Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Julian Assange peut faire appel de son extradition auprès des États-Unis et du Royaume-Uni, selon NPR

Julian Assange peut faire appel de son extradition auprès des États-Unis et du Royaume-Uni, selon NPR

Les partisans du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, brandissent des pancartes et des banderoles alors qu’ils manifestent en leur faveur, devant la Royal Courts of Justice, la Cour suprême britannique, dans le centre de Londres, le 20 mai 2024.

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images


Masquer la légende

Basculer la légende

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images

Les partisans du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, brandissent des pancartes et des banderoles alors qu’ils manifestent en leur faveur, devant la Royal Courts of Justice, la Cour suprême britannique, dans le centre de Londres, le 20 mai 2024.

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images

Un tribunal de Londres a statué que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pouvait désormais faire appel de la décision du gouvernement britannique d’approuver son extradition vers les États-Unis.

La décision rendue lundi par deux juges de la Haute Cour de justice britannique ouvre la voie à une audience complète pour faire appel de cette extradition, au cours de laquelle les avocats d’Assange pourraient faire valoir que ses droits au titre du premier amendement de la Constitution américaine pourraient être limités par sa citoyenneté. Assange est un citoyen australien, ni citoyen ni citoyen américain.

Les États-Unis veulent l’inculper de 17 chefs d’espionnage et d’un chef d’utilisation abusive d’ordinateurs, pour complot en vue de saisir puis de diffuser des informations sur la défense nationale.

Assange a acquis une renommée mondiale en 2010 lorsque WikiLeaks, l’organisation qu’il a fondée, a publié des centaines de milliers de documents classifiés axés sur les activités militaires américaines en Irak et en Afghanistan et divulgués sur le site par Chelsea Manning, alors analyste du renseignement militaire.

En février, les avocats d’Assange ont présenté neuf motifs distincts pour un éventuel appel, mais en mars, les juges de la Haute Cour Victoria Sharp et Adam Johnson ont répondu à ces demandes en affirmant qu’il y avait une « réelle chance de succès » sur trois motifs seulement. .

READ  Les nouveaux manuels de Hong Kong « affirmeront que la ville n'a jamais été une colonie britannique » | Hong Kong

Dans leur décision de mars, ils ont appelé le gouvernement américain à fournir des assurances susceptibles d’éviter tout appel : en particulier, en convainquant le tribunal qu’Assange ne risquerait pas la peine de mort ; qu’il ne sera pas traité différemment de n’importe quel citoyen américain ; Et qu’il serait protégé par le droit à la liberté d’expression inscrit dans le premier amendement.

Lundi, devant le tribunal, l’un des avocats d’Assange a remis en question les assurances données depuis lors par les procureurs américains, suggérant que la séparation des pouvoirs aux États-Unis signifie que le pouvoir exécutif chargé d’inculper Assange ne sera pas en mesure de contraindre le pouvoir judiciaire – sous la forme d’une tribunal fédéral de Virginie – pour accepter certaines normes de procès.

Un avocat représentant le gouvernement américain devant le tribunal avait auparavant insisté sur le fait que « l’autorité judiciaire des États-Unis tiendra compte de cette confirmation officielle faite par son gouvernement dans le cadre des relations internationales ». Mais l’avocat d’Assange, Edward Fitzgerald, a déclaré que la Cour fédérale américaine « peut et appliquera la loi américaine, quoi que dise ou fasse le pouvoir exécutif ».

Une bataille juridique qui a duré des années

La décision de l’un des plus hauts tribunaux britanniques représente le dernier développement d’une saga juridique de plusieurs années dans laquelle Assange est mêlé depuis qu’une Suédoise l’a accusé pour la première fois de viol en 2010. Il a été arrêté pour être transporté en Suède, mais a renoncé à sa caution. La Grande-Bretagne, puis. Il s’est enfermé dans l’ambassade équatorienne, insistant sur le fait que les accusations étaient fausses et qu’elles constituaient un prétexte pour le renvoyer aux États-Unis.

READ  Sentosa : Singapour fait une course contre la montre pour nettoyer la marée noire alors que la station balnéaire de luxe se couvre de taches

Les procureurs suédois ont finalement abandonné les accusations de viol, mais Assange a été expulsé de force de l’ambassade d’Équateur et placé à Belmarsh, une prison de haute sécurité du sud-est de Londres, lorsque les États-Unis ont révélé leurs accusations contre lui.

L’homme de 52 ans n’était pas présent au tribunal lundi pour des raisons de santé, mais doit désormais attendre que son équipe juridique prépare un appel complet en vue de son extradition.

Cette audience pourrait éventuellement conduire à sa libération si les juges décident qu’il ne bénéficierait pas des mêmes protections juridiques devant un tribunal américain que dans le système juridique britannique.

Les partisans du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, brandissent une banderole avec une photo d’Assange, alors qu’ils manifestent en sa faveur, devant la Royal Courts of Justice, la Haute Cour britannique, dans le centre de Londres, lundi.

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images


Masquer la légende

Basculer la légende

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images

Les partisans du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, brandissent une banderole avec une photo d’Assange, alors qu’ils manifestent en sa faveur, devant la Royal Courts of Justice, la Haute Cour britannique, dans le centre de Londres, lundi.

Benjamin Krimmel/AFP/Getty Images

Si l’appel échoue, Assange a au moins une autre option

Mais même si les tribunaux britanniques rejetaient finalement son appel, les avocats d’Assange affirment qu’ils feront appel devant une autorité supérieure, la Cour européenne des droits de l’homme. Ce tribunal devra alors intervenir rapidement en émettant une injonction pour empêcher le transfert d’Assange vers les États-Unis.

Les critiques des poursuites engagées contre Assange par le gouvernement américain ont salué la décision de lundi comme une victoire importante, mais ont averti que les efforts déployés par les États-Unis en matière de poursuites continuent de jeter une ombre sur la liberté de la presse.

READ  Le Nouvel An lunaire sort la Chine de l'épicentre de Covid | Chine

« Une poursuite réussie criminaliserait une grande partie du journalisme d’investigation qui est essentiel à notre démocratie », a déclaré Jamil Jaafar, directeur exécutif du Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia, dans un communiqué. Il a ajouté : « Le ministère de la Justice n’aurait jamais dû inculper Assange en vertu de la loi sur l’espionnage et devrait abandonner les accusations maintenant. »

La séance, qui s’est tenue dans le centre de Londres, à la Royal Courts of Justice, a réuni des dizaines de partisans d’Assange, scandant et utilisant des haut-parleurs pour attaquer les autorités britanniques et américaines.

Stella Assange, épouse de Julian Assange, fait une déclaration devant la Cour royale de justice de Londres, après avoir remporté une offre devant la Haute Cour pour faire appel contre son extradition vers les États-Unis.

Lucy Nord/PA Images/Getty Images


Masquer la légende

Basculer la légende

Lucy Nord/PA Images/Getty Images

Stella Assange, épouse de Julian Assange, fait une déclaration devant la Cour royale de justice de Londres, après avoir remporté une offre devant la Haute Cour pour faire appel contre son extradition vers les États-Unis.

Lucy Nord/PA Images/Getty Images

Son épouse, Stella – qui l’a rencontré pour la première fois alors qu’elle travaillait avec son équipe juridique – a déclaré dans une récente interview à Reuters qu’elle craignait qu’il puisse être embarqué dès cette semaine dans un avion à destination des États-Unis, où il pourrait théoriquement faites-y face. Jusqu’à 175 ans de prison.

Le gouvernement américain a affirmé à plusieurs reprises que ses actions étaient imprudentes et dangereuses, et il a été inculpé en vertu de la loi sur l’espionnage.