Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Une société japonaise vise à mettre le premier atterrisseur privé sur la lune, à bord du vaisseau spatial émirati

Émis en :

Washington (AFP) – SpaceX s’apprête à lancer mercredi le premier atterrisseur privé – et japonais – sur la Lune.

La fusée Falcon 9 devrait décoller à 03h39 (08h39 GMT) de Cap Canaveral, en Floride, avec une date de sauvegarde pour jeudi.

Jusqu’à présent, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine ont réussi à envoyer un robot sur la Lune.

La mission, réalisée par la société japonaise ispace, est la première d’un programme appelé Hakuto-R.

L’atterrisseur atterrira vers avril 2023 sur la face visible de la lune, dans le cratère de l’Atlas, selon un communiqué de la société.

Mesurant un peu plus de 2 mètres sur 2,5 mètres, il est transporté par un rover de 10 kilogrammes appelé Rashid, fabriqué par les Émirats arabes unis. Le pays riche en pétrole est un nouveau venu dans la course à l’espace mais compte de récents succès dont une sonde martienne en 2020. En cas de succès, Rashid sera la première mission lunaire dans le monde arabe.

« Nous avons accompli beaucoup de choses au cours des six courtes années écoulées depuis que nous avons commencé à concevoir ce projet en 2016 », a déclaré Takeshi Hakamada, PDG d’ispace.

Hakuto était l’un des cinq finalistes du prix international Google Lunar XPrize, un défi pour faire atterrir un rover sur la lune avant la date limite de 2018, qui s’est terminée sans gagnant. Mais certains projets sont toujours en cours.

Un autre finaliste, de l’organisation israélienne SpaceIL, a échoué en avril 2019 à devenir la première mission financée par des fonds privés à réaliser cet exploit, après s’être écrasé à la surface alors qu’il tentait d’atterrir.

READ  La Côte d'Ivoire devrait recevoir 26,1 milliards de dollars de financement de développement de la part de 4 prêteurs multilatéraux, l'Union européenne et la France

ispace, qui ne compte que 200 employés, affirme qu’il « vise à étendre la vie humaine dans l’espace et à créer un monde durable en fournissant des services de transport à haute fréquence et à faible coût vers la lune ».

Les futures missions devraient contribuer au programme Artemis de la NASA. Le vol Artemis-1, un vol d’essai sans équipage vers la Lune, est actuellement en cours.

L’agence spatiale américaine veut développer l’économie lunaire dans les années à venir en construisant une station spatiale en orbite autour de la lune et une base en surface.

Il a attribué des contrats à plusieurs entreprises pour développer des véhicules terrestres pour transporter des expériences scientifiques à la surface.

Parmi elles, les US Astrobotic et Intuitive Machines devraient décoller en 2023, et en empruntant une route plus directe, elles pourront atteindre leur destination avant ispace.