Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Quel est le plan B si le gouvernement ne peut pas attirer d’investisseurs prêts à financer Sizewell C ? | Nils Pratley

UNE Une somme de 100 millions de livres sterling est une cacahuète dans le monde coûteux des centrales nucléaires, alors considérez le financement du secrétaire aux affaires Kwasi Kwarteng pour une série de travaux de développement sur Sizewell C comme une forme de publicité. L’argent est destiné à envoyer un message indiquant que le gouvernement est sérieux quant à la construction de l’usine dans le Suffolk. Et c’est un appel aux investisseurs extérieurs à se porter volontaires pour siéger aux côtés du développeur EDF, le groupe français soutenu par l’État.

Il y avait aussi une définition d’un investisseur désirable : « fonds de pension britanniques, assureurs et autres investisseurs institutionnels de pays partageant les mêmes idées ». Notez le test de nationalité. C’est la confirmation officielle la plus proche que nous ayons faite que China General Nuclear (CGN), initialement prévue pour une participation de 20 % dans Sizewell, sera lancée dans le projet. Reste à savoir comment, légalement, le gouvernement déchirera l’accord de 2015 avec la CGN signé par le gouvernement de David Cameron, mais l’intention est claire.

Il en va de même pour le mécanisme de financement prévu. Il s’agira d’un modèle de base d’actifs réglementés (RAB), une version de la formule utilisée au terminal 5 d’Heathrow et à l’égout géant Thames Tideway. Le point clé pour les investisseurs est qu’ils verront des revenus avant la construction de Sizewell, contrairement à Hinkley Point C où EDF et CGN ne gagnent leurs flux de trésorerie princiers que lorsque l’électricité commence à circuler.

Le changement réduira les coûts à vie de Sizewell de « plus de 30 milliards de livres sterling » par rapport au modèle de contrats sur différence de Hinkley, déclare le gouvernement, étant économe avec l’économie. Ce qu’il ne mentionne pas, c’est que tout dépassement de coûts (un risque réel étant donné que le nucléaire n’atteint jamais ses budgets de construction) sera répercuté sur les consommateurs, qui verront de toute façon 10 £ par an ajoutés aux factures d’énergie des ménages pendant la phase de construction. Mais, oui, Kwarteng a raison de dire que le modèle RAB est le seul à avoir une chance d’attirer de nouveaux investisseurs.

READ  La France se prépare à affronter les élections Le Pen et Macron

Et si ces institutions britanniques et partageant les mêmes idées refusent toujours de jouer? Le nucléaire représente un terrain inconnu pour la plupart d’entre eux. Que se passe-t-il si la concurrence pour investir, censée être l’autre moyen par lequel la RAB réduit les coûts de financement, ne se matérialise pas ? Quel est le plan B du gouvernement ?

La seule solution possible est que l’État investisse directement. Si tel est le cas, ne serait-il pas préférable d’effectuer un exercice d’analyse comparative dès le départ pour comparer les chiffres ? Sizewell, malheureusement, est probablement inévitable étant donné la panique actuelle sur les prix élevés du gaz et la sécurité énergétique à long terme. Mais les contribuables, de toute façon à la charge via les factures des ménages, méritent de savoir que l’étrange milliard ou trois n’est pas détourné inutilement vers des intermédiaires.

Au moment où les sommes de Sizewell deviendront énormes, la transparence sera essentielle. Le gouvernement vient de jeter 1,7 milliard de livres sterling sur Bulb, le fournisseur d’énergie en faillite, pour le maintenir sous assistance respiratoire et ce sera un miracle si tout l’argent revient en totalité. Dans ce contexte, utiliser l’argent public pour investir dans un actif énergétique productif ne semble pas une perspective si terrible.

La démission d’Agnew met en lumière la stratégie britannique de lutte contre la fraude

La démission dramatique de Theodore Agnew en tant que ministre de la lutte contre la fraude cette semaine a piqué Rishi Sunak. Donc ça devrait. « Une combinaison d’arrogance, d’indolence et d’ignorance gèle la machine gouvernementale » dans le traitement de la fraude au Covid, a déclaré le ministre sortant, qui est une lourde charge. Cue une série de tweets du chancelier mercredi sur la façon dont il n’ignore pas ou « n’efface » pas le problème.

READ  Stephen Jones : Tous les noirs sont-ils partis, mes chers pauvres ?

À un égard, on peut sympathiser avec Sunak. Au début de la pandémie, il était en effet important de fournir rapidement de l’argent aux petites entreprises. Un certain niveau de fraude était inévitable. La perfection était impossible.

La question posée par Lord Agnew, cependant, est différente. Le gouvernement chasse-t-il les fraudeurs aussi fort qu’il le pourrait? C’était également le défi lancé par le National Audit Office le mois dernier lorsqu’il a examiné le programme de prêt de rebond de 47 milliards de livres sterling, qui, selon le département des affaires, a généré 4,9 milliards de livres sterling de prêts frauduleux.

Le conseil du NAO était clair : le gouvernement devrait produire une stratégie formelle pour gérer la fraude aux prêts avec rebond ; il devrait fixer des objectifs de réussite ; il devrait rendre compte de la performance de chaque mesure de lutte contre la fraude ; il devrait évaluer les ressources régulièrement. En bref, injectez du professionnalisme et de la responsabilité dans le processus.

Les 100 millions de livres sterling qui, selon Sunak, ont été investis dans le groupe de travail sur la protection des contribuables sont-ils suffisants ? Il est difficile de dire tant que le gouvernement n’aura pas fixé d’objectifs publics sur le montant qui pourrait être récupéré. Jusque-là, le soupçon restera que les niveaux de fraude sont, comme l’a dit Agnew, « un multiple de ce qui devrait se passer ».