Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Sarkozy a été reconnu coupable par un tribunal français dans une affaire de financement de campagne

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable et condamné à un an d’assignation à résidence pour financement illégal de campagne dans le cadre de son échec de réélection en 2012.

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable et condamné à un an de prison avec assignation à résidence jeudi pour financement illégal de campagne pour sa candidature ratée à la réélection de 2012.

Le tribunal lui permettra de purger sa peine à domicile en portant un bracelet de surveillance électronique.

Sarkozy n’était pas présent au tribunal de Paris pour le prononcé de la peine. Il a été accusé d’avoir dépensé près du double de la limite légale de 22,5 millions d’euros (27,5 millions de dollars) dans une candidature à la réélection qu’il a perdue face au socialiste François Hollande.

Le tribunal a déclaré que Sarkozy “savait” que la limite légale était en jeu et a “volontairement” omis de superviser les dépenses supplémentaires. Les procureurs ont requis une peine de six mois de prison plus une peine de six mois avec sursis et une amende de 3 750 euros (4 354 $).

La décision de jeudi intervient après que Sarkozy, 66 ans, a été condamné le 1er mars pour corruption et abus d’influence dans une autre affaire. Il a été condamné à un an de prison et à deux ans avec sursis, dans ce cas, mais est libre en attendant l’appel.

READ  Analyse: le sursis de l'Espagne met en lumière les défis de la restructuration d'Airbus

Les procureurs ont fait valoir que Sarkozy était “le seul responsable du financement de sa campagne électorale” et qu’il avait choisi d’aller trop loin en organisant plusieurs rassemblements, dont des rassemblements géants.

Au cours de l’audience, Sarkozy a déclaré au tribunal que l’argent supplémentaire n’allait pas à sa campagne, mais aidait plutôt à enrichir les autres. Il a nié l’existence de toute “intention frauduleuse”. Il a également insisté sur le fait qu’il ne s’occupait pas de l’organisation au jour le jour parce qu’il avait une équipe pour le faire, donc il ne peut pas être blâmé pour le montant des dépenses.

Outre l’ancien président, 13 autres personnes étaient jugées, dont des membres de son Parti républicain conservateur, des comptables et des responsables du groupe de contact chargé d’organiser les rassemblements, Pygmalion. Ils font face à des accusations de contrefaçon, d’abus de confiance, de fraude et de complicité dans le financement illégal de campagnes.

Certains ont reconnu des actes répréhensibles et ont détaillé un système de facturation frauduleuse destiné à couvrir des dépenses excessives.

Les procureurs ont demandé pour la plupart des peines de prison avec sursis et jusqu’à un an de prison pour le fondateur de Bygmalion.

READ  L'Australie considère l'option sous-marine allemande tendue avec la société française

Sarkozy s’est retiré de la politique active en 2017, mais il joue toujours un rôle dans les coulisses. Les médias français ont rapporté qu’il participait au processus de sélection d’un candidat conservateur avant les élections présidentielles françaises de l’année prochaine.