Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Mission aux dimensions olympiques : Stefan Ashpool dévoile l'uniforme officiel des Jeux de Paris 2024

Mission aux dimensions olympiques : Stefan Ashpool dévoile l'uniforme officiel des Jeux de Paris 2024

Pour recevoir la newsletter Vogue Business, Inscrivez-vous ici.

«C'était un marathon», raconte Stefan Ashpool. Après près de deux ans de développement au Coq Sportif, le directeur technique parisien responsable des tenues de l'équipe de France olympique et paralympique pour les Jeux de Paris de cette année dévoile aujourd'hui ses créations.

La galerie ici ne contient qu'une petite partie de l'offre nationale d'Ashpool et du Coq Sportif. Leurs vêtements, chaussures et accessoires conviendront à environ 560 athlètes olympiques et 280 athlètes paralympiques, ainsi qu'à environ 2 400 autres entraîneurs et membres du personnel de soutien des équipes. Au total, environ 150 000 pièces seront livrées, dont 85 000 destinées à la compétition et 65 000 portées au village olympique et lors des cérémonies de podium. Côté performances, Ashpool et Le Coq Sportif ont développé des designs sur mesure pour 40 disciplines olympiques et 24 disciplines paralympiques différentes. Une sélection de pièces est également en vente au public aujourd'hui.

Environ 150 000 pièces seront livrées, dont 85 000 destinées à la compétition et 65 000 pièces seront portées au village olympique et lors des cérémonies de podium.

Photo : Pauline Scotto de Cesare

Une des fiertés d'Ashpool, qui a fondé sa marque Pigalle en 2008 en hommage à son quartier parisien, c'est que la grande majorité de ses créations olympiques sont fabriquées en France. A l'exception de quelques pièces assemblées au Maroc et au Portugal, la majorité du produit est fabriquée dans les usines du Coq Sportif à Romilly-sur-Seine. Pour la première fois dans l'histoire, le kimono de judo porté par l'équipe de France de judo sera confectionné à partir de tissu français et assemblé en France : ce qui devra être approuvé par les organisateurs japonais de la discipline.

« Nous avons eu du mal à produire localement », explique-t-il, ajoutant : « Le défi est de réaliser cela en France et aux alentours, et de pouvoir habiller et équiper des sports spécifiques allant du cyclisme à l'escrime en passant par le snowboard, les kayaks et les canoës. » C'était énorme. Je suis tellement fier que nous ayons pu y parvenir.

READ  Le géant pétrolier Shell radie jusqu'à 5 milliards de dollars d'actifs après avoir quitté la Russie