprendre la neuroscience de schadenfreude peut fournir de nouvelles informations sur les troubles cognitifs sociaux et élargir notre compréhension de la nature sociale de notre cerveau.

Faits marquants:

  1. Le cortex préfrontal ventromédian (vmPFC) et le striatum ventral, régions du cerveau impliquées dans le traitement de la récompense et l’empathie, montrent une activité accrue pendant les états de schadenfreude.
  2. L’expérience de schadenfreude est étroitement liée à des sentiments d’envie, suggérant des émotions sociales complexes en jeu.
  3. L’exploration de la neuroscience de schadenfreude peut nous aider à comprendre divers troubles cognitifs sociaux, tels que le trouble de la personnalité antisociale.

source: Actualités des neurosciences

Nous l’avons tous vécu, ce sentiment de satisfaction inexplicable et un peu inconfortable lorsque nous constatons le malheur des autres.

Ce phénomène n’est pas le reflet d’une intention malveillante, mais plutôt une émotion humaine connue sous le nom de « schadenfreude ». Terme dérivé des mots allemands « schaden » et « Freud », signifiant respectivement « mal » et « joie », schadenfreude représente une confluence intrigante de processus émotionnels et cognitifs complexes.

Mais que se passe-t-il exactement dans notre cerveau lorsque nous jubilons ?

READ  La lumière peut évaporer l'eau sans chaleur

Crédit : Neuroscience News

La neuroscience de la jubilation est un domaine d’étude relativement récent, et elle a fourni des informations fascinantes sur la nature exacte de cette émotion. Cela implique que différentes régions du cerveau travaillent ensemble pour traiter les éléments sociaux et émotionnels complexes de ce sentiment.

Une zone impliquée dans l’expérience de schadenfreude est le cortex préfrontal ventromédian (vmPFC). Le vmPFC joue un rôle important dans l’évaluation de la récompense et du risque dans la prise de décision et est connu pour être impliqué dans les sentiments d’empathie.

Cependant, cette région s’illumine également lors d’états de schadenfreude, soulignant son rôle dans le traitement des émotions sociales complexes.

Dans une étude de Takahashi et al. (2009), les participants ont montré une activité vmPFC accrue lorsqu’ils ont observé une personne aversive en proie à la malchance.

De plus, le striatum ventral, un composant majeur du circuit de récompense du cerveau, joue également un rôle.

Dans une étude de Dvash et Shamay-Tsoory (2014), il a été constaté que les participants avaient une activité accrue dans le striatum ventral lorsqu’ils éprouvaient de la jubilation.

Cela suggère que nous pouvons tirer une certaine mesure de plaisir ou de satisfaction de voir les malheurs des autres, surtout si nous avons des sentiments négatifs à leur sujet.

Fait intéressant, l’expérience de schadenfreude semble également être liée à des sentiments d’envie. Une étude de Santamaría-García et al. (2017) ont révélé que lorsque les individus ressentent de l’envie envers une autre personne, le malheur de cette personne est plus susceptible de déclencher des sentiments de schadenfreude.

Cette étude a montré que l’expérience de schadenfreude et d’envie était associée à des schémas distincts d’activité cérébrale, avec envie associée à une activation accrue dans le cortex cingulaire antérieur (une région associée au traitement de la douleur) et schadenfreude associée à une activation dans le striatum ventral.

Schadenfreude semble être une émotion sociale complexe qui implique plusieurs régions du cerveau liées au traitement des récompenses, à la cognition sociale et à l’empathie.

C’est un témoignage de la nature complexe des émotions humaines et révèle comment notre cerveau navigue dans les eaux parfois sombres des interactions sociales.

Comprendre la neuroscience de la jubilation éclaire non seulement ces sentiments particuliers, mais ouvre également des enquêtes plus larges sur la nature sociale de notre cerveau.

De plus, comprendre la neuroscience de schadenfreude peut aider à comprendre différents troubles cognitifs sociaux.

Par exemple, une exploration des fondements neuronaux de schadenfreude pourrait contribuer à notre connaissance de conditions telles que le trouble de la personnalité antisociale, dans lequel il y a un manque d’empathie et une augmentation de schadenfreude.

En conclusion, l’étude de schadenfreude nous donne un aperçu fascinant du fonctionnement social et émotionnel de notre cerveau. Il souligne la complexité des émotions humaines et offre des possibilités intéressantes pour de futures recherches sur nos esprits sociaux.

À propos de cette actualité en psychologie et neurosciences

auteur: Nouvelles des neurosciences Communications
source: Actualités des neurosciences
communication: Actualités des neurosciences Communications – Actualités des neurosciences
image: Image créditée à Neuroscience News

devis:

« Déconstruire et reconstruire schadenfreude : un triple modèle motivationnelÉcrit par Shensheng Wang, Scott O. Lilienfeld et Philip Rochat V Nouvelles idées en psychologie

« Quand ton gain est ma douleur et ta douleur est la mienne : les connexions neuronales de l’envie et de la schadenfreudeÉcrit par Takahashi, H et al. les sciences

« Théorie de l’esprit et empathie en tant que constructions multidimensionnelles : les fondements neuronauxÉcrit par Shamay-Tsoory et SG et al. Sujets dans les troubles du langage

« Le modèle de fléau de l’envie et de la schadenfreude : dimensions juridiques, de droit et morales comme en témoigne la neurodégénérescenceÉcrit par Santamaría-García et H. cerveau

« Schadenfreude : la réponse d’un observateur alternatif aux abus sur le lieu de travail »
Shenjin Lee, Daniel J. McCallister, Remus Ellis et Jamie L. Glore. Académie d’examen de gestion.