Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Macron salue le « Cher Olaf » qui cherche un terrain d’entente après Merkel

Le président Emmanuel Macron et le nouveau chancelier allemand Olaf Schulz ont minimisé les désaccords sur la réforme des règles budgétaires de l’UE et la place de l’énergie nucléaire dans le financement des investissements verts, promettant vendredi de maintenir l’axe franco-allemand fort. Le voyage de Schulz pour rencontrer Macron à Paris était la première visite à l’étranger de Schulz depuis qu’il est devenu chancelier d’Allemagne mercredi, mettant fin à 16 ans de régime conservateur sous Angela Merkel. Son alliance tripartite s’est engagée à faire avancer l’intégration européenne.

« Au cours des quatre dernières années, j’ai travaillé avec Angela Merkel sur toutes ces questions… Je sais qu’ensemble, cher Olaf, nous poursuivrons cette étroite coopération », a déclaré Macron à Schultz lors d’une conférence de presse conjointe. Le plus conservateur Schulz a déclaré avoir discuté de la manière de travailler ensemble pour rendre l’Europe plus forte.

À son arrivée à l’Élysée, Macron a été accueilli d’un coup de poing par Macron, qui l’a ensuite escorté dans les escaliers en lui tapotant le dos. Le président français a développé une relation amicale avec la prédécesseure de Schulz, Merkel, qui a brisé les traditions allemandes en soutenant l’effort conjoint sans précédent de l’Union européenne pour augmenter la dette pendant la pandémie de COVID-19.

Mais les deux sont restés en désaccord sur certaines questions clés, notamment les importations de gaz de l’Allemagne en provenance de Russie, la façon de défendre l’Europe et les relations avec d’autres grands rivaux politiques et économiques, dont la Chine. Macron veut construire de nouveaux réacteurs nucléaires en France, alors que les plans de l’Allemagne pour les éliminer sont bien établis.

READ  Ben O'Connor sera de retour sur le Tour de France en 2022

Cependant, le nouvel accord de coalition allemand ne fait aucune mention de la question, ce qui, selon Paris, laisse place à un compromis. Interrogé lors de la conférence de presse de vendredi sur les divergences entre l’Allemagne et la France quant à savoir si l’énergie nucléaire doit être classée comme durable, ce que veut la France, Schulz a évité la question.

« Il est très clair que chaque pays poursuit sa propre stratégie de lutte contre le changement climatique d’origine humaine. Ce qui nous unit, c’est que nous sommes conscients de cette responsabilité et de cette ambition », a-t-il déclaré. « L’Allemagne a décidé de miser sur le développement des énergies renouvelables. »

Alors que la France s’apprête à assumer la présidence semestrielle de l’Union européenne le 1er janvier, Macron demandera également le soutien de l’Allemagne à ses projets de refonte des règles budgétaires de l’UE. « Je suis convaincu que nous pouvons résoudre ensemble les problèmes qui nous attendent et que nous pouvons continuer à permettre la croissance que nous avons favorisée grâce au Fonds de relance (750 milliards d’euros de la pandémie de l’UE) – et en même temps, nous pouvons assurer un financement solide « , a déclaré Schulz, qui était ministre des Finances de l’Allemagne à l’époque de Merkel.

« Il est possible de réaliser les deux en même temps, ils ne sont pas opposés. Nous avons promis d’utiliser la flexibilité offerte par le pacte de stabilité et de croissance (UE) ». Les diplomates ont déclaré que l’arrivée de Schulz à la chancellerie pourrait donner à Macron une chance de jouer un rôle plus important dans les relations franco-allemandes – et au sein de l’Union européenne à 27 – après le départ de Merkel.

READ  Des documents indiquent que l'hôtesse de l'air a subi une commotion cérébrale après avoir été agressée par un passager

« Macron est assez sage pour prendre la tête de l’Europe pendant deux ans », a déclaré à Reuters un diplomate d’un petit pays de l’UE. « S’il est réélu, il utilisera le temps à bon escient pour être en tête car l’Allemagne sera le partenaire le plus faible. »

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)