Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les entreprises québécoises et d’autres entités seront interdites d’obtenir des communications en anglais de la province

Jeudi, le comté a annoncé que deux décennies après l’adoption de la loi sur la langue du comté, une certaine disposition qui a été «suspendue» pendant si longtemps entrera en vigueur l’année prochaine.

Toutes les entreprises québécoises et les agences gouvernementales de la province ne seront entendues qu’en français, du moins dans les communications écrites.

Cela comprend toutes les municipalités et autres gouvernements du Québec, ainsi que les commissions scolaires et les établissements de santé et de services sociaux.

Le changement s’appliquera également à toutes les «personnes morales», y compris toutes les sociétés constituées au Québec.

Le changement entrera en vigueur le 5 mai 2022. D’ici là, le gouvernement examinera si et quand des exceptions devraient être autorisées.

Mais il y avait plusieurs zones d’ombre dans l’annonce originale qui laissaient les Québécois anglophones dans l’incertitude quant à ce à quoi ressemblerait exactement le nouvel ordre.

Dans un premier temps, l’annonce disait simplement que la province «ne devrait utiliser que le français dans ses communications écrites» avec les groupes impliqués, laissant la confusion. Que se passerait-il si, par exemple, une entreprise écrivait au boycott en anglais – recevrait-elle une réponse du tout? Ou recevront-ils une demande de renvoi du document en français?

Plus tard jeudi, le porte-parole Paul Jean Charest a déclaré qu’en fait, le comté lira les documents en anglais, mais ne les rédigera pas.

«Cet article couvre la correspondance écrite de l’administration», écrit-il dans un e-mail. “Il ne réglemente pas les communications que les personnes morales peuvent envoyer à la direction.”

Rien n’indiquait que la loi changerait quoi que ce soit sur la manière dont les anglophones obtiennent des services en anglais.

READ  La France cible les banques des villes marre des restrictions de Covid

Charst a également précisé plus tard jeudi qu’il n’y aurait aucun changement dans le système judiciaire et la capacité des gens à utiliser l’anglais là-bas.

Certains groupes ne savent toujours pas s’ils seront considérés comme des personnes morales aux fins de la loi – par exemple, les organisations à but non lucratif ainsi que les sociétés.

«Nous examinons les impacts potentiels de ce changement, qui semble avoir un impact sur les OBC», a déclaré Rita Legault, porte-parole du Quebec Community Groups Network, ou QCGN.

Charest n’a pas répondu à la question de savoir si des groupes communautaires ou d’autres entreprises non enregistrées pouvaient être inclus.

Un porte-parole de la Commission scolaire anglophone de Montréal a déclaré qu’il était trop tôt pour savoir exactement ce qui pourrait changer pour le conseil d’administration. Cependant, le comté a déclaré que la loi s’appliquerait certainement à tous les conseils scolaires.

Viser à inverser la tendance

La ministre responsable de la langue française, Simone Julien Barrett, a déclaré dans un communiqué que cette décision vise à inverser la tendance à long terme de glissement des employés du gouvernement vers le bilinguisme dans leur travail.

Il aurait déclaré: «L’entrée en vigueur de l’article 1 du projet de loi 104 marque la première étape de la renaissance linguistique au Québec».

«La mise à l’écart de cet article par les gouvernements précédents pendant près de 20 ans a contribué à la généralisation croissante du bilinguisme institutionnel. [that is] Non compatible avec un pays dont la seule langue officielle est le français. “

Sur papier, cette disposition du projet de loi 104 a été mise en place en 2002, et le gouvernement a écrit au sujet de sa promulgation. Il n’a tout simplement pas été adopté. Le d’Ivoire a déclaré que le nouveau changement modifie le projet de loi pour l’inclure, et il a été adopté par décret.

Le Québec a adopté sa charte linguistique pour la première fois en 1977, faisant du français la seule langue officielle. La première version de la charte indiquait aussi explicitement que le gouvernement ne communiquerait qu’en français avec les personnes morales et les autres gouvernements.

Cependant, la charte a été modifiée par la suite, cette disposition étant abrogée. Une nouvelle version, Bell 104, a été adoptée en 2002, mais cette règle n’a pas été incluse.

Julien Barrett a déclaré que le gouvernement voulait montrer l’exemple en s’en tenant strictement au français dans ses communications privées.

En 2019, un sondage a révélé que 39% des employés du gouvernement du Québec ont déclaré utiliser une langue autre que le français à certains moments lorsqu’ils communiquent avec des agences gouvernementales ou d’autres entreprises.

C’est une histoire en développement qui sera mise à jour.

correction:

Une version antérieure de cette histoire déclarait que les entreprises seraient interdites d’écrire en anglais dans le comté. Le comté a maintenant précisé que ce n’était pas le cas. CTV regrette l’erreur.