Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Nicolas Sarkozy, l’ancien président français, a été condamné à de la prison pour avoir financé une campagne électorale illégale

Le juge a dit Sarkozy Il peut purger sa peine en portant un bracelet électronique chez lui. Les treize accusés ont été reconnus coupables.

“Nicolas Sarkozy connaissait les limites des dépenses”, a déclaré le juge. « Il savait qu’il ne devrait pas passer outre.

C’est la deuxième affaire pénale de Sarkozy. En mars, il a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour corruption et abus de pouvoir. L’homme de 66 ans a fait appel de la condamnation de mars.

L’enquête criminelle sur ce qui a été surnommé “l’affaire Pygmalion” a commencé en mars 2014, constatant que la campagne de Sarkozy a dépensé plus de 54 millions de dollars pendant la campagne en utilisant des factures frauduleuses, dépassant de loin la limite de 24 millions de dollars fixée par les lois électorales françaises.

Sarkozy a mené une longue bataille juridique pour tenter d’empêcher la tenue d’un procès, mais son appel a été rejeté fin 2018 et le procès s’est ouvert le 20 mai 2021, après avoir été reporté de deux mois en raison du transfert de l’un des prévenus. avocats à l’hôpital en raison de Covid-19. .

Le plafond légal des fonds de campagne était un fait bien connu au sein de l’équipe de campagne de Sarkozy. Guillaume Lambert, directeur de campagne 2012 de Sarkozy, a déclaré dans une interview à France 2 TV plus tôt, le 7 mars 2012, ils ont reçu leur première note de leur comptable les avertissant que le coût de la campagne augmentait rapidement, et les a exhortés à « corriger le cap “. général.

READ  Pour la première fois, différents types de coronavirus brésilien et chilien ont été découverts en Israël

Lambert a déclaré qu’il avait informé Sarkozy de la note et lui avait indiqué la nécessité de réduire les dépenses de campagne, tandis que Sarkozy a souligné qu’il n’était pas au courant des dépenses supplémentaires.

Les ennuis judiciaires de Sarkozy sont loin d’être terminés alors que les procureurs français examinent les allégations de financement illégal de campagne de la Libye. L’ancien dirigeant libyen, feu Mouammar Kadhafi, aurait fourni à la campagne 2007 de Sarkozy des millions d’euros expédiés à Paris dans des valises.