Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Une nouvelle comédie française innovante sur l’art et l’amitié

Une nouvelle comédie française innovante sur l’art et l’amitié

L’un des avantages et des joies du travail de critique de cinéma est que les gens m’envoient parfois des films qui ne sont pas encore disponibles aux États-Unis. Certains d’entre eux sont très bons – et quelques-uns sont si bons que, s’ils avaient été présentés ici, ils auraient figuré parmi les sorties les plus importantes de l’année. C’est le cas d’un nouveau film français, projeté en juin sous le titre « Vas-Tu Renoncer ? (« Will You Surrender ? »), du réalisateur indépendant chevronné Pascal Beaudet. Elle est répertoriée sur IMDb sous le titre « Edouard et Charles », noms des deux figures principales : le peintre Edouard Manet et le poète et critique Charles Baudelaire. Le film est basé sur l’amitié historique entre les deux hommes (leurs noms de famille ne sont jamais mentionnés), mais se déroule dans le présent. Beaudet dépeint les deux personnages à la fois comme étant à la fois de leur époque et en dehors de celle-ci, et ce mystère non résolu confère au film un ton qui allie sérieux intellectuel et comédie folle, audacieux, distinctif et subtilement soutenu.

« Etes-vous Runonser ? » Il affronte le drame éternel de l’art et du commerce, de l’esthétique et des institutions, ainsi que les frondes et les flèches que les artistes indigènes audacieux sont souvent condamnés à endurer. Le film condense ces grands thèmes en une période tendue, compacte mais poétiquement comique de soixante et onze minutes seulement. Edward (Benjamin Isdravo) – socialement maladroit, réservé et douteux – veut désespérément montrer le tableau qu’il considère comme son chef-d’œuvre, « Olympia », à son ami grossier et arrogant Charles (Pierre Léon), et essaie maladroitement de cajoler, cajoler , et harcelez Charles pour qu’il vienne dans son studio pour le voir. De son côté, Charles a désespérément besoin d’une subvention, qu’une bureaucrate du monde de l’art nommée Jeanne Brillo (Marian Bassler) promet de l’aider à obtenir, et continue de rebuter Edward avec de vagues promesses et des excuses impudentes. Edward continue de travailler sur le tableau comme dans le noir, sans l’avis de Charles, qui court de plus en plus sans vergogne à l’argent. Lorsqu’il devient clair que Charles a grossièrement et égoïstement insulté Edward, l’expert et conservateur de musée Durelby (joué par Marc Barbet et basé sur l’écrivain réel Jules Barbet Deauville) tente de servir de médiateur entre les deux amis.

READ  Surprise : l'épisode secret de Bluey fait le tour du monde au milieu de la panique suscitée par la fin du dessin animé | bleuâtre

Ces manœuvres psychologiques et professionnelles sont, dès le début, conduites follement par l’un des clowns du groupe, dont l’introduction à l’histoire est signe de l’inspiration cinématographique et comique de Boudet. L’action commence dans une rue devant le musée du Louvre, où une foule de piétons passe devant une station de métro. Grâce à un cadrage astucieux, l’attention du spectateur se concentre progressivement sur une figure immobile, vêtue d’un lourd costume démodé, les cheveux relevés d’une manière qui ne convient pas à son style, immobile au milieu de la tourmente quotidienne : Edward. Il est là pour une rencontre prévue avec Charles. Au lieu de cela, un clown aux cheveux hirsutes en short de sport vient s’asseoir à côté d’Edward, l’imitant geste après geste. Cet intrus, Gülkan (Serge Bozon), est un idiot naïf, sans appartenance ethnique ni origine discernable, qui ne parle que de platitudes qu’il comprend à peine (sa répétition répétée du mot « caricature » est surprenante). Le seul terme qu’il comprend dans l’essentiel, sinon dans sa prononciation, est : Ma mère« ami ». Comme s’il savait qu’il serait l’ami d’Edward en difficulté en cas de besoin, Gulkan s’attache au peintre et le suit.

Gulkan est la variable libre dans les relations cruciales du film, le porte-parole d’une incompréhension littérale et l’incarnation de la compréhension spirituelle. Comme un comédien moderne (ou comme Jerry Lewis, ou Harry Langdon, ou le personnage principal du film de Toni Erdmann), il a une sainte folie qui apparaît comme l’esprit innocent et doux de l’art – un esprit enfantin proche de l’enfance. Il est témoin du moment où un conservateur de musée à la mode adresse à Edward une invitation personnelle à une exposition collective à laquelle Edward ne participait pas. Il est présent lorsque Dorlby (dont le nom Gulkan se déforme en « do-ri-pe ») doit transmettre un message de Charles à Edward. Et il est là dans ce moment étrange où Edward rencontre enfin le poète arrogant. Cette scène, qui se déroule quelques minutes après le début du film, est celle qui a retenu mon attention de manière décisive : de loin, on voit Charles poursuivre Jeanne vers l’entrée du Centre Pompidou. Bien qu’il n’y ait personne dans la file d’attente pour entrer, Charles et Jane doivent emprunter le chemin sinueux des barrières de contrôle des foules qui bloquent leur chemin. Dans cette danse de rue urbaine virtuelle, comme dans la pantomime de Gulkan, Boudet déploie un art chorégraphique de comédie physique si rare dans le cinéma moderne, caractérisé par des commentaires courts et un humour burlesque.

READ  Amazon Prime et HBO Max s'associent en France - Histoires de films

Boudet a tourné le film « Vas tu renonce ? » Principalement à Paris, avec un œil attentif sur le paysage de la ville, ses rues et ses espaces publics – les cafés, les bureaux et les vastes espaces rectangulaires de la Bibliothèque nationale moderne. Fidèles à leur lieu culturel, ses personnages semblent remplir la ville de leur présence et de leurs pensées, grâce à des compositions visuelles qui synchronisent les manières distinctes des acteurs avec la vie de la rue qui les entoure, et une bande sonore qui rapproche leurs voix, même lorsqu’ils ‘s sont vus de loin. La comédie du film consiste en une série de touches interminables et d’interventions accidentelles, comme lorsqu’Edward, espionnant Charles dans la rue, saute de son siège dans une terrasse de café et bouscule un serveur qui transporte des boissons. Quelques instants plus tard, alors que les deux hommes parlent de leur vie, un inconnu, riant aux éclats sur son téléphone portable, bouscule Charles et les interrompt. Dans une scène de café, Gulkan apparaît involontairement en train de divertir les clients en déformant les noms et les mots. De la même manière qu’elle utilise pour capturer avec précision les regards, les expressions et les gestes, Boudet capture également la tristesse inhérente aux loyautés contradictoires des personnages envers l’amitié et l’art, comme dans une scène simple et solennelle détaillant l’utilisation par Charles d’un téléphone portable pour suit les progrès troublés de son ami et, dans un moment qui repousse les limites du réalisme, contemplant une conversation mystérieuse, Charles le traître est plongé dans une crise de conscience.

Les films naturalistes sur des expériences ordinaires sont capables de surmonter les défauts des réalisateurs par la précision de l’observation, la profondeur des connaissances ou l’intensité de l’émotion. Mais un film basé sur la tromperie, comme Fez à Renunci ?, est tout ou rien : les dialogues, le ton, les idées, les performances, les images, les lieux, les costumes et les accessoires doivent tous être corrects, car tout faux mouvement briserait l’unité du film. l’illusion irréparable. Le film de Boudet est essentiellement une œuvre de goût, de choix raffinés et de touches appropriées. Dans le rôle de Dorlby, Barbie incarne une gravité étrange et contemplative qui rappelle une version française de Bill Murray dans ses rôles dramatiques. Isdravo, dans le rôle d’Edward tourmenté mais déterminé, et Léon, dans le rôle de Charles brusque et timide, combinent une retenue gracieuse et une liberté impulsive. La performance de Bozun dans le rôle de Gülkan est une merveille de précision théâtrale et de prise de risque effrénée. Malgré sa renommée en tant que réalisateur (comme dans « Mrs. Hyde », avec Isabelle Huppert), il a toujours été plus occupé en tant qu’acteur, et je suis prêt à regarder le prochain film de la série des aventures de Gülkan.

READ  Les membres du "Never Miss A Super Bowl Club" se réunissent pour le No. 56

L’épreuve décisive du goût réside dans la conscience qu’a Budet de l’élément temporel potentiellement ridicule – la vie et le destin de Manet et Baudelaire à l’ère des smartphones, une perception qui aurait facilement pu se révéler absurde ou extrême. Ici aussi, le film avance habilement au bord du danger, maintenant un équilibre délicat entre la banalité de la vie quotidienne et les excentricités émotionnelles inspirantes des héros historiques. Edward et Charles constituent une étrange pierre angulaire des folies d’aujourd’hui, qui à leur tour mettent clairement en évidence les inconforts de leur statut d’étrangers à leur époque. Boudet joue directement avec la perception, puis s’attaque à une séquence finale magistrale qui manipule avec audace le temps. En utilisant un répertoire incroyablement original d’images d’un réalisme saisissant, Boudet évoque une bande virtuelle de Möbius de chronologie dramatique, reliant les merveilles intemporelles de l’art à la tragédie temporelle de la vie des artistes. ♦