Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un régime riche en protéines réduit les symptômes de la dépression

Un régime riche en protéines réduit les symptômes de la dépression

résumé: Une nouvelle étude rapporte que les étudiants-athlètes qui suivaient un régime riche en protéines présentaient des symptômes de dépression moins graves.

source: Actualités des neurosciences

Une nouvelle étude axée sur la nutrition et la santé mentale des athlètes adolescents trouve une association entre une consommation plus élevée de protéines et une réduction des symptômes de dépression.

Des études antérieures ont montré l’importance de la nutrition dans les troubles de santé mentale. Les personnes atteintes de troubles psychiatriques graves tels que le trouble bipolaire, la schizophrénie et le trouble dépressif majeur ont tendance à avoir une alimentation plus pauvre, plus de calories et un apport alimentaire inférieur à celui de la population générale.

L’importance de la nutrition reçoit une attention croissante en tant que facteur modifiable qui peut aider à soulager les symptômes des troubles mentaux.

L’objectif principal de cette nouvelle étude était d’évaluer si la consommation de certains macro et micronutriments est un prédicteur de futurs symptômes dépressifs chez les jeunes étudiants athlètes.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une consommation plus élevée de glucides, de protéines et d’acides gras polyinsaturés serait un prédicteur de symptômes dépressifs réduits lors du suivi. Ils s’attendaient à une association positive entre l’apport global en graisses et en sucre et les futurs symptômes dépressifs.

97 athlètes adolescents d’élite ont été recrutés pour l’étude. Les symptômes de dépression ont été enregistrés au départ et à nouveau au cours du suivi de 10 mois. Trois mois après l’évaluation initiale de la dépression, les participants ont enregistré leur apport alimentaire pendant trois jours.

READ  Étude : Les humains, les chiens et les chauves-souris peuvent avoir coexisté avec les dinosaures
Une consommation plus élevée de protéines a été associée à une diminution des symptômes de dépression. L’image est dans le domaine public

Les chercheurs ont ensuite utilisé des analyses de régression linéaire pour évaluer si les micronutriments pouvaient prédire la gravité des symptômes dépressifs, en contrôlant les covariables et les symptômes dépressifs de base.

Les résultats ont montré qu’une augmentation de l’apport en protéines était associée à une diminution des symptômes dépressifs au cours de la période de suivi. De plus, de nombreux écarts par rapport à l’apport alimentaire recommandé ont été signalés par les athlètes.

Les chercheurs affirment que des études supplémentaires avec des échantillons plus importants et des techniques d’évaluation plus approfondies sont nécessaires. Ils recommandent que les études futures se concentrent sur l’éducation nutritionnelle et examinent si des modifications alimentaires peuvent être mises en œuvre pour améliorer les symptômes de la dépression chez les étudiants athlètes.

À propos de cette actualité sur la recherche sur le régime et la dépression

auteur: bureau de presse
source: Actualités des neurosciences
communication: Bureau de presse – Actualités des neurosciences
image: L’image est dans le domaine public

Recherche originale : libre accès.
« L’apport en macronutriments comme prédicteur possible de la sévérité des symptômes dépressifs : une étude exploratoire avec des athlètes adolescents d’éliteÉcrit par Marcus Gerber et al. Psychologie du sport et de l’exercice

Voir également

Cela indique un légume fermenté

un résumé

L’apport en macronutriments comme prédicteur possible de la sévérité des symptômes dépressifs : une étude exploratoire avec des athlètes adolescents d’élite

arrière-plan

Une disponibilité adéquate des micro et macronutriments a un impact important sur les performances cognitives, l’humeur et la santé mentale. Bien que le rôle critique de la nutrition pour la performance des athlètes d’élite soit reconnu dès le début, on ne sait pas si la consommation de macronutriments spécifiques (glucides, protéines et lipides) prédit le développement de futurs symptômes dépressifs chez les athlètes adolescents d’élite.

READ  Le vaisseau spatial Solar Orbiter attrape une deuxième comète par la queue

Méthodes

Les participants ont été recrutés dans trois Swiss Olympic Partner Schools (SOPS) du nord-ouest de la Suisse alémanique. Au total, 97 jeunes athlètes d’élite (38 % de filles, Mâge = 16,35 ± 1,19) ont participé à l’étude. Les symptômes de dépression (PHQ9) ont été évalués au départ et au suivi de 10 mois. Un sevrage alimentaire de 3 jours a été effectué trois mois après l’évaluation primaire. Des analyses de régression linéaire ont été utilisées pour examiner si les macronutriments prédisent la gravité des symptômes dépressifs après avoir contrôlé les covariables et les symptômes dépressifs de base.

résultats

Une consommation plus élevée de protéines chez les athlètes était un prédicteur potentiel de la moindre sévérité des symptômes dépressifs lors du suivi (β = −35, s <.05). De nombreux écarts par rapport aux normes alimentaires recommandées ont été observés chez les athlètes d'élite.

conclusions

Les résultats de cette étude exploratoire soutiennent l’idée que le comportement alimentaire peut être potentiellement lié à la santé mentale des athlètes. Cependant, davantage de recherches avec des échantillons plus importants et des techniques d’évaluation plus approfondies sont nécessaires. Les recherches futures devraient également examiner si l’éducation nutritionnelle et la modification du régime alimentaire peuvent être utilisées pour prévenir les symptômes dépressifs chez les athlètes adolescents d’élite.