Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Contraction économique de 0,1 % au deuxième trimestre

Clients marchant sous la pluie sur Oxford Street, Londres.

Tolga Akmen/AFP/Getty Images

L’économie britannique s’est contractée au deuxième trimestre de 2022, alors que la crise du coût de la vie a englouti le pays.

Les chiffres officiels publiés vendredi ont montré que le produit intérieur brut avait diminué de 0,1 % sur une base trimestrielle au cours des trois deuxièmes mois de l’année, moins que la contraction de 0,3 % que les analystes avaient prévue.

Il fait suite à une expansion du PIB de 0,8 % au premier trimestre de l’année.

la semaine dernière , banque d’Angleterre Avertissement qu’elle attend L’économie britannique entre dans sa plus longue récession depuis la crise financière mondiale au quatrième trimestre. Pendant ce temps, l’inflation devrait culminer au-dessus de 13% en octobre.

Les estimations mensuelles ont montré que le PIB a chuté de 0,6 % en juin, en dessous de la prévision consensuelle de 1,3 %, mais en baisse par rapport à l’expansion révisée de 0,4 % en mai.

« La croissance au Royaume-Uni est lente alors que l’économie est confrontée à de fortes pressions sur le revenu réel dans un contexte de hausse de l’inflation et de hausse des taux d’intérêt », a déclaré Hussain Mahdi, analyste macroéconomique et d’investissement chez HSBC Asset Management.

« Dans ce contexte, il sera difficile d’éviter une récession, en particulier avec les risques à la hausse des prix de l’énergie qui approchent à l’approche de l’hiver. »

Malgré les vents contraires macroéconomiques, HSBC soutient les actions britanniques à grande capitalisation pour continuer à surperformer cette année à la lumière de « l’exposition aux matières premières, de la valeur et des noms défensifs ».

READ  Le 15 juin est la date limite de paiement en milieu d'année de la taxe professionnelle CFE en France

L’Office for National Statistics, qui publie des chiffres de croissance, a déclaré que la contraction était en grande partie due à une baisse de la production de services, le plus gros frein étant les activités de santé et de travail social, reflétant une baisse des activités de Covid-19.

Il a noté qu’il y a eu une baisse de 0,2% de la consommation des ménages au deuxième trimestre, compensée par une contribution positive du commerce net.

Ceci est une nouvelle en développement et sera bientôt mis à jour.