Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un entretien avec Dipat Zen – Fosterscare.com

Dolphin Gladel (FRA) organise la course de relais féminin 4×5 km à Lillyhammer, en Norvège. (Photo: mise au point nordique)

Suite à mon intérêt pour l’équipe de France féminine, j’ai contacté l’entraîneur féminin de L’Obn de France, Thibaut Cenu. Avant d’entraîner l’équipe nationale féminine, Chen a travaillé avec l’équipe de France junior pendant quatre ans. Ainsi, de nombreuses femmes maintenant au niveau senior ont travaillé avec lui depuis qu’il était skieur junior. En 2015, l’ancienne entraîneure de l’équipe féminine Anael Howard a démissionné et Sen a pris la relève. Un article Au moment où il a été écrit: «L’équipe de France de ski de fond est en plein désarroi. Ils étaient cinq dans le groupe A il y a un an; Il n’y en a que deux. “

Les deux femmes restantes sont Anouk Fivre-Beacon et Coroline Thomas-Huig et après cette saison, elles n’ont pas été rebaptisées A-Team. Après treize ans de course au niveau de la Coupe du monde, Thomas-Hugh a pris sa retraite en 2018. Lors de l’annonce de l’effectif de la saison 2019/2020, Fivre-Beacon n’a pas non plus quitté la liste, optant pour une voie différente pour se concentrer davantage sur les courses de marathon. En l’état, il n’y a pas de joueuses dans l’équipe A féminine de France pour la saison 2019/20, alors que huit filles ont été nommées dans l’équipe B. De ces huit, Delphine Gladell, alors âgée de 24 ans, était le membre le plus ancien. La moitié des huit n’ont pas encore accueilli de Coupe du monde lorsqu’ils ont été nommés dans l’équipe. En l’absence de leadership vieillissant et expérimenté, Sen et le groupe de nouveaux arrivants de son cousin ont progressé. Après avoir terminé 32e et 26e au classement général de la Coupe du monde 2019/20, Gladel a été la première femme à être nommée dans l’équipe A depuis 2015/16.

Dipat Chen, avec Delphine Claude après sa première étape de Coupe du monde, a terminé troisième sur l’Alp Cermis Hill Climb lors du Tour de Ski. (Photo: mise au point nordique)

Dans son entretien, Chen a cité diverses raisons à cet écart dans l’équipe féminine, du déséquilibre formel dans le sport en France à la popularité du biathlon en Europe. Cependant, avec le récent succès de Dolphin Claude, Chen est optimiste quant à son avenir alors que ses jeunes joueurs acquièrent plus d’expérience autour de la Coupe du monde. L’entretien suivant a été réalisé en français et a été traduit et légèrement révisé pour plus de clarté.

* * *

Skieur plus rapide: Bien qu’aucune nation ne soit également équilibrée en succès et en capacités entre ses équipes masculines et féminines, la profondeur de l’équipe de France masculine est incomparable du côté des femmes. À votre avis, y a-t-il des raisons légitimes à cela ou sont-elles simplement dues à la nature et au succès de la rotation de l’athlète?

READ  Goodfield dit que les commentaires de Kamala Harris au Guatemala il y a 6 mois auraient pu conduire les médias à être qualifiés de «racistes»

Dipat Sen: Cette observation est vraie. En France, c’est très vrai pour tous les sports. Par exemple, la France est le seul pays parmi les 8 premiers médaillés olympiques aux Jeux Olympiques d’été (20% des médaillés olympiques sont des femmes). Le sport féminin est donc un domaine qu’il faut développer pour augmenter le nombre de médailles ou de victoires. Personnellement, je pense que tout vient de la relation liée à l’éducation sportive des filles en France. Dans l’approche du sport, dans l’éducation ou dans la culture française, il n’est pas naturel pour les femmes de jouer. Cependant, ce n’est pas aussi naturel que les garçons (un Étude de l’OCDE Moins de 30% des jeunes Français de moins de 15 ans ont joué en dehors de l’école, 50% contre des garçons. Et de nombreux pays, comme la Norvège, la Suède ou les États-Unis, ont dépassé les 50%. La France est généralement bien inférieure à la moyenne de l’OCDE) C’est une invention, je le regrette, il est important de se battre. Les raisons de l’inégalité en France sont donc légitimes et nombreuses. Cependant, c’est à nous de changer la situation et de travailler pour y remédier.

FS: Du point de vue de la capture d’un jeune athlète, à quel point est-il difficile en France d’attirer et de retenir de jeunes athlètes… Est-ce différent pour les femmes contre les hommes?

TC: À l’échelle mondiale, le ski de fond a récemment une image très en déclin. La compétition avec le biathlon est complexe car nous sommes affectés par les comparaisons en termes d’audience, de spectacles ou d’opportunités de carrière. C’est un phénomène mondial.

Avoir des athlètes entre 20 et 25 ans est la partie la plus difficile parce que tous ne gagnent pas leur vie de leur sport, qui sont d’énormes sacrifices. Chez les filles, la sortie se fait souvent avant l’âge de 20 ans. C’est lié à ce que j’ai dit plus tôt sur la culture sportive en France… Pourtant, il y a une chose à retenir: nous avons des moments incroyables, nous avons une belle vie. Nous avons de la chance et le ski de fond est un sport traditionnel avec une forte histoire. Il se pratique au cœur de la nature et permet de faire de l’exercice. Nous sommes en mesure d’accueillir de nombreux jeunes qui se surpassent et qui souhaitent faire de l’exercice à l’extérieur.

READ  Un incendie de forêt en Californie s'étend sur 20 000 acres et détruit 20 maisons

Le jeu extérieur Govt-19 a aidé beaucoup de gens à voir à quel point c’était intéressant et excitant. Améliorer et améliorer notre jeu est le nôtre.

Flora Dolce (FRA) mène Lauren van der Graf (SUI) lors du sprint par équipe aux Championnats du monde Oberstorp 2021. (Photo: mise au point nordique)

FS: La France collabore-t-elle avec d’autres projets internationaux au niveau junior pour augmenter le niveau de compétition et de visibilité de leurs jeunes femmes?

TC: Cela se fait souvent de manière informelle lorsque nous nous réunissons aux mêmes endroits. Nous avons souvent partagé des sessions conjointes avec les Italiens à Davos ou avec Lauren van der Grafton de Suisse en novembre. Après cela, nous n’avons aucune coopération officielle avec un autre pays. Chacun a son propre plan et plan d’action et il est souvent difficile à intégrer. En fin de compte, la situation actuelle est très pertinente pour nous.

D’autre part, nous collaborons beaucoup avec nos équipes masculines. La différence de genre est un levier sur lequel nous nous appuyons. L’année dernière, nous avons partagé l’ensemble de nos produits avec les équipes françaises de distance et de sprint. C’est le moule le plus important et les équipes masculines nous aident beaucoup.

FS: Quels sont les modèles internationaux que vous attendez avec impatience de guider?

TC: La Norvège ou la Suède sont des leaders indéniables parmi les femmes. Il vaut donc mieux les voir gagner. Mais je voudrais m’inspirer d’un modèle similaire à la France en termes de culture nordique, disons très sobre. En ce sens, le succès de l’Amérique est exemplaire en ce qui concerne un leader comme l’équipe féminine ou Jesse Dickens. C’est le modèle que l’on voit le plus, surtout dans l’ambiance. C’est un groupe que vous aimez. De même, la Slovénie est une équipe très forte avec Lombic. C’est à nous d’inspirer et de découvrir notre modèle.

READ  La France traite du Brexit avec une nouvelle comédie musicale sur un nouvel Anglais taquin
Jesse Dickens (3e) célèbre avec la gagnante Anamariza Lombick après un sprint classique de 1,5 km au Val di Fium. (Photo: mise au point nordique)

FS: Dans une interview précédente, vous parliez d’un “trou” dans l’équipe de France féminine qui avait dix ans de moins que la génération précédente, et pourquoi, et quelle est votre attitude pour sortir de ce “trou”?

TC: Oui vraiment. Lorsque j’ai rejoint l’équipe féminine U20 en 2015, j’ai parlé d’un écart de génération pour expliquer pourquoi nous avons besoin de temps et d’énergie pour reconstruire une équipe.

Ce trou s’est produit pour un certain nombre de raisons. Le fort succès du biathlon en France a fait que de nombreuses jeunes femmes sont naturellement revenues au sport, par exemple les seniors avec Celia Aimoni à l’époque. De même, notre soutien à la prochaine génération a peut-être manqué au cours de cette période. C’est pourquoi nous avons tout mis en œuvre pour travailler dans ce domaine et soutenir les filles qui étaient en charge à l’époque, dont Delphine Gladel.

Nous essayons de poursuivre le travail dans cette direction.

Celia Aymonier (FRA), avant le début de la vague, prend la tête avant de passer au biathlon. (Photo: Fischer / Nordic Focus)

FS: Dolphin Gladell a décroché son premier podium et ses dix meilleurs résultats en Coupe du monde cette saison, pensez-vous que sa performance affectera d’autres équipes et / ou la prochaine génération de skieuses?

TC: Oui je pense. Elle a cassé le plafond de verre de la fin. Il montre que cela est possible pour toute la jeune génération de skieurs de fond. Se dire que c’est possible et le voir sont deux dimensions importantes pour motiver les autres femmes.

Dolphin Gladell (FRA) a terminé 3e de la finale du Tour de Sky 2020/21, son premier podium. (Photo: Nordic Focus).

FS: Quels sont vos objectifs pour cette équipe et le projet des femmes au cours des prochaines années?

TC: Nos objectifs sont différents:

– Continuer à diriger les rôles de premier plan du monde avec le dauphin et bien sûr progresser dans le contexte des Jeux olympiques.

– Soutenez les nouvelles filles qui sortent de la manche de la Coupe du monde avec Lena Quintin au sprint ou avec Flora Dolce au loin.

– Continuer à former des skieuses et permettre aux femmes d’exceller en ski de fond.

– Participer au rayonnement de l’équipe de France dans son ensemble: hommes et femmes, seniors et juniors.