Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Un vaisseau spatial de la NASA survole directement l’explosion du soleil et capture des images

Un vaisseau spatial de la NASA survole directement l’explosion du soleil et capture des images

Un vaisseau spatial bien fortifié de la NASA a survolé et a survécu à une énorme explosion solaire.

Les scientifiques ont récemment publié des images rares de cet événement solaire, appelé éjection de masse coronale, ou CME, une éruption d’une masse de gaz extrêmement chaud (plasma). « C’est comme ramasser un morceau de soleil et le jeter dans l’espace », a déclaré Mark Misch, scientifique au Centre de prévision météorologique spatiale de la National Oceanic and Atmospheric Administration, à Mashable plus tôt cette année.

Cette éjection de masse coronale s’est produite en septembre 2022 et a été « l’une des éjections de masse coronale (CME) les plus puissantes jamais enregistrées ». La NASA a expliqué. Heureusement, la Parker Solar Probe de l’agence spatiale est équipée d’une sonde puissante Bouclier thermiqueIl a été conçu pour résister à des sursauts de radiations aussi intenses. Cette sonde pionnière étudie de près le comportement du Soleil.

Voir également:

Des éruptions solaires jaillissent dans l’espace. Comment saurez-vous s’il y a un problème ?

Voici ce que vous voyez dans les images publiées par le laboratoire de physique appliquée de l’université Johns Hopkins, un collaborateur scientifique de la sonde solaire :

  • Le soleil réel n’est pas visible sur la photo, mais la position de notre étoile est affichée à gauche de l’écran.

  • Après 14 secondes, l’éjection coronale devient visible, projetée de gauche à droite. Puis, Boum.

  • La sonde traverse ensuite l’éruption et ressort à la fin de la vidéo.

Ce n’était pas une affaire facile. « Au total, Parker a passé près de deux jours à observer l’éjection coronale, devenant ainsi le premier vaisseau spatial à survoler une puissante éruption solaire près du Soleil », a expliqué le laboratoire Johns Hopkins.

READ  Un terme mathématique étrange qui change toute notre vision des trous noirs

Les scientifiques utilisent les observations de la sonde solaire Parker ainsi que d’autres engins spatiaux et télescopes pour comprendre le comportement des CME potentiellement destructeurs et d’autres types de conditions météorologiques spatiales, telles que les éruptions solaires (éclats d’énergie provenant de la surface du Soleil). Un CME, par exemple, « peut mettre en danger les satellites, perturber les technologies de communication et de navigation, et même détruire les réseaux électriques sur Terre », explique la NASA. Célèbre, un puissant CME en 1989 a coupé l’électricité à des millions de personnes au Québec, au Canada. Le CME a heurté le champ magnétique terrestre le 12 mars de la même année, et par la suite, a écrit l’astronome de la NASA Sten Odenwald« Après 2 h 44 du matin le 13 mars, de faibles courants ont été détectés dans le réseau électrique du Québec. En moins de deux minutes, l’ensemble du réseau électrique du Québec a perdu le courant. Au cours de la panne de courant de 12 heures qui a suivi, des millions de personnes se sont retrouvées sans électricité et ont soudainement découvert se retrouvent dans des immeubles de bureaux sombres, des tunnels souterrains pour piétons et des ascenseurs en panne.

Le CME a été éjecté de la surface du Soleil le 27 février 2000.
Crédit : SOHO ESA/NASA

Vous voulez plus de science ? Les actualités technologiques sont-elles livrées directement dans votre boîte de réception ? Inscrivez-vous à la newsletter Light Speed ​​​​de Mashable aujourd’hui.

Dans les années à venir, les observations de la sonde solaire Parker pourraient aider les chercheurs à mieux prédire où une puissante émission du Soleil pourrait atteindre la Terre, permettant ainsi à tout pays ou région de mieux se préparer (par exemple, en fermant temporairement le réseau électrique).

READ  Le bilinguisme peut protéger contre les problèmes cérébraux associés au vieillissement

Pour l’instant, la mission continue : en 2024, le vaisseau spatial blindé entrera en collision avec la Terre Un énorme 430 000 miles par heure Parce qu’il se trouve à moins de 3,9 millions de kilomètres du soleil.