Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

La Turquie convoque 10 ambassadeurs après avoir demandé la libération d’un philanthrope

ISTANBUL (Reuters) – Le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué les ambassadeurs de 10 pays, dont les États-Unis, l’Allemagne et la France, au sujet d’une déclaration appelant à la libération urgente du philanthrope Osman Kavala, a annoncé mardi l’agence publique Anadolu.

La déclaration, partagée par certaines ambassades lundi, a appelé à une solution juste et rapide au cas de Kavala, quatre ans après son incarcération, affirmant que l’affaire « éclipse le respect de la démocratie ».

Kavala, l’homme d’affaires, est emprisonné en Turquie depuis quatre ans sans avoir été condamné, malgré une demande de libération de la Cour européenne des droits de l’homme.

Il a été acquitté l’année dernière des accusations liées à des manifestations nationales en 2013, mais la peine a été annulée cette année et combinée à d’autres accusations dans une autre affaire liée à une tentative de coup d’État en 2016.

Les groupes de défense des droits ont décrit les procès de Kavala comme un symbole de la répression de la dissidence sous le président Recep Tayyip Erdogan.

« Les retards persistants dans son procès, y compris la fusion de différentes affaires et la création de nouvelles affaires après un précédent acquittement, jettent une ombre sur le respect de la démocratie, de l’état de droit et de la transparence dans le système judiciaire turc », ont déclaré les ambassades à la déclaration.

« En référence aux décisions de la Cour européenne des droits de l’homme dans cette affaire, nous appelons la Turquie à obtenir sa libération rapide », indique le communiqué.

Les autres pays mentionnés dans la déclaration sont le Canada, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède, la Finlande et la Nouvelle-Zélande.

READ  Une grue est tombée sur un immeuble du centre-ville de Toronto, causant des dommages

En réponse, le ministre de l’Intérieur Suleyman Soylu a déclaré que la Turquie est un État de droit démocratique. « Les ambassadeurs font des recommandations et des suggestions à la justice dans une affaire en cours, ce qui est inacceptable », a-t-il déclaré sur Twitter.

« Votre recommandation et votre suggestion éclipsent votre compréhension du droit et de la démocratie », a déclaré Soylu.

Le ministre de la Justice Abdulhamit Gul a déclaré que les diplomates devaient respecter les lois et que les ambassadeurs ne pouvaient pas soumettre de propositions aux tribunaux.

Le Conseil de l’Europe a déclaré qu’il engagerait une procédure d’infraction contre la Turquie si Kavala n’était pas libéré.

La prochaine audience dans l’affaire contre Kavala, qui a nié toutes les charges, et les autres aura lieu le 26 novembre.

(Reportage par Ali Kujokjokman; Montage par Giles Elgood et Karisma Singh)