Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un juge canadien n’autorisera pas le directeur financier de Huawei à utiliser des documents HSBC dans l’affaire d’extradition aux États-Unis

VANCOVER (Reuters) – Un juge canadien a rejeté la demande du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, d’ajouter un lot de documents que son équipe juridique a reçus de HSBC comme preuves dans une affaire extradée vers les États-Unis, a annoncé vendredi le juge.

Meng, 49 ans, risque d’être extradé du Canada vers les États-Unis pour fraude bancaire pour avoir prétendument induit HSBC en erreur sur les relations commerciales de Huawei en Iran, ce qui pourrait amener la banque à enfreindre les sanctions américaines. Elle est en résidence surveillée à Vancouver depuis décembre 2018, date à laquelle elle a été placée en détention pour la première fois.

Son équipe juridique a reçu plus de 300 pages de documents internes de HSBC par l’intermédiaire d’un tribunal de Hong Kong, qui, selon la défense, devraient être déposés comme preuve car cela réfuterait le fondement de la demande d’extradition des États-Unis. Lire la suite

La juge en chef adjointe Heather Holmes, qui supervise l’affaire devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique depuis sa création, n’est pas d’accord. Holmes a déclaré que ses raisons seraient révélées par écrit dans une dizaine de jours.

“Nous respectons la décision du tribunal, mais regrettons ce résultat”, a déclaré Huawei Canada dans un communiqué publié après la décision, insistant sur le fait que des documents montraient que HSBC était au courant des transactions commerciales de Huawei en Iran, prouvant que la version américaine de l’affaire était “injuste”. .” Clairement fiable.

Le gouvernement canadien n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Meng doit comparaître devant le tribunal début août. Ses audiences d’extradition devraient se terminer à la fin de ce mois.

READ  Des chasseurs japonais ont abattu les ours après des heures de déchaînement qui ont frappé 4

(Reportage de Moira Warburton à Vancouver). Montage par Diane Craft

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.