Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un homme du Bronx a quitté son emploi pour avoir rejeté COVID Vax: Suit

Un homme du Bronx affirme avoir pris un congé payé d’une entreprise de restauration pour avoir refusé de le prendre Vaccin contre le covid-19De nouveaux documents judiciaires apparaissent.

Antonio Coronado, 35 ans, a été expulsé de Great Performances le 28 mai – une décision qui, selon lui, ressemble à une « résiliation illégale », selon un procès devant la Haute Cour du Queens déposé vendredi.

“Vous êtes censé avoir le choix”, a déclaré Coronado, qui travaille dans l’entreprise depuis février 2020, à The Post. “Ce n’est pas juste. Vous étiez un excellent employé juste parce que je ne veux pas me faire vacciner, ce n’est pas vraiment juste. “

“Je ne suis sorti que depuis quelques mois et je ne me sens pas en sécurité pour en prendre un”, a déclaré Coronado.

De plus, Coronado – qui est chrétien – a déclaré que se faire vacciner allait également à l’encontre de ses croyances religieuses.

Les employeurs “l’obligent à ignorer ses croyances religieuses et morales et ses préoccupations en matière de sécurité ainsi que le texte de la loi basé uniquement sur le principe du hors-la-loi et obligeant tout le monde à le faire. Ce n’est ni légal ni juste”, selon les documents judiciaires.

Antonio Coronado affirme qu'il a été licencié peu de temps après avoir dit à son employeur qu'il ne se ferait pas vacciner.
Antonio Coronado affirme qu’il a été licencié peu de temps après avoir dit à son employeur qu’il ne se ferait pas vacciner.
Antonio Coronado / Charité

Elmhurst, un résident du Queens, a été informé que le congé indéfini se poursuivrait jusqu’à ce qu’il se conforme au “mandat rétroactif”, selon des documents judiciaires.

Le procès allègue que forcer les employés à se faire vacciner viole les lois de l’État et de la ville et discrimine Coronado en raison de ses croyances religieuses.

READ  La Russie doit décider de se retirer de la Station spatiale internationale

Coronado a déclaré que l’entreprise testait les employés deux fois par semaine pour le virus, puis il y a environ trois mois, “Tout d’un coup, nous avons tous reçu un e-mail disant… nous avons besoin du vaccin pour y travailler.”

Il a dit qu’il avait répondu quelques mois plus tard en disant qu’il ne se sentait pas à l’aise de recevoir le jab – puis il a été innocenté.

L’avocat de Coronado, David Schwartz, a déclaré à The Post qu’à titre d’alternative, son client devrait être autorisé à continuer à se faire tester régulièrement et à prendre sa température.

“Anthony Coronado a le droit religieux de refuser de s’injecter un vaccin expérimental et son employeur a violé ses droits et l’a licencié injustement et s’est vengé d’Anthony et nous exigeons une compensation et nous demandons justice dans son droit de refuser de prendre le vaccin expérimental, », a déclaré Schwartz.

La porte-parole de Grand Shows, Karina Hayek, a déclaré dans un communiqué: “M. Coronado ne nous a pas informés ni demandé aucun accommodement basé sur un handicap ou une croyance religieuse sincère.”

Un signe du vaccin COVID-19 chez Rite Aid à Manhattan.
Un signe du vaccin COVID-19 chez Rite Aid à Manhattan.
Noam Gallay / Getty Images

Hayek a ajouté que l’entreprise “exige un vaccin COVID-19 pour les employés, comme indiqué dans notre politique, mais nous engagerons un dialogue collaboratif avec tous les employés qui demandent des aménagements raisonnables en raison d’un handicap ou de croyances religieuses sincères”.

Hayek a également déclaré que la Commission américaine pour l’égalité des chances dans l’emploi autorise les employeurs à demander le vaccin – une position qui a également été adoptée dans les lois sur les droits de l’homme de la ville, a-t-elle déclaré.

READ  Les responsables de la santé publique révèlent la plupart des parties les moins vaccinées du comté de Dane dans l'instantané des données

Mais selon les directives de l’EEOC publiées à la fin du mois dernier, les employeurs doit fournir des « installations raisonnables » Pour les travailleurs qui refusent les injections en raison d’un handicap, d’une grossesse ou pour des raisons religieuses.