Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

« Il était temps » : la France réfléchit à une loi interdisant la discrimination capillaire

« Il était temps » : la France réfléchit à une loi interdisant la discrimination capillaire

Les députés de la chambre basse du Parlement français ont approuvé jeudi un projet de loi interdisant toute discrimination fondée sur la texture, la longueur, la couleur ou la forme des cheveux.

Les auteurs du projet de loi espèrent que ce projet de loi novateur enverra un message de soutien aux Noirs et à d'autres personnes confrontées à l'hostilité sur le lieu de travail et au-delà. A cause de leurs cheveux.

Mais cette mesure a encore un long chemin à parcourir. Il est ensuite renvoyé au Sénat, où il pourrait se heurter à une opposition.

Alors que seuls 50 des 577 députés de l'Assemblée nationale étaient présents pour voter, ils ont massivement soutenu le projet de loi par 44 voix contre deux. Quatre se sont abstenus de voter.

Les partisans de la mesure en dehors du Parlement étaient ravis que le projet de loi parvienne au pouvoir législatif.

« Il était temps », s'écrie Estelle Valois, consultante de 43 ans, alors qu'elle se fait couper les cheveux courts et bouclés dans un salon parisien où les stylistes sont formés pour traiter tous les types de cheveux, une rareté en France. « Aujourd’hui, nous allons de l’avant pour éliminer ces barrières de discrimination. »

Le projet de loi résonne Législation similaire Dans plus de 20 États américains. Le projet de loi a été proposé par Olivier Cerva, un législateur français de l'île des Caraïbes françaises de Guadeloupe. Si cela devient finalement une loi, dit-il, cela ferait de la France le premier pays au monde à reconnaître la discrimination fondée sur les cheveux au niveau national.

READ  Le Sri Lanka suspend unilatéralement le paiement de sa dette extérieure, dit avoir besoin d'argent pour ses nécessités

« C'est un grand pas en avant pour notre pays », a déclaré Serva après le vote. « La France s'est rendue fière. »

Olivier Cerva à l'Assemblée nationale à Paris, où il occupe le poste de député.Thibaut Camus/AFP

Le projet de loi modifierait les mesures anti-discrimination existantes dans le Code du travail et le Code pénal pour interdire explicitement la discrimination à l'égard des personnes aux cheveux bouclés, frisés ou autres coiffures perçues comme non professionnelles, ainsi que des personnes chauves. Il ne cible pas spécifiquement la discrimination fondée sur la race, bien que ce soit la principale motivation du projet de loi.

« Les personnes qui ne correspondent pas aux normes eurocentriques sont confrontées à la discrimination, aux stéréotypes et aux préjugés », a déclaré Serva, qui est noire, à l'Associated Press.

Les partis de gauche et les membres du parti centriste Ennahda dirigé par le président Emmanuel Macron ont soutenu le projet de loi, ce qui a suffi pour qu'il soit approuvé à l'Assemblée nationale. Le projet de loi est désormais soumis au Sénat, dominé par les conservateurs, où il risque de se heurter à l'opposition des législateurs de droite et d'extrême droite, qui y voient une tentative d'importer en France les notions américaines de race et de discrimination raciale.

Un client se lave les cheveux mercredi dans un salon à Paris.Thibaut Camus/AFP

Aux États-Unis, 24 États ont adopté une version du CROWN Act – qui signifie Création d’un monde respectueux et ouvert pour les cheveux naturels – qui interdit la discrimination capillaire fondée sur la race dans l’emploi, le logement, les écoles et l’armée. Législation fédérale américaine Elle a traversé la maison en 2022, mais les républicains du Sénat l’ont bloqué un mois plus tard.

READ  McConnell dirigera la délégation du Sénat pour rencontrer Zelensky en Ukraine

Les opposants au projet de loi français affirment que le cadre juridique français offre déjà une protection adéquate aux personnes victimes de discrimination en raison de leurs cheveux afro naturels, de leurs tresses, de leurs dreadlocks ou de leurs mèches.

Les auteurs du projet de loi ne sont pas d'accord. Un exemple qu’ils citent est celui d’une hôtesse de l’air française noire qui a poursuivi Air France en justice après s’être vu refuser l’accès à un vol en raison de ses tresses et avoir été forcée de porter une perruque aux cheveux raides. Aboubacar Traoré a gagné son procès en 2022 après une bataille judiciaire qui a duré une décennie. Mais le tribunal a jugé qu'il n'avait pas été victime de discrimination en raison de ses cheveux, mais parce qu'il était un homme, puisque ses homologues féminines étaient autorisées à porter des tresses.

La France ne collecte pas de données officielles sur l'appartenance ethnique, car elle suit une Vision globale Ce qui ne différencie pas les citoyens selon les groupes ethniques, ce qui rend difficile la mesure de la discrimination capillaire basée sur l'origine ethnique.

Une cliente s'est fait couper les cheveux mercredi à Paris.Thibaut Camus/AFP

Les partisans du projet de loi espèrent qu’il répondra au long combat que les Français noirs ont dû mener pour adopter leurs cheveux naturels.

Si certains considèrent le projet de loi comme frivole, il s'agit de quelque chose de plus profond, a déclaré Audie Levorelle-Djambo, coiffeuse et métisse mère de trois enfants.

« Ce n'est pas qu'un problème de cheveux. Cela donnera aux gens le pouvoir de pouvoir répondre. Lorsqu'on leur demandera de lisser leurs cheveux, ils pourront dire : 'Non, c'est illégal, vous ne pouvez pas attendre ça de ma part, c'est dû.' rien à voir avec ma compétence professionnelle.' »

READ  Les diables de Tasmanie sont nés sur le continent australien pour la première fois en 3000 ans

Le Salon Djampou-Livoreil s'occupe de tous types de clientèle, de celles aux cheveux lisses à celles aux cheveux bouclés.

« C'est très émouvant de voir une femme de 40 ans, parfois à un poste très élevé, enfin embrasser sa beauté naturelle. Et cela arrive tous les jours », a-t-elle déclaré.

La cliente du salon Valois espère qu'à l'avenir sa fille de 5 ans vivra dans une société qui ne stigmatise pas ses cheveux.

«Quand j'étais plus jeune, je me souviens avoir déploré le manque de salons et même de produits capillaires (pour cheveux bouclés) – il fut un temps où, malheureusement, nous devions utiliser des produits conçus pour les cheveux européens et ils ne s'adaptaient pas à nos cheveux. « Je suis heureuse aujourd'hui car les choses sont devenues plus accessibles et il y a un changement », dit-elle.

« Il n'y a aucune raison d'avoir honte de qui vous êtes, que ce soit vos cheveux ou même le fait que vous n'avez rien ! »

Pour en savoir plus sur NBC BLK, Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire.