Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Emmanuel Macron réduit le nombre de forces militaires françaises dans le Sahel africain

Le président français Emmanuel Macron a annoncé la future réduction de la présence militaire française, qui lutte contre l’extrémisme islamique dans la région du Sahel africain.

Macron s’est exprimé en conférence de presse, jeudi, sur la “transformation en profondeur” de l’opération militaire française au Mali et dans les pays voisins, sans préciser de calendrier.

Il a déclaré que l’opération française Barkhane prendra officiellement fin et sera remplacée par une autre mission axée sur la lutte contre les extrémistes islamiques qui s’appuie davantage sur des partenaires régionaux.

Il a déclaré que les détails seraient révélés fin juin, notamment le nombre de troupes que la France maintient dans la région. La France compte désormais plus de 5 000 soldats au Sahel.

“L’objectif ultime est de réduire nos multiples déploiements militaires” dans la région, a-t-il déclaré.

“Je le répète : la France n’est en Afrique qu’à la demande des Africains (…) pour lutter contre le terrorisme”, a ajouté Macron. “Mais la forme de notre présence, une opération à l’étranger impliquant 5 000 soldats, n’est plus adaptée à la réalité des batailles.”

Il a déclaré que la France se concentrerait à l’avenir sur le déploiement de forces spéciales, en coopération avec d’autres pays européens, dans le cadre de la task force dite Takoba visant à jouer un rôle accru dans la lutte contre les extrémistes.

Un haut responsable français a déclaré qu’il faudrait plusieurs mois pour mettre en œuvre les changements. Il a déclaré que Paris tiendrait d’abord des pourparlers avec ses partenaires européens et africains.

Au total, plusieurs milliers de soldats français resteront dans la région pour participer à diverses opérations, dont la nouvelle mission de coopération.

READ  Volkswagen prévoit un microbus électrique autonome avec Argo AI d'ici 2025

“En fin de compte, la présence française au Sahel restera importante”, a déclaré le responsable. Il parlait anonymement selon la pratique habituelle de la présidence.

Les forces françaises sont au Mali depuis 2013 lorsqu’elles sont intervenues pour forcer les rebelles islamistes radicaux à quitter le pouvoir dans des villes du nord du pays. L’opération Serval a ensuite été remplacée par Barkhane et élargie pour inclure le Tchad, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie dans le but d’aider à stabiliser la région du Sahel au sens large.

Malgré cela, les militants islamistes ont continué à lancer des attaques dévastatrices contre les armées qui les combattent ainsi que de plus en plus contre les civils. Il y a environ une semaine, des extrémistes du Burkina Faso ont lancé leur attaque la plus meurtrière depuis des années, tuant au moins 132 personnes.

Des centaines de personnes sont mortes depuis janvier dans une série de massacres visant des villages aux frontières du Niger et du Mali.

Alors que les gouvernements du Sahel ont adopté l’aide militaire française, certains critiques ont comparé sa présence à un vestige de la domination coloniale française.

Les analystes du conflit affirment que cette décision pourrait être liée à l’instabilité politique au Mali. L’annonce de la France intervient quelques jours après que le chef du coup d’État malien, le colonel Asmi Gueta, a prêté serment à la tête du gouvernement de transition, consolidant ainsi son emprise sur le pouvoir dans ce pays d’Afrique de l’Ouest après avoir effectué son deuxième coup d’État en neuf mois.

READ  Open de France: une amende de 15000 $ à Osaka pour avoir sauté une conférence de presse d'après-match

Michael Shurkin, directeur des programmes mondiaux chez 14 North Strategies, un cabinet de conseil basé à Dakar, au Sénégal, a déclaré : “(La vérité) est que la stratégie de la France ne peut réussir que si les financiers font leur part, ce qui signifie améliorer la gouvernance. Mais la chaîne de Guetta des coups d’État indique que les Maliens ne le sont pas.



Siaka Coulibaly, analyste au Citizens Public Policy Monitoring Center au Burkina Faso, a déclaré que la décision n’était pas surprenante, mais il est préoccupé par les conséquences des réductions de troupes.

“La réduction du nombre des forces Barkhane n’aura aucun effet sur le Mali car les forces russes vont arriver et les remplacer. En attendant la réduction aura un effet sur le Burkina Faso, car les terroristes vont essayer de se déplacer vers le Burkina Faso et sont susceptibles de se propager vers le sud », a déclaré Coulibaly.

Un employé nigérian de 31 ans de la base militaire de Barkhane à Niamey, la capitale du Niger, a déclaré à l’Associated Press qu’il était “injuste” et “contre nature” que la situation au Mali affecte la situation au Niger. L’Associated Press n’utilise pas son nom pour protéger son identité.

(Le titre et l’image de ce rapport peuvent avoir été retravaillés uniquement par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux partagé.)