Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les États-Unis invitent Taïwan à participer à son sommet démocratique ; La Chine énervée

WASHINGTON (Reuters) – L’administration Biden a invité Taïwan à assister à un « sommet de la démocratie » le mois prochain, selon une liste de participants publiée mardi, dans un geste qui a provoqué la colère de la Chine, qui considère l’île démocratiquement gouvernée comme son territoire.

Ce rassemblement unique en son genre est un test de l’affirmation du président Joe Biden, qui a déclaré dans son premier discours de politique étrangère au pouvoir en février, qu’il ramènerait les États-Unis au leadership mondial pour affronter les puissances autoritaires dirigées par la Chine et Russie. .

Il y a 110 participants sur la liste d’invitations du département d’État pour assister à l’événement virtuel des 9 et 10 décembre, qui vise à aider à stopper le déclin démocratique et l’érosion des droits et libertés dans le monde. La liste n’inclut pas la Chine ou la Russie. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Le ministère des Affaires étrangères de Taïwan a déclaré que le gouvernement serait représenté par la ministre du Numérique Audrey Tang et Xiao Pei-Kim, l’ambassadeur de facto de Taïwan à Washington.

« Inviter notre pays à participer au ‘Sommet de la démocratie’ confirme les efforts de Taïwan pour promouvoir les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme au fil des ans », a ajouté le ministère.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré qu’il « s’opposait fermement » à l’appel.

« Les actions américaines ne font que montrer que la démocratie n’est qu’une couverture et un outil pour promouvoir ses objectifs géopolitiques, opprimer d’autres pays, diviser le monde et servir ses intérêts », a déclaré le porte-parole du ministère Zhao Lijian aux journalistes à Pékin.

READ  Projet Pegasus : Pourquoi des enquêtes comme celle-ci sont au cœur de Guardian | Journalisme d'enquête
Un homme passe au-dessus du drapeau taïwanais à Taipei, Taïwan, le 16 novembre 2021. REUTERS/Ann Wang/File Photo

L’appel à Taïwan intervient alors que la Chine a intensifié la pression sur les pays pour qu’ils réduisent ou rompent les liens avec l’île, que Pékin considère comme n’ayant aucun droit sur les pièges de l’État. Lire la suite

Taïwan autonome a déclaré que Pékin n’avait pas le droit de parler en son nom.

De fortes divergences concernant Taïwan se sont poursuivies lors d’une réunion virtuelle plus tôt ce mois-ci entre Biden et le président chinois Xi Jinping.

Alors que Biden a réitéré le soutien de longue date des États-Unis à la politique « d’une seule Chine » en vertu de laquelle ils reconnaissent officiellement Pékin au lieu de Taipei, il a également déclaré qu’il « s’oppose fermement aux efforts unilatéraux visant à changer le statu quo ou à saper la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan.  » dit la Maison Blanche.

Ceux qui cherchent l’indépendance à Taïwan et leurs partisans aux États-Unis « jouent avec le feu », a déclaré Xi, cité par l’agence de presse Xinhua.

Les groupes de défense des droits se demandent si le Sommet Biden pour la démocratie pourrait inciter les dirigeants mondiaux invités, dont certains sont accusés d’entretenir des tendances autoritaires, à prendre des mesures significatives.

La liste du département d’État montre que l’événement réunira des démocraties matures comme la France et la Suède ainsi que des pays comme les Philippines, l’Inde et la Pologne, où les militants disent que la démocratie est menacée.

En Asie, certains alliés des États-Unis comme le Japon et la Corée du Sud ont été invités, tandis que d’autres comme la Thaïlande et le Vietnam ne l’ont pas été. Parmi les absents notables figurent l’Égypte, alliée des États-Unis, et la Turquie, membre de l’OTAN. La représentation du Moyen-Orient sera minime, seuls Israël et l’Irak étant invités.

(Couvrant Humaira Pamuk). Reportage supplémentaire de Ben Blanchard à Taipei et Yu Lun Tian à Pékin. Montage par Peter Cooney, Michael Perry et Philippa Fletcher

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.