Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un tournant pour les patients atteints de la maladie de Parkinson

Un tournant pour les patients atteints de la maladie de Parkinson

Des recherches récentes présentent une nouvelle méthode pour augmenter la pureté des cellules dopaminergiques dérivées de cellules souches génétiquement modifiées, offrant un grand potentiel dans le traitement de la maladie de Parkinson. Cette méthode promet non seulement de réduire les temps de récupération et de réduire le risque de rechute pour les patients, mais vise également à réduire la dépendance aux médicaments.

Le futur traitement de la maladie de Parkinson a connu un développement considérable ces dernières années. Aujourd’hui, une avancée majeure dans la recherche a émergé, fournissant les résultats les plus solides en matière d’effets thérapeutiques à la fois sans effets secondaires et à long terme.

Une recherche récente publiée le 5 décembre dans la revue Communications naturellesintitulé « Améliorer la production de neurones dopaminergiques du mésencéphale à partir de cellules souches indifférenciées humaines restreintes à une lignée », révèle une avancée majeure dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Percée dans la recherche sur la maladie de Parkinson

Dans les nouveaux résultats de la recherche, le chef du groupe DADRITE et professeur agrégé Mark Denham a développé une méthode qui garantit une pureté beaucoup plus élevée des cellules dites dopaminergiques, qui sont cruciales dans le cadre de la maladie de Parkinson.

« Les cellules souches offrent un potentiel prometteur pour traiter la maladie de Parkinson en se transformant en neurones spécifiques. Cependant, la précision de cette transformation constitue un défi majeur avec les méthodes actuelles, ce qui entraîne une faible pureté.

Atteindre une haute fidélité est crucial pour une restauration efficace du mouvement chez les patients.

READ  Des archéologues ont découvert une structure en bois vieille d'un demi-million d'années qui n'a pas été construite par Homo sapiens

L’approche innovante du Laboratoire Dunham

Dans le laboratoire de Dunham, les cellules souches ont été génétiquement modifiées pour les empêcher de produire les mauvais types de neurones. Les cellules souches nouvellement conçues ont une capacité accrue à produire les neurones spécifiques nécessaires au traitement de la maladie de Parkinson, appelés cellules dopaminergiques.

En outre, les chercheurs ont montré que les cellules souches génétiquement modifiées permettaient de restaurer le mouvement chez des modèles animaux. Cette avancée représente une nouvelle approche thérapeutique potentielle pour traiter les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Implications pour le traitement et la recherche future

Des expériences sur des souris ont montré que la quantité et la pureté des cellules souches transplantées sont essentielles au nombre et à la durée des traitements.

« En utilisant nos cellules génétiquement modifiées, nous générons une plus grande pureté de cellules dopaminergiques qui, pour les patients, réduiront le temps de récupération et réduiront le risque de rechute et de consommation de médicaments. Mon objectif est d’aider les patients à arrêter de prendre leurs médicaments, ce qui nécessite une haute La prochaine étape est donc de transférer ma méthode vers des essais cliniques.

Référence : « Améliorer la production de neurones dopaminergiques du mésencéphale à partir de cellules souches indifférenciées humaines restreintes à une lignée » par Moisir Maimaytele, Moan Chen, Fabia Vibraro, Ekin Okonkwo, Rachel Kelly, Jonathan Christos Niklis, Josephine Raggard Christiansen, Noémie Mermet-Jouret, Dragos Niculescu , Johan Lauritsen, Angelo Ianelli, Ida H. Klastrup, Ove Birk Jensen, Per Kvist, Sadiq Nabawi, Fania Broccoli, Anders Nykjaer, Marina Romero Ramos et Mark Denham, 5 décembre 2023, Communications naturelles.
est ce que je: 10.1038/s41467-023-43471-0

READ  La peinture la plus blanche du monde reflète 98,1% de la lumière. Cela peut aider à lutter contre le climat