Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Sport Veil France discute à nouveau du foulard

PARIS – La principale entreprise française d’articles de sport envisage de vendre des foulards de créateurs aux coureurs a déclenché un nouveau débat sur ce que portent les femmes musulmanes, révélant une fois de plus les tensions entre laïcité et la religion dans le pays.

Les anciennes attitudes de la France à l’égard du féminisme, de la laïcité et de l’intégration des immigrés sont à l’origine de nombreuses controverses, mais elles sont également alimentées par les préoccupations récentes concernant le terrorisme islamiste, ainsi que par la montée des médias sociaux.

La dernière discussion porte sur les projets de Decathlon, le plus grand détaillant d’articles de sport en Europe, de vendre des foulards pour la tête et le cou à celui qui le porte. Bientôt, les critiques sont venues de nombreux milieux, un législateur disant que le débat a révélé «cette obsession du voile et de l’islam».

Decathlon a commencé à vendre le hijab de sport au Maroc la semaine dernière et prévoit de le vendre en France. Cette décision a été rapidement critiquée sur les réseaux sociaux et de nombreux politiciens ont exprimé leur malaise face au produit vendu en France.

Certains ont même suggéré un boycott.

“Mon choix en tant que femme et citoyenne n’est pas de faire confiance à une marque qui est en conflit avec nos valeurs.” Il a dit Aurore Bergé, porte-parole de La République en route, parti du président Emmanuel Macron. “Ceux qui ne tolèrent les femmes qu’en public quand elles se cachent ne sont pas des amoureux de la liberté.”

Decathlon est resté ferme au départ, arguant qu’il se concentrait sur le sport «démocratique» et que les femmes musulmanes portaient souvent un foulard «inapproprié».

READ  Le réalisateur jamaïcain médaillé d'or Hansel est de retour pour remercier le bénévole: NPR

Notre objectif est simple: leur proposer un produit sportif adapté, sans jugement. La société a dit Dans une déclaration sur Twitter.

On ne sait pas pourquoi Decathlon est devenu le centre de telles critiques. Nike déjà Vendre Un hijab pour les coureurs en France, mais il n’a pas subi le même examen, peut-être parce que ce n’est pas une marque française.

Certains hommes politiques ont défendu Decathlon, avec Aurélien Taché, un représentant du parti de M. Macron, dire La France «ferait bien» sans «cette obsession du voile et de l’islam».

Mais Decathlon a reculé sa position et a interrompu mardi ses projets de vente de foulards de sport en France après – a-t-elle dit – que des vendeurs ont été menacés dans les magasins, certains physiquement, et après avoir reçu des centaines d’appels et de courriels.

La société a déclaré que l’une des lettres accusait la société de “trahir” la France et de “contribuer à l’invasion islamique”.

Depuis 2011, le port du foulard dans les lieux publics est devenu illégal en France, mais le foulard n’entre pas dans cette catégorie.

Cependant, ces dernières années, les femmes musulmanes portant le hijab et d’autres vêtements ont provoqué des frictions – à la fois au niveau local et national.

L’année dernière, Maryam Pougetto, une dirigeante d’un syndicat étudiant, a suscité l’indignation du public après être apparue à la télévision portant un foulard.

À l’été 2016, un débat national a éclaté sur le «burkini», un maillot de bain complet conçu pour les femmes musulmanes. L’élément a été brièvement interdit dans certaines villes côtières du sud de la France.

READ  Bryson DeChambeau et Aaron Rodgers ont battu Phil Mickelson et Tom Brady dans The Match

Dans certains cas, d’autres vêtements sont devenus la cible de critiques. En 2015, une enseignante de français a renvoyé une étudiante de 15 ans chez elle, affirmant que sa longue jupe était un «signe de fierté» pour sa foi islamique.

Depuis 2004, il est interdit aux étudiants de porter des signes visibles d’appartenance religieuse.

La laïcité, le concept de laïcité d’État, est un principe déterminant de la République française, mais elle a souvent été un point de friction entre les musulmans et l’État.

“La France est une société très laïque, et elle peut être très féroce contre toute forme d’expression religieuse, même celles qui sont légales ou qui ne menacent pas l’ordre public”, a déclaré Nicolas Caden, un membre éminent du pays. Observatoire de la laïcité, Une agence qui assiste le gouvernement dans la mise en œuvre de la laïcité.

La plus haute juridiction de l’Union européenne a statué en 2017 que l’interdiction du port du voile par un employeur dans le secteur privé peut être légale.

Mais le débat sur le voile ne porte plus sur sa légitimité, mais sur sa symbolique.

À droite et à l’extrême droite, elle est souvent vue comme une réprimande des valeurs laïques de la France et un signe de non-intégration. À travers le spectre politique, le hijab est souvent considéré comme un symbole intrinsèque de soumission qui entre en conflit avec l’égalité des sexes, même lorsqu’il est porté librement.

Certaines féministes disent que le porter envoie un mauvais signal aux femmes ailleurs dans le monde qui luttent pour vivre sans lui.

Marilyn Schiappa, la jeune ministre de l’égalité des sexes, a écrit mercredi sur le HuffPost que les femmes devraient être autorisées à porter le foulard, mais il était nécessaire de «remettre en question cette option».

READ  La stratégie de Deshaun Watson du Texas ne rend service à David Cooley

Mais d’autres féministes et politiciennes de gauche, ainsi que des groupes de défense islamiques, soutiennent qu’il est hypocrite de dire que les femmes voilées se retirent de la société française tout en critiquant des vêtements tels que le burkini ou le voile de sport conçus pour les aider à se sentir à l’aise dans la vie publique. .

Sylvie Iberina, 38 ans, une entrepreneuse et formatrice musulmane qui gère un site Web de fitness, a déclaré qu’elle trouvait les discussions sur les vêtements “stressantes”.

“Ce n’est pas une question de politique ou de religion”, a-t-elle déclaré. “Chaque être humain veut se sentir bien dans son corps, alors si un vêtement peut aider avec ça, alors pourquoi pas?”

Depuis qu’elle a commencé à apparaître dans des vidéos de fitness portant un hijab il y a près de dix ans, a déclaré Iberina, j’ai vu de nombreuses femmes voilées faire du sport.

“Pour celles qui ne sont pas directement touchées par le hijab, ce n’est qu’une autre controverse, mais pour les femmes musulmanes, cela a des conséquences honteuses et durables”, a déclaré Laura Cha, porte-parole de l’organisation féministe musulmane Lalap.

“Il est dommage que Decathlon n’ait pas tenu bon”, a déclaré mercredi Letitia Kahoudi, 37 ans, entrepreneure musulmane et entraîneuse personnelle.

“Mais nous n’avons pas attendu Decathlon pour vendre le voile de l’hostilité pour travailler avec nos foulards. Nous continuerons à travailler sans eux.”