Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un député canadien s’excuse après être apparu nu lors d’une interview vidéo

Will Amos, député fédéral (député) de Pontiac, QuébecQuant au Parti libéral, on peut le voir vêtu de vêtements indécents sur une capture d’écran circulant en ligne.

Le collègue représentant Claude Debelville du Bloc québécois a fait part de l’indiscrétion d’Amos pendant la période de questions.

Selon le traducteur parlementaire, Debel Ville a déclaré en français: “Nous avons vu un membre pendant l’interrogatoire porter des vêtements inappropriés. C’est-à-dire nu. Nous pourrions donc rappeler aux membres, en particulier aux membres masculins, que les costumes et les cravates sont appropriés.”

«Nous avons vu que le membre était en très bonne forme, mais je pense que ce membre devrait se rappeler ce qui est approprié et contrôler sa caméra.

Le président de la Chambre, Anthony Rota, a répondu à Debelville: «Je tiens à remercier la députée estimée pour ses remarques», a déclaré Rota. “J’ai manqué ça.”

Puis Amos a posté des excuses sur son compte Twitter.

“J’ai fait une erreur vraiment malheureuse aujourd’hui, et je suis évidemment gêné à ce sujet. J’ai accidentellement laissé mon appareil photo passer à des vêtements de travail après le jogging.” tweeter.

“Je m’excuse sincèrement auprès de tous mes collègues de la Chambre des représentants. C’était une erreur flagrante + cela ne se reproduira plus.”

Amos est membre du Parti libéral canadien, dirigé par le premier ministre Justin Trudeau.

CNN a contacté Amos et le bureau du Premier ministre pour obtenir des commentaires.

En juin 2020, le Parlement canadien a été témoin d’une autre controverse après que le chef du Nouveau Parti démocratique du Canada, Jagmit Singh, a été contraint de quitter le bâtiment après avoir qualifié un autre politicien de «raciste».

READ  Le Hezbollah accepte la troisième livraison de carburant iranien au Liban

Singh a fait l’acte d’accusation à la Chambre des communes après qu’Alan Terrain, du Bloc québécois, ait refusé d’appuyer une motion demandant au Parlement de reconnaître l’existence du racisme systémique au sein de la Gendarmerie royale du Canada.

Le Bloc Québécois a tweeté pour parler à la bourse et a exhorté Singh à s’excuser pour ses propos qui, selon eux, avaient «terni» la réputation de Terrain.