Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L'écrivaine française Christine Angot parle de la confrontation à l'inceste dans « Une famille ».  -Le journaliste hollywoodien

L'écrivaine française Christine Angot parle de la confrontation à l'inceste dans « Une famille ». -Le journaliste hollywoodien

Avec plus de 20 livres à son actif, l'auteure Christine Angot est un pilier de la scène littéraire française depuis plus de trois décennies. Son roman révolutionnaire incestepublié en 1999, était un récit brutalement honnête du viol de l'auteur par son ex-père alors qu'elle était adolescente.

Elle a plusieurs de ses romans ultérieurs, notamment : Le voyage en Orient (Voyage en Orientlauréate du prestigieux Prix Médicis en 2021, revient sur le traumatisme qui a façonné une grande partie de l'œuvre d'Angot, ainsi que sur sa vie de femme et de mère.

Bien que ses livres se situent souvent à cheval entre l’autobiographie et le roman – un genre que les Français appelaient « autofiction » – Angot préfère les appeler « romans ». Dans son tout premier long métrage, ce documentaire intime et perspicace famille (une famille), s'appuyant fortement sur l'aspect autobiographique, tournant la caméra sur elle-même et sa famille immédiate pour poser un barrage de questions difficiles sur les événements qui ont changé sa vie dans sa jeunesse.

Depuis sa scène d'ouverture choquante, dans laquelle Angot fait irruption dans l'appartement de sa belle-mère avec une équipe de tournage à la Michael Moore, jusqu'aux longs entretiens avec sa mère, son ancien partenaire et sa fille, l'écrivaine devenue réalisatrice traverse la quête incessante de réponses de la France. cela l'a émue. Je l'ai éludé auparavant. Comme son titre l'indique, famille C’est, en quelque sorte, un film familial – un film qui tente courageusement de reconstruire un clan longtemps brisé, tout en permettant peut-être à Angot de retrouver une certaine tranquillité d’esprit.

Avant la première de son long métrage à la Berlinale, l'écrivaine de 64 ans – qui a également co-écrit le scénario de Claire Denis – Permettre l'entrée des rayons du soleil Et Les deux côtés de la lame – Il s'est assis avec THR Pour expliquer pourquoi elle a finalement choisi de faire son premier film, les différences entre l'écriture et la réalisation, et comment elle a été malmenée par les médias français.

Pendant des décennies, elle a mené une carrière d'écrivain réussie, écrivant plusieurs livres à succès et remportant certains des plus grands prix du livre français. Qu’est-ce qui vous a motivé à faire un film au lieu d’écrire un autre roman ?

« Rush » est un bon mot pour le décrire. En 2021, à la sortie de mon dernier roman, j'étais prêt à partir en tournée promotionnelle dans l'Est de la France et je me suis dit que ce serait une bonne idée d'emporter un appareil photo avec moi au cas où mes frères ou ma belle-mère le feraient. Il m'a finalement contacté après de nombreuses années de silence. J'avais aussi peur de voyager seule vers l'Est, qui était pour moi un endroit très hostile, donc une caméra offrirait une forme de protection – parce qu'elle pourrait enregistrer ce qui vous arrivait et parce qu'il y aurait quelqu'un qui le gérerait. Être avec un photographe, c'est être avec quelqu'un qui voit les mêmes choses que vous, et vous aviez besoin d'être rassuré.

READ  Joe Rogan s'excuse d'avoir utilisé le mot N et l'histoire raciste de Planet of the Apes | Joe Rogan

Saviez-vous ce que vous alliez filmer ?

Non, j'ai été complètement marqué par les événements tels qu'ils se sont produits, à commencer par ma décision de visiter la maison où vivait mon père à Strasbourg, et où réside toujours ma belle-mère. Je ne pensais pas pouvoir sonner la cloche, mais la présence de l'équipe de tournage m'a mis en action.

Pensez-vous que la présence constante de la caméra a également changé la façon dont les gens réagissaient aux questions que vous leur posiez – qu’il s’agisse de votre belle-mère, puis de votre mère, de votre ex ou de votre fille ?

Les gens supposent toujours que la caméra modifie négativement votre comportement, mais je n'en suis pas si sûr. Je pense que cela change votre comportement parce que vous savez que ce que vous dites restera gravé dans les mémoires pour toujours. Cela vous oblige aussi à dire quelque chose – n’importe quoi – parce que c’est là. Il y a des choses qu’on n’oserait jamais dire dans la vie normale, y compris à des gens qu’on connaît bien, mais à cause de la caméra, on décide tout d’un coup de les dire.

La caméra a-t-elle eu le même effet sur vous ?

Quant à la scène de Strasbourg avec ma belle-mère, si l'équipe de tournage n'avait pas été là, je ne pense pas que j'aurais pu franchir sa porte d'entrée comme elle l'a fait. Pour d'autres scènes, la caméra nous a obligés à communiquer d'une manière que nous n'avions jamais utilisée auparavant, en partie à cause de tout l'appareil de tournage : l'équipe qui voyageait en train, les caméramans debout, le gars du son, etc. Tourner un film vous oblige à avoir plus qu’une simple conversation informelle.

Avant de faire le film, je pensais que vous aviez déjà eu des conversations très difficiles avec les membres de votre famille à propos de l'inceste, compte tenu de la façon dont vous en avez parlé dans plusieurs de vos romans.

READ  "Vous faites du bon travail !"

Pas nécessairement. Le film était la première fois que ma famille disait certaines choses parce que c'était la première fois que je leur posais certaines questions. Lorsqu’il s’agit d’inceste, les gens supposent toujours que la victime a besoin de parler sans cesse de sa souffrance, comme si nous n’étions que de simples instruments de confession dans les journaux. Ils n'auraient jamais pu imaginer que nous aurions besoin de demander ils Questions, ce que nous devons entendre ils Pensez à ce qui s'est passé.

Par rapport à tous les livres que vous avez écrits, comment s’est passée la réalisation de votre premier film ? En quoi avez-vous trouvé cela différent du processus d’écriture ?

Lorsque vous écrivez un livre, vous ressentez un sentiment de liberté absolue, mais vous pouvez aussi vous perdre dans une telle liberté, qui est en réalité un faux sentiment de liberté. Lorsque vous êtes enfin capable d’écrire quelque chose qui vous satisfait, votre sentiment de joie peut être très fort, mais c’est une joie que vous expérimentez par vous-même. Alors que lorsque vous faites un film, il y a beaucoup de frontières à gérer, et le film finit par être façonné par ces frontières. Il y a aussi un aspect politique dans le cinéma car on travaille en groupe. Il y a toujours du monde à vos côtés, ce qui signifie que vous n'êtes jamais seul dans votre folie de créatif. C'est la différence essentielle : lorsque vous réalisez un film, la folie créative est partagée, que ce soit avec le monteur ou l'équipe de tournage.

j'ai tiré famille Avec la directrice de la photographie Caroline Champeter (Moteurs sacrés), à qui on attribue également le titre de « collaborateur artistique ». Comment avez-vous travaillé ensemble ?

Quand j'ai réalisé que je voulais une caméra lors de ma tournée de lecture, j'ai immédiatement contacté Caroline, pas seulement en tant que cinéaste, mais en tant que personne qui serait là pour me protéger dans un endroit aussi difficile et dangereux. C'est ce que j'entendais par coopération artistique. En termes de photographie, je ne pensais pas beaucoup à la photographie, j'étais guidé par les événements au fur et à mesure qu'ils se produisaient. Pour la scène avec ma belle-mère, c'était comme une séquence d'action où Caroline et l'autre employée devaient faire face à ce qui se passait. Ils avaient peur d’entrer dans la maison avec moi et j’ai dû leur demander d’entrer.

READ  "Seigneur, aie pitié de ma famille si je donne une interview

Cette scène est choquante. Une autre scène choquante est le clip du talk-show Tout à la fois À partir de 1999, elle quitte le plateau après avoir été insultée par l'animateur et les invités. Pourquoi pensez-vous avoir provoqué la réaction de certains membres des médias français ?

En 1999, j'écrivais depuis 10 ans, mais les gens lisaient rarement mes livres. Soudain, à cause de l'inceste, j'ai été mis sous le feu des projecteurs et les médias ne savaient pas comment me traiter. J'ai écrit un roman, sauf que j'ai utilisé le pronom à la troisième personne « je ». inceste Il s’agissait de ma propre expérience, mais il était écrit dans un style littéraire élevé. Et c'était une question de domination – à cause de l'inceste Il est dominance. Si j’étais juste une victime parlant de ma souffrance, les médias adoreraient ça. C'est ce que l'on voit toujours dans les talk-shows : la victime parle de son traumatisme, puis un expert intervient pour expliquer les choses au public. Mais je faisais les deux à la fois : j'étais une victime Et J'expliquais ce qui m'était arrivé. Ils ne savaient pas comment gérer cela.

C'était déstabilisant pour eux.

Oui, car la victime, qu'elle soit victime d'inceste ou autre, se définit par le traumatisme qu'elle a vécu. Tout le monde les méprise – ils essaient de les protéger ou de sympathiser avec eux, ce qui signifie qu'ils continuent de les contrôler. J'ai toujours rejeté cette situation, parce que je veux que les gens m'admirent et non pas me méprisent.

C'est la même chose dans votre film : au lieu d'apparaître aux yeux de votre belle-mère et des autres comme une victime, vous les affrontez de front et leur demandez de répondre.

Justement, il y a des choses dans famille Que je n'ai jamais vraiment vu auparavant. Normalement, on voit ce genre de scène d'affrontement à la télé-réalité, où c'est mis en scène et monté à l'avance, et où les personnages font semblant de sonner et d'ouvrir la porte. Ou bien c'est une œuvre de fiction et pré-écrite, comme dans l'œuvre de Thomas Vinterberg FêteIl y a des acteurs formés qui jouent les scènes. Dans mon film, tout ce que l’on voit est réel et rien n’est prévu à l’avance. Nous n'avons fait que photographier le présent.