Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Faites apprendre le français à votre PDG, dit le Canada au conseil d’administration d’Air Canada

Un Airbus A320-200 d’Air Canada se prépare à atterrir à l’aéroport international de Vancouver à Richmond, en Colombie-Britannique, au Canada, le 5 février 2019. REUTERS/Ben Nelms/File Photo

MONTRÉAL (Reuters) – Le plus haut responsable du gouvernement canadien a déclaré lundi que le directeur général de la plus grande compagnie aérienne du Canada devrait améliorer son français dans le cadre d’un examen annuel du conseil d’administration, car une controverse linguistique hante la compagnie aérienne.

Le PDG d’Air Canada, Michael Russo, s’est engagé la semaine dernière à améliorer ses compétences en français, s’excusant pour les commentaires suggérant qu’il n’a pas besoin de parler français, la deuxième langue du Canada, même si la compagnie aérienne est officiellement bilingue.

La langue reste une question sensible dans la province majoritairement francophone du Québec, la deuxième province la plus peuplée du pays, où le ressentiment à l’égard de la domination anglaise a contribué à alimenter la montée du parti séparatiste Parti québécois (PQ) dans les années 1970.

Les commentaires de Rousseau et sa décision de prononcer un discours presque entièrement en anglais ont été critiqués par le premier ministre canadien Justin Trudeau et à Montréal, où se trouve le siège de la compagnie aérienne.

Air Canada n’a pas pu être joint pour commenter.

La vice-première ministre Chrystia Freeland, dans une lettre au conseil d’administration d’Air Canada, a déclaré lundi que la capacité de Rousseau à communiquer en français « doit être incluse comme l’un de ses objectifs de rendement clés fixés par le conseil et jouer un rôle important dans l’évaluation par le conseil de son performances.  » annuel « .

READ  Bernard Arnault cède Carrefour après 14 ans

Freeland, qui est également ministre des Finances du Canada, a déclaré que la capacité de communiquer en français devrait devenir un critère de promotion à des postes de direction au sein de la compagnie aérienne.

Dans le cadre du plan de sauvetage en cas de pandémie, Ottawa a acquis en avril une participation dans Air Canada, qui est assujettie à la loi sur les langues officielles du pays et doit servir les clients en anglais et en français. Lire la suite

Freeland a indiqué dans la lettre qu’Ottawa détient environ 6 % des actions en circulation d’Air Canada, l’un des plus gros actionnaires du transporteur.

« Cette question soulève des questions sur la qualité de la gouvernance exercée par le conseil d’administration d’Air Canada en ce qui concerne le traitement du français dans les rangs de la direction de l’entreprise », a écrit Freeland.

Reportage d’Alison Lambert à Montréal; Montage par Dan Grebler

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.