Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le massacre de Tiananmen caché à l’université de Hong Kong

HONG KONG (AFP) – Des ouvriers ont fermé un mémorial dans une université de Hong Kong pour commémorer le massacre de Tiananmen en 1989, suscitant des inquiétudes quant à l’avenir du mémorial alors que les autorités de la ville répriment la dissidence.

La colonne de la honte de 8 mètres (26 pieds), qui représente 50 corps en lambeaux et tordus empilés les uns sur les autres, a été créée par le sculpteur danois Jens Galchiot pour symboliser ceux qui ont perdu la vie lors de la répression militaire sanglante contre les manifestants pro-démocratie sur la place Tiananmen de Pékin le 4 juin 1989.

Mais la statue a été contestée en octobre, l’université appelant à son retrait, bien que cette décision ait déclenché une réaction de la part des militants et des groupes de défense des droits. Galschiøt, le créateur de la statue, a proposé de rendre la statue au Danemark à la condition qu’elle bénéficie de l’immunité légale de la loi sur la sécurité nationale, mais n’a jusqu’à présent pas réussi.

Des ouvriers ont fortifié le monument du pilier de la honte à l’université de Hong Kong mercredi soir. Un bruit de creusement et un fort hareng ont été entendus en provenance du site d’embarquement, qui était gardé par les gardes.

En octobre, l’université a déclaré à Hong Kong, l’organisateur de la veillée aux chandelles, en soutien aux mouvements démocratiques nationaux chinois, qu’elle devait retirer la statue à la suite de sa « dernière évaluation des risques et avis juridique ».

Mais l’organisation a dit qu’elle démantèlerait, pas la statue. L’université a été invitée à parler à son créateur à la place.

READ  Dans l'est de l'Ukraine, les inquiétudes grandissent concernant le nouveau jeu de pouvoir russe

Lorsque l’Associated Press est arrivé, le sculpteur Galchiot a déclaré qu’il était au courant de ce qui arrivait à la sculpture mercredi à partir des reportages des médias et des réseaux sociaux.

« Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé », a-t-il déclaré, « mais j’ai peur qu’ils ne le détruisent. » « C’est ma statue, et c’est la mienne. »

Galschiøt a déclaré qu’il pourrait intenter une action en dommages-intérêts si nécessaire.

Galsky avait déjà écrit à l’université pour confirmer la propriété du mémorial, bien que ses demandes aient été largement ignorées. L’université a également précédemment averti qu’elle pourrait demander une indemnisation si la statue était endommagée lors de son retrait.

La querelle sur le pilier de la honte survient alors que les autorités de Hong Kong répriment l’opposition politique dans la ville, après avoir mis en œuvre une loi sur la sécurité nationale qui semblait cibler une grande partie du mouvement pro-démocratie.

La loi sur la sécurité, qui interdit la sécession, la subversion, le terrorisme et la complicité étrangère dans l’ingérence dans les affaires de la ville, a été imposée par Pékin à Hong Kong après des mois de manifestations antigouvernementales en 2019.

Plus de 100 personnalités et militants pro-démocratie ont été arrêtés en vertu de la loi sur la sécurité nationale, qui a été critiquée comme un recul des libertés promises à Hong Kong lorsque les Britanniques l’ont remise à la Chine.

L’Université de Hong Kong n’a pas immédiatement répondu aux demandes de renseignements de l’Associated Press.

Construit pendant plus de deux décennies, le monument Pillar of Shame se trouvait initialement dans le parc Victoria à Hong Kong avant d’être finalement transféré à l’Université de Hong Kong à long terme.

READ  Les États-Unis et la Russie discuteront de l'Ukraine et des questions de sécurité le mois prochain

Le 4 juin de chaque année, les membres de l’Union des étudiants HKU, désormais dissoute, lavent la statue pour commémorer le massacre de Tiananmen. La ville, avec Macao, était autrefois les seuls endroits sur le sol chinois où les commémorations de la campagne de Tiananmen étaient autorisées.

Au cours des deux dernières années, les autorités ont interdit la veillée annuelle aux chandelles à Hong Kong, invoquant les risques publics liés à la pandémie de coronavirus.

Environ deux douzaines de militants ont été inculpés pour leur rôle dans la veillée de Tiananmen l’année dernière, au cours de laquelle des militants ont assisté et suivi des milliers de personnes, brisant les barrières dans le parc pour chanter des chansons et allumer des bougies malgré l’interdiction de la police de l’événement.