Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le président zambien est satisfait de la Chine et la France coprésidera le groupe des créanciers dans les négociations sur la dette

CAPE TOWN (Reuters) – Le président zambien Hakindi Hachilema a déclaré lundi qu’il était heureux que la Chine copréside un comité des créanciers lors des négociations sur la dette avec la France, ajoutant qu’il était en train d’annuler en partie la dette de 32 milliards de dollars du pays. Considéré.

Hechilema a déclaré que la Zambie visait à éviter un autre défaut après être devenue en 2020 le premier pays à faire défaut à l’ère de la pandémie. Le président a déclaré que la Zambie cherchait à réduire sa dette dans le cadre du plan de secours et que « toutes les options sont sur la table ».

« Nous avons beaucoup emprunté. L’une de nos priorités est de restructurer nos dettes », a déclaré Hechilema lors d’un entretien avec Reuters en marge de la conférence minière d’Indaba au Cap.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le ministre des Finances, Situmbiko Musukutwani, a déclaré à Reuters que les négociations sur la dette devraient se terminer en juin, un calendrier que les analystes jugent ambitieux.

La Zambie, deuxième producteur de cuivre d’Afrique, a des dettes qui ont atteint 120 % du PIB.

Sa dette s’élevait à 31,74 milliards de dollars fin 2021, selon les données officielles du gouvernement – dont 17,27 milliards de dollars de dette extérieure. La Chine a 5,78 milliards de dollars de dette extérieure.

Musukotwani avait précédemment déclaré que les négociations sur la dette étaient « suspendues » lors des réunions du FMI le mois dernier, après que le pays eut obtenu un accord au niveau du personnel sur une facilité de crédit de 1,4 milliard de dollars sur trois ans avec le fonds en décembre.

(Reportage supplémentaire de Clara Denina et Helen Reed au Cap); Couverture supplémentaire par Rachel Savage. Montage par Susan Fenton

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.