Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Difficultés à contrôler le travail à distance

unela vie de bureau A l’approche d’un nouveau type de nouvelle normalité, le télétravail est là pour rester. Les employeurs bénéficient d’économies car ils dépensent moins en bureaux et en espace au sol. Pour les salariés, la promesse est de gagner du temps : hors de leur trajet domicile-travail, ils peuvent faire leur travail et se concentrer sur leur famille et leurs loisirs. C’est du moins l’idée. Mais, comme le savent de nombreux employés à distance, les frontières entre le travail et la vie à la maison peuvent s’estomper.

Certains gouvernements et employeurs tentent de rétablir l’équilibre. En novembre, le Portugal a annoncé une législation qui, selon sa ministre du Travail, Ana Mendes Godinho, cherche à en tirer le meilleur parti. travailler par voie électronique (travail à distance) en atténuant les aspects négatifs. Il est désormais interdit aux patrons d’appeler leurs salariés « après les heures normales » : ceux qui téléphonent en dehors des horaires préalablement convenus s’exposent à une amende de plus de 9 000 euros (10 000 $). Les employeurs sont également tenus de fournir des équipements pour travailler à distance et de payer l’électricité et Internet, et ils doivent organiser des réunions en personne deux fois par mois pour aider à lutter contre l’isolement.

De nombreux pays européens avaient mis en place des règles similaires avant même Covid-19. En 2017, le « droit à la déconnexion » est entré en vigueur en France, ce qui a permis aux travailleurs d’ignorer les SMS, les e-mails ou les appels de leurs patrons après les heures de travail sans crainte de représailles. L’Italie a suivi peu après. Plus tôt cette année, l’Irlande a déclaré que les travailleurs pouvaient ignorer les e-mails et les appels en retard.

READ  Le panel de la FDA recommande les boosters Pfizer pour les personnes de plus de 65 ans ou à risque

Cependant, il n’est pas clair si la législation peut conduire à une réduction des heures de travail. Les aspirants travailleurs sont largement incités à prendre un appel de leur patron longtemps après l’arrivée et le départ de 17 heures ; En comparaison, ils ne gagneront pas grand-chose à signaler les infractions à la loi et à infliger une amende à leur employeur.

Ensuite, il y a la difficulté pratique de se mettre d’accord sur le moment où les travailleurs doivent être joignables, ce qui est souvent laissé à la négociation entre l’employeur et l’employé. Il n’y a aucune obligation en France et en Italie de parvenir à un accord. Hormis une décision de justice largement médiatisée en 2018 ordonnant à une entreprise de lutte antiparasitaire de verser 60 000 € à un employé qu’elle exigeait d’être accessible à tout moment en cas d’urgence, peu de choses ont été faites en France. Même le bureau de Mme Mendes Godinho a appelé votre journaliste à 19 heures.

Peut-être que le changement doit venir de l’intérieur. Au Japon, où un travail acharné de moins de 50 heures peut être interprété comme un manque d’engagement au travail, la moitié des travailleurs étaient déjà retournés au bureau au moins trois jours par semaine en avril 2021. Mais même il y a des employeurs qui sont répondre aux demandes des travailleurs pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Fujitsu, le géant de la technologie, a introduit des horaires de travail flexibles et permet le travail à distance. Ailleurs, le nombre d’officiers supérieurs à distance augmente. Mais peu d’entreprises sont allées aussi loin que Volkswagen. Au cours de la dernière décennie, les serveurs du constructeur automobile allemand ont veillé à ce que les employés couverts par un accord de paiement de groupe ne reçoivent pas d’e-mails professionnels sur leur téléphone entre 18h15 et 7h00.

READ  Les compagnies aériennes évitent l'espace aérien afghan | Philstar.com

Pour une analyse plus approfondie des principales actualités de l’économie, des affaires et des marchés, inscrivez-vous à Money Talks, notre newsletter hebdomadaire.

Cet article est paru dans la section Finance et économie de l’édition imprimée sous la rubrique « Se déconnecter uniquement »