Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

« Symphony No. 13 » de Philip Glass sera présenté au monde à Toronto

La Ville de Toronto est honorée de présenter « Symphony No. 13 ». Pour Philip Glass au monde.

En effet, l’Orchestre du Centre national des Arts d’Ottawa a choisi d’interpréter la musique pour sa première mondiale le 30 mars au Roy Thompson Hall avant de la déplacer au Carnegie Hall de New York, puis au Southham Hall du Centre national des arts.

Les premières performances sur verre ne sont peut-être pas l’événement le plus rare dans la musique contemporaine. Le fabricant de notes basé à New York est l’un des compositeurs les plus prolifiques de sa génération, avec une longue liste d’opéras ainsi qu’un grand nombre d’autres œuvres parmi ses réalisations.

Bien sûr, les symphonies, depuis l’époque de Haydn, ont représenté un défi particulier, notamment dans le sillage de « l’Héroïque » de Beethoven, qui a changé les règles du jeu par son ampleur et sa puissance.

Non pas que chaque nation suive la tradition austro-germanique de glorification de la symphonie. Des pays aux traditions occidentales importantes sur le plan musical, comme la France et l’Italie, ont fait la fierté de l’opéra. Mais en Amérique du Nord, l’orchestre symphonique demeure l’institution souvent considérée comme le centre de la vie musicale des petites villes.

D’un point de vue compositionnel, les compositeurs des XXe et XXIe siècles étaient certainement moins préoccupés par l’écriture de symphonies que leurs prédécesseurs des XVIIIe et XIXe siècles.

Igor Stravinsky, souvent considéré comme le géant de la musique des 100 dernières années et plus, a écrit un long et deux courts. Son compatriote russe Dmitriy Shostakovich en a écrit 15, mais Glass 13 est un nombre impressionnant selon les normes modernes.

READ  DaBaby en concert avec 50 Cent au Rolling Loud New York

Comme la plupart des nouveaux compositeurs, Glass n’a pas suivi Gustav Mahler dans l’expansion de la symphonie à des proportions gigantesques. En fait, certaines de ses symphonies sont aussi différentes des symphonies typiques que ses opéras le sont des opéras typiques. Seuls deux d’entre eux – le troisième et le cinquième – sont mentionnés dans ses mémoires de 2015 « Words Without Music », et aucun d’entre eux n’est entré dans la référence standard.

Il y a ceux qui pourraient soutenir que sa musique ultérieure s’est de plus en plus éloignée de son style classique simple pour sonner moins authentique et plus grand public, bien que « Low Symphony » ait utilisé trois numéros de l’album « Low » (1977) de David Bowie/Brian Eno pour le matériel thématique. à trouver et des textes spirituels indiens dans la « Symphonie n° 5 ».

Alors que peut-on attendre de « Symphonie n°13 » ? Comme le dit le proverbe, attendez-vous à l’inattendu.

Ce à quoi nous pouvons certainement nous attendre est quelque chose de remarquablement différent des deuxièmes symphonies de Schumann et Brahms présentées sur un récent album de deux CD de l’Orchestre du Centre national des Arts sous étiquette Analekta. L’album, intitulé Lyrical Echoes, fait partie d’une série de quatre qui célèbre la merveilleuse relation entre Robert et Clara Schumann et le jeune Johannes Brahms.

Comme d’autres femmes de son âge, on ne s’attendait pas à ce que Clara poursuive une carrière professionnelle dans la composition – bien qu’elle soit devenue une créatrice de piano accomplie – sa musique occupe donc naturellement une place non prédominante sur ces albums. Elle s’est néanmoins révélée une compositrice hors pair sur 12 chansons interprétées par la grande soprano canadienne Adrien Besonka, accompagnée de la pianiste Liz Upchurch.

READ  Un camion de fête arrive à Tulsa pour partager des performances de piano gratuites | Arts et théâtre

L’essentiel du nouvel album est consacré à Schumann et Brahms, des compositeurs qui ont suivi les traces de Beethoven, et Brahms avait tellement peur de leur son qu’il a attendu l’âge mûr avant de publier sa première symphonie.

Bien que bon nombre des enregistrements recommandés pour ces symphonies remplissent déjà les catalogues d’enregistrements – dont, en lien avec Schumann, du chef fondateur du Centre national des Arts Mario Bernardi -, Alexander Shelly, actuel chef d’orchestre, appose l’empreinte d’un artiste pleinement engagé personnalité sur la musique de .

On oublie parfois que les orchestres du temps de Schumann et de Brahms avaient tendance à être plus petits que ceux d’aujourd’hui, et les dimensions des orchestres du Centre national des Arts s’avèrent juste. Il n’y a pas de gras dans ces offrandes.

De plus, l’idée de relier les trois compositeurs fournit, comme le note Shelley dans les notes, « un récit perspicace des vies et des œuvres entrelacées de ces trois romantiques ».

Bien que Philip Glass ait également été qualifié de romantique, la description semble plus appropriée pour le compositeur d’une autre pièce du programme de l’orchestre torontois, « Violin Concerto » d’Eric Korngold (joué par Blake Pouliot). Glass s’empressera sûrement de souligner que les étiquettes sont des verbes simplifiés à l’extrême et que l’étiquette qui leur est souvent appliquée – minimale – ne raconte qu’une partie de l’histoire.

WL

William Littleler est un auteur de musique classique basé à Toronto et un chroniqueur indépendant pour The Star.