Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Une entreprise de cybersécurité affirme que l’attaque de ransomware serait liée à un groupe lié à la Russie qui frappe des centaines d’entreprises

une organisation de cybercriminalité Il a des liens avec la Russie qui aurait lancé une attaque massive de ransomware impliquant des centaines d’entreprises, selon une entreprise de cybersécurité.

L’attaque en cours a touché plus de 200 entreprises jusqu’à présent, a déclaré vendredi soir la société de cybersécurité Huntress Labs à FOX Business.

Les pirates ont ciblé des fournisseurs de services d’assistance de confiance dans l’espoir d’infiltrer les réseaux des clients.

Huntress a déclaré à FOX Business qu’elle avait trois partenaires concernés, avec près de 200 sociétés clientes de crypto.

“Nous avons été informés pour la première fois à 00 h 35 HE aujourd’hui, et il s’agissait d’un développement complet de la réponse et de la sensibilisation de la communauté”, a déclaré John Hammond, chercheur en chef en sécurité chez Huntress, dans un communiqué.

LINKEDIN vérifie les données divulguées sur le site Web

Huntress croit “fermement” que REvil/Sodinikibi a dirigé l’attaque du ransomware. REvil est le groupe qui a été nommé responsable d’une autre attaque massive contre les infrastructures critiques des États-Unis plus tôt cette année.

Le piratage a été signalé pour la première fois par Actualités Bloomberg vendredi.

Démarrez votre entreprise FOX en cliquant ici

Deux attaques majeures de ransomware ont temporairement interrompu les opérations du plus grand fournisseur de viande au monde JBS et Colonial Pipeline plus tôt cette année. Les deux attaques auraient été perpétrées par des groupes ayant des liens avec la Russie.

READ  La Securities and Exchange Commission poursuit les promoteurs de crypto-monnaie pour un accord de 2 milliards de dollars

Le président Biden a déclaré avoir parlé de cyberattaques lors de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine le mois dernier et a décrit certaines infrastructures critiques qui devraient être interdites.