Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Des raids indiens ont interdit une organisation religieuse dans une affaire présumée de financement du terrorisme

SRINAGAR, Inde (8 août) (Reuters) – L’Agence nationale d’enquête indienne (NIA) a annoncé dimanche avoir lancé des raids dans près de quinze lieux liés à l’organisation religieuse interdite Jemaah Islamiyah au Jammu-et-Cachemire pour son financement présumé du terrorisme. Cas.

Le gouvernement accuse Jemaah Islamiah de soutenir le militantisme au Cachemire sous contrôle indien, qui est au centre de décennies de conflit avec le Pakistan musulman.

La principale branche antiterroriste de l’Inde a déclaré dans un communiqué que les membres de l’organisation avaient collecté des fonds tant au pays qu’à l’étranger grâce à des dons pour des activités caritatives et de parrainage, mais que les fonds étaient plutôt utilisés pour des activités violentes et séparatistes.

“L’argent collecté par Al-Jamaa Al-Islamiya est également destiné à des organisations terroristes interdites telles que Hizb Al-Mujahideen, Lashkar-e-Taiba et d’autres à travers des réseaux bien organisés de cadres de l’armée irakienne”, a déclaré l’agence.

L’agence a perquisitionné les bâtiments de la direction et des membres de l’association ainsi que des fiducies gérées par JeI.

L’Agence nationale de renseignement a également déclaré que le groupe avait motivé des jeunes influents au Cachemire et avait recruté de nouveaux membres au Jammu-et-Cachemire pour participer à des activités séparatistes subversives.

Le gouvernement indien a interdit le groupe islamique indien après une attaque par des militants au Cachemire il y a plus de deux ans, qui a été revendiquée par un groupe militant islamique basé au Pakistan, dans laquelle 40 soldats indiens ont été tués lorsqu’un kamikaze a percuté sa voiture dans un bus transportant Bara. Forces armées.

JeI n’a pas pu être joint pour commenter dimanche. Elle n’avait pas précédemment commenté son financement, mais a déclaré qu’elle n’avait rien fait pour plaider en faveur de l’interdiction.

READ  Les "Pandora's Papers" ont révélé que la prétendue maîtresse de Poutine avait 100 millions de dollars

(Rapporté par Fayaz Al-Bukhari). Montage par Kirsten Donovan

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.