Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

La vie après la dépression : à quel point elle a radicalement changé depuis la thérapie de choc

La vie après la dépression : à quel point elle a radicalement changé depuis la thérapie de choc

J’ai longtemps été dans une grave dépression. Ma santé mentale en a beaucoup souffert. C’était tellement grave que j’ai été admis dans un hôpital psychiatrique après une saison très difficile. Mon cerveau ne fonctionnait pas. Je faisais et disais des choses folles dont je ne me souviens pas. J’avais besoin d’une intervention. Nous avons appris à nous connaître Thérapie électroconvulsive (ECT), Également connue sous le nom de thérapie de choc.

Ma famille était terrifiée. Au début, ils étaient résistants. Mais ma sœur est venue à mon secours grâce à ses recherches. Vous avez clairement expliqué pourquoi c’était une bonne idée. Moins d’un mois plus tard, j’étais allongé sur mon lit d’hôpital, prêt à être époustouflé. Voici ce qui a changé depuis ce jour fatidique.

Ma dépression est finie. Pendant que je suivais une ECT, mon médecin venait régulièrement à quelques séances pour vérifier mon état. Il m’a posé des questions de routine sur ma dépression et sur ce que je ressentais. C’était vers la séance 14 qu’il est venu pour une autre évaluation.

« Comment va ta dépression? »

J’ai été honnête.

« Je ne me sens plus lourd. » C’était un miracle. La thérapie par électrochocs a réussi. Une fois sorti de l’hôpital, j’ai trouvé un bon psychiatre et thérapeute pour m’aider à combler le fossé.

Mon thérapeute m’a aidé à développer des mécanismes d’adaptation et à continuer à participer activement. Mon psychiatre m’a aidé à trouver une combinaison de médicaments pour me stabiliser. Après l’ECT, j’étais toujours apathique. Je n’étais pas déprimé, mais je n’avais pas non plus beaucoup d’énergie. Il m’a fallu quelques mois de travail avant de commencer à en ressentir les effets.

EN RELATION: La chose simple à faire quand tout semble être le pire

Je me sentais plus léger et plus heureux que depuis longtemps.

Les ruptures appartiennent au passé. Tout le monde se sent séparé dans une certaine mesure, et c’est ce que fait votre imagination. Avant ECT, les ruptures étaient monnaie courante pour moi. Je me sentais coincé dans un état constant de déconnexion. J’ai regardé autour de moi et j’avais l’impression de vivre dans un film en noir et blanc.

READ  Illuminer les âges cosmiques sombres

La vie était dépourvue d’énergie et de couleur. Tout le monde vivait sa journée comme si de rien n’était. Ils connaissaient tous leurs lignes et leurs actions. Pendant ce temps, j’étais coincé. J’étais un vide sans vie. Je n’ai jamais été là. Je le décrivais comme accroché au monde comme une corde, prêt à se libérer à tout moment.

Souvent, j’étais coupé du monde. Après ECT, je suis devenu plus présent. Je me sens connecté au monde. Je me sens connecté à mon corps et à mon environnement. Mes sens sont vivants, pas silencieux. C’est comme si j’ouvrais les yeux pour la première fois et que je voyais toutes les couleurs vives et vibrantes que le monde a à offrir.

J’ai plus de contrôle sur ma vie. Avant ma pause pour raisons de santé mentale, j’avais du mal à agir. Le mieux que j’ai pu faire est de maintenir une routine matinale. Après cela, j’ai passé mes journées sur Netflix et YouTube. Je faisais défiler les vidéos sans réfléchir, les regardant pendant des heures. C’est comme ça que je passais mon temps.

Je n’arrivais pas à m’en sortir. C’était une mauvaise habitude dont il semblait impossible de se débarrasser. Je me suis échappé dans le fantasme et je l’ai vécu par procuration. Je savais que c’était mal. Je savais que je devais faire quelque chose. Mais je me sentais impuissant.

Grâce à mon rétablissement, j’ai acquis de l’autonomie. J’ai dû assumer la responsabilité de ma vie et de mes actes. C’était lent, mais c’est arrivé. J’ai pu contrôler mon temps et mon énergie. J’ai trouvé un travail, ce qui m’a aidé. C’était comme si je reprenais le contrôle de ma fonction exécutive. Je peux prendre des décisions et agir en conséquence.

READ  La NASA prévient que les ressources de la Lune pourraient bientôt être détruites

Au plus fort de ma crise de santé mentale, j’étais convaincu que je ne m’en sortirais pas vivant. J’entendais mon cœur battre dans ma poitrine. Pendant la journée, je combattais des crises d’angoisse à gauche et à droite. La nuit, je reste au lit, incapable de respirer correctement. Je tremblais et j’avais l’impression que mon cœur allait battre tout droit hors de ma poitrine. Je ne pouvais pas dormir.

Quand je suis descendu du sommet, j’y pensais sans cesse. J’ai une grande conscience (et appréciation) de ma propre mortalité. Je suis toujours odieusement conscient de mon cœur qui bat dans ma poitrine. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à la mort d’une manière ou d’une autre.

Related: Le dîner qui a changé ma vision de la dépendance

Je pense surtout à la façon dont je mourrai un jour. Au lieu de me faire peur, ça me motive.

Je ne veux pas arriver sur mon lit de mort et regretter tout ce que je n’ai pas fait. Ma mort me rappelle que ma vie vaut la peine d’être vécue. Cela me rappelle de travailler sur les choses qui me procurent de la joie, car on ne sait jamais combien de temps il nous reste.

J’aime être en vie. Pendant longtemps, j’ai eu peur pour ma vie. C’était quelque chose que je devais surmonter. Je ne voulais pas être en vie.

Faire face à la mort m’a donné une nouvelle appréciation de la vie. Aussi cliché que cela puisse paraître, chaque jour où je me réveille est un cadeau. Cela signifie que je peux continuer à vivre ma vie et à faire les choses que j’aime. Je dois me réveiller tous les jours. Quelqu’un d’autre ne l’a pas fait.

READ  Des scientifiques de la NASA appellent à un nouveau cadre pour la recherche de vie extraterrestre

Pour la première fois de ma vie, je me sens satisfait. J’ai un système de soutien en qui j’ai confiance, un travail que j’aime faire et une mission de quitter cet endroit meilleur que je ne l’ai trouvé. Je n’aurais jamais pensé pouvoir ressentir cela. Je me sens vivant dans tous les sens du terme.

Si vous souffrez de dépression sévère, la thérapie par électrochocs (ECT) peut être une option pour vous. Certaines personnes présentent une résistance aux médicaments et doivent recourir à d’autres mesures. La thérapie par électrochocs (ECT) peut être votre deuxième chance de retrouver la vie. Pensez à tout ce que vous avez à gagner. Vous pourrez dire adieu à la dépression et bonjour à une vie pleine de vie et colorée. J’ai eu une seconde chance dans la vie, et toi aussi.

EN RELATION : La thérapie par électrochocs peut ressembler à de la torture, mais elle m’a été administrée par ma mère

Ceci est uniquement à des fins éducatives. Cela ne remplace aucun conseil professionnel et vous ne devez pas vous fier uniquement à ces informations. Si vous êtes intéressé par l’ECT, contactez votre médecin ou professionnel de la santé.

Related: 10 choses à faire lorsque vous êtes prêt à surmonter la dépression et l’anxiété

Maggie Kelly est écrivaine, conférencière et artiste. Elle a publié des articles dans Human Parts et Mind Cafe et a publié son premier livre à l’automne 2022.

Cet article a été initialement publié sur La médiation. Réimprimé avec la permission de l’auteur.