Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le médaillé biélorusse, confronté à une répression à domicile, s’accroche au rêve d’un retour olympique

MOSCOU (Reuters) – Le joueur de décathlon Andrei Krauchanka sait que se rendre aux Jeux olympiques est rarement un chemin sans adversité, mais une crise politique dans sa Biélorussie natale a rendu sa quête d’une dernière chance de concourir sur la plus grande scène sportive du monde encore plus difficile.

Le médaillé d’argent olympique de 2008 a déclaré qu’il avait été licencié de l’équipe nationale et limogé après avoir signé une lettre ouverte réclamant de nouvelles élections, et qu’il avait ensuite été brièvement emprisonné pour avoir participé à des manifestations contre le chef vétéran Alexandre Loukachenko.

Les Biélorusses descendent dans la rue chaque semaine pour exiger la démission de Loukachenko, accusé d’avoir truqué une élection présidentielle en août. Des milliers ont été arrêtés.

Après s’être vu refuser le soutien de l’État, Krauchanka espère maintenant se qualifier pour les Jeux de Tokyo l’année prochaine en tant qu’athlète indépendant concourant sous le drapeau olympique.

« Je ne veux en aucun cas représenter ce système », a déclaré Kruchanka.

Il se remet toujours d’une blessure à Achille, et après avoir contracté le COVID-19 en prison, le joueur de 34 ans pense que ses chances d’atteindre la norme de qualification du décathlon sont en jeu.

« Je dois m’entraîner, peut-être aller dans des camps d’entraînement à l’étranger parce que c’est impossible à faire en Biélorussie », a déclaré Krauchanka, qui a raté les derniers Jeux olympiques en raison d’une blessure.

« Il faut être égoïste pour tout laisser derrière soi pour pratiquer comme si de rien n’était. »

Le Comité olympique biélorusse a renvoyé des questions sur son cas à la fédération d’athlétisme du pays, qui n’a pas immédiatement commenté.

READ  Pour Draymond Green, la vidéo change tout

Kruchanka dit qu’il a été tiré de sa voiture garée le 8 novembre dans la capitale, Minsk, et détenu par des policiers anti-émeute masqués.

Il a été condamné à 10 jours de prison pour avoir participé aux manifestations, ainsi que la star du basket-ball Yelena Lyushanka et d’autres athlètes d’élite biélorusses, dont certains ont perdu leur emploi au gouvernement ou ont été expulsés des équipes nationales.

Krauchanka a rencontré Loukachenko, qui dirige également le Comité olympique biélorusse, à plusieurs reprises après être rentré chez lui avec des médailles de compétitions internationales.

« J’ai toujours eu une attitude positive envers lui », a déclaré Krauchanka. « Mais maintenant, après tout cela, je pense très différemment. »

La Fondation biélorusse de solidarité sportive, qui soutient des athlètes emprisonnés ou marginalisés pour leurs opinions politiques, collecte des dons pour aider Krauchanka sur la route de Tokyo.

« Afin de s’entraîner normalement et de se préparer à un résultat, votre esprit doit être en formation », a-t-il déclaré. « Mais mon esprit, malheureusement, est ailleurs. C’est une réalité en Biélorussie, où il y a des milliers de personnes en prison sans raison. »

Montage par John Stonestreet