Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Une star iranienne des échecs exilée en France salue le « courage » des manifestants

Une star iranienne des échecs exilée en France salue le « courage » des manifestants

Images de Joël Sackett. Vidéo de Guillaume Bonnet

Mitra Hejasipour, l’une des plus grandes joueuses d’échecs jamais produites par l’Iran, sait ce qu’est le courage après avoir défié le code vestimentaire strict de la République islamique pour les femmes et avoir enlevé son foulard lors d’un tournoi.

Aujourd’hui exilé en France après avoir été exclu de l’équipe iranienne à l’époque, il se dit impressionné par le courage des Iraniens qui sont descendus dans les rues après Mahza Amini, arrêté il y a un an et décédé en garde à vue. Il aurait violé le code vestimentaire.

Hejasipour, 30 ans, devenu citoyen français en mars, connaît un énorme succès au sein du conseil d’administration depuis son arrivée en France. Cette année, il a remporté le Championnat de France d’échecs et a aidé son équipe à atteindre la troisième place du Championnat du monde par équipes.

Mais dans un entretien avec l’AFP à l’occasion du premier anniversaire de la mort d’Amini, elle a déclaré qu’elle ne pouvait pas oublier la situation dans son pays d’origine, partagée entre l’espoir que les manifestants pourraient faire une percée et la peur de la répression à leur encontre.

Publicité – Faites défiler pour continuer

« Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les gens font pression et protestent contre ce régime, même si cela signifie donner leur vie ou les mettre en prison », a-t-il déclaré.

« Je vois des tripes. Je les vois littéralement haleter. Ça va exploser. Les gens ne pensent pas trop aux conséquences. »

Hejazipour est apparue en public sans voile pour la première fois sur une photo prise en Allemagne et publiée sur son compte Instagram en février 2018, a-t-elle déclaré.

Inspirée par les femmes iraniennes qui enlèvent leur voile obligatoire et le mettent sur des bâtons, elle a déclaré : « Vous ressentez ce sentiment de liberté lorsque vous sentez le vent souffler dans vos cheveux. »

Il a toutefois déclaré avoir dû supprimer ce poste suite aux menaces émises par le régime iranien.

Il a retiré son voile lors du Championnat du monde d’échecs Blitz à Moscou en décembre 2019.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Hejazipour est devenu le deuxième joueur iranien à être exclu de l’équipe pour cette raison, deux ans après Torsa Derakhshani, qui joue désormais pour les États-Unis.

« Ce sont les échecs », qu’il a commencé « à l’âge de six ans avec mon père », qui « m’ont permis cette liberté », explique Hejasipour, qui se considérait comme un joueur d’échecs avant son adolescence.

« J’ai eu de la chance car j’ai beaucoup voyagé et parlé à des gens de cultures et de religions différentes », a-t-il déclaré.

Depuis la France, elle a déclaré vouloir « montrer que les femmes iraniennes ne sont pas seules » en participant à des événements et en s’exprimant sur « la situation en Iran », ajoutant que « je ne peux pas faire grand-chose ».

Publicité – Faites défiler pour continuer

« Le régime n’a pas abandonné et je ne pense pas qu’il abandonnera un jour, car le hijab est la base du régime islamique iranien.

« Mais les femmes sont moins susceptibles de porter le voile. Quand on regarde des photos et des vidéos d’Iran, on constate que les femmes sont moins voilées. Cela montre que le courage s’est développé. Il n’est pas au pouvoir. abandonner. »

READ  MoMA poignardé: le suspect Gary Cabana arrêté à Philadelphie, selon la police

Il a ajouté : « D’après ce que j’ai vu l’année dernière et ce que je sais de ce régime, j’ai vraiment peur, mais en même temps j’ai bon espoir. Parce qu’ils ne peuvent pas. Tuer tout le monde, emprisonner tout le monde. «