Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un journaliste qui a fui l’Afghanistan décrit les horreurs des talibans : « Leurs actions sont impardonnables »

Rukhsar Azimi, un ancien journaliste afghan qui a fui le pays en 2015 après avoir reçu des menaces de mort, affirme qu’on ne peut pas faire confiance aux talibans pour « l’histoire ».

rhizome osseux : Chaque fois que je pense au 31 août, j’ai peur. Je n’ai aucune idée de ce qui va se passer. Maintenant que les États-Unis sont là et que les autres forces sont déjà en Afghanistan, à l’aéroport, les talibans prennent ces mesures contre les journalistes et il y avait beaucoup, beaucoup d’autres personnes qui ont dit qu’elles n’allaient pas s’adresser à la presse. Ça me fait peur. Cela fait peur à tout le monde en Afghanistan. Je suis en contact avec mes fans et ma famille et nous sommes tous très inquiets. Nous n’avons aucune idée de ce qui se passera après le 31 août. En repensant à l’histoire des talibans en Afghanistan, nous ne pouvons pas leur faire confiance. Leurs actions sont impardonnables pour tous les Afghans.

D’un côté, je suis très inquiète pour ma famille. C’est personnel pour moi. Dans l’ensemble, mon cœur va à toutes les femmes d’Afghanistan. Ils n’auront pas la possibilité d’aller à l’école, d’aller à l’université, d’avoir le droit de travailler ou de quitter la maison sans mention. C’est dévastateur. C’est déchirant. Nous voyons également déjà un signe de ces actions. Il y a beaucoup de femmes maintenant, dans les chaînes de télévision publiques à Kaboul, les femmes journalistes et présentatrices de télévision n’étaient pas autorisées à reprendre le travail. Bien qu’il y ait, ID, informations d’identification pour travailler. C’est inquiétant.

READ  Un Mexicain autre que des voitures de métro a survécu à un effondrement mortel

Chaque jour, je perds espoir. Tous les jours. Ha les deux derniers joursEt C’était très difficile pour moi. Les mots ne peuvent l’exprimer.

Regardez l’interview complète ci-dessous: