Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Sydney Dance Company sort sa première œuvre internationale en six ans, une pièce de la célèbre chorégraphe espagnole Marina Mascarell

Sydney Dance Company sort sa première œuvre internationale en six ans, une pièce de la célèbre chorégraphe espagnole Marina Mascarell

La chorégraphe d’origine espagnole et basée aux Pays-Bas Marina Mascarell est arrivée à Sydney il y a huit semaines pour créer une nouvelle pièce pour la Sydney Dance Company (SDC). Elle avait visité Sydney une fois auparavant, mais avait été complètement frappée par quelque chose qu’elle n’avait pas remarqué lors de son précédent voyage : l’avifaune.

« J’ai été émerveillée par l’orchestre de chants d’oiseaux dans les rues, tellement impressionnant », dit-elle, les yeux écarquillés. « Notre nature [in the Netherlands] C’est mignon, c’est cool. « 

Un oiseau en particulier a attiré son attention : l’oiseau-lyre, remarquable pour sa capacité à imiter de manière convaincante non seulement la faune locale, mais également des sons sans rapport, notamment des moteurs de voiture et des bébés qui pleurent.

Capturée avec des oiseaux-lyres et des chants d’oiseaux australiens en général, elle les intègre dans son nouveau travail, chorégraphié en collaboration avec sept danseurs de la SDC.

Mascarell est un chorégraphe international, connu pour ses œuvres contemporaines avec des compagnies de danse internationales telles que le Nederlands Dans Theatre, le Lyon Opera Ballet, le Dance Forum Taipei et la très réputée Gothenburg Opera Dance Company.

La SDC est la dernière œuvre qu’elle créera avant de déménager avec sa famille à Copenhague en avril, où elle a été nommée directrice artistique du Danish Dance Theatre.

Widget intitulé SDC Shell, Host, Ghost et Lyrebirda fait ses débuts à Canberra dans le cadre du projet à trois volets Ascent de la SDC, aux côtés du chorégraphe lauréat du prix Helpmann 2018 et directeur artistique du brillant Anthony Hamilton. Toujours et une nouvelle œuvre intime, je suis encoreDu directeur du Centre technique, Rafael Bonacella.

READ  Ted Sarandos de Netflix admet "J'ai échoué" au milieu de la controverse de Dave Chappelle – Date limite

Shell, Host, Ghost et Lyrebird Commandé par l’Opéra de Sydney dans le cadre des célébrations de son 50e anniversaire tout au long de l’année, Mascarell est le premier chorégraphe international de la compagnie en six ans en raison des perturbations causées par Covid.

L’œuvre explore l’intérêt continu de Mascarell pour l’art qui transforme (littéralement) l’espace et a un effet sur et sur le corps. Fasciné par les idées de transhumanisme, d’intelligence artificielle, de génétique et de machines avancées qui pourraient nous permettre de vivre plus longtemps ou sous des formes modifiées, Mascarell espère que les travaux mèneront à des discussions sur ces sujets.

Elle a collaboré avec l’artiste multimédia de Sydney Lauren Brinkatt sur la scénographie. Brincat a fabriqué deux énormes voiles de 20 kilogrammes, trois voiles transparentes à plusieurs niveaux, et a attaché une multitude de cordes et d’outils au plafond pour que les danseurs puissent interagir avec, dit Mascarell.

Le compositeur classique électronique Nick Wills est à l’origine de cette pièce, qui s’ouvre sur des instruments classiques traditionnels sur fond de délicats chants d’oiseaux. Lentement, il devient de plus en plus électronique et artificiel, incarnant la fascination de Mascarell pour le pouvoir de morphing du corps et sa relation à la technologie.

« A travers la narration de la musique, le public verra comment les objets et l’espace se transforment et finiront avec eux [with movement that suggests] Le monde en ligne est l’endroit où la technologie prend le dessus, dit-elle. « Nous sommes à un moment où nous remettons en question notre propre histoire et comment nous la gérons… notre planète finie et le transhumanisme. Il y a tellement de choses dont nous devons parler en tant que société. »

READ  Scarlett Johansson, Règlement de l'affaire "Black Widow" de Disney

Les danseurs du centre ont joué un rôle important dans la création de la nouvelle œuvre. « Je pense qu’il y a un Aussie – ils sont si forts, ils sont si bien formés, ils apprennent si vite qu’ils vont au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer », déclare Mascarell.

Grâce à Bonachela, ainsi qu’au compositeur Wells, la SDC a mis la main sur la nouvelle œuvre de Mascarell. En tant que danseur au Nederlands Dans Theatre, Mascarell s’est rendu à Londres pour prendre des cours et se familiariser avec la compagnie de danse barcelonaise. Le couple est resté en contact et Bonacella a finalement présenté Mascarell à son collaborateur régulier, Wells, avec qui elle a ensuite travaillé sur des spectacles à Perth et à Lyon, en France.

« Fraise [Bonachela] Et je me suis rapproché de plus en plus jusqu’à ce que cela se produise », a déclaré Mascarell.

« L’année dernière, j’ai beaucoup voyagé pour des commandes… Je suis un peu fatigué de voyager mais parce que je vois une fin, j’en profite. » [in a way] Je n’ai pas fait ça depuis très longtemps. Je m’éclate, avec les danseurs, avec tout le monde, avec la ville. »

La Rise of Sydney Dance Company se déroule au Canberra Playhouse du 9 au 11 mars, puis à l’Opéra de Sydney du 15 au 26 mars avant une tournée nationale.

sydneydancecompany.com