Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le vainqueur du top 14 français accusé d’avoir abusé d’un autre joueur à des fins raciales révèle qu’il a reçu des menaces de mort

Un vainqueur du top 14 français a été giflé par un colocataire 26 semaines d’interdiction du racisme plus tôt cette année Il affirme avoir reçu des menaces de mort.

Dans une interview avec Rugbyram, Ludovic Radosavljevic s’exprime pour la première fois après l’incident, décrivant ce qui s’est passé le jour où il a joué contre les Nevers, qui l’ont licencié.

L’ancien demi de mêlée de Clermont Radosavaljevic a été accusé d’avoir dit : « Mangeur de bananes, je vais te brûler » lors de l’affrontement Pro T2.

Compte tenu de sa version des événements, Radosavljevic a admis avoir utilisé un langage raciste après que les deux se soient affrontés en première mi-temps.

« Quand je reviens aux vestiaires, Chris Ambadiang se tient à deux ou trois mètres devant moi et je l’entends toujours appeler pour que la vidéo soit diffusée par l’arbitre », a déclaré Radosavaljevic.

« Là, je lui ai dit : ‘Mangeur de banane, je vais te frapper, tu verras la différence.’ Il ne m’a pas écouté, mais Never Hooker Janick Darid a dit: « Oh, c’est raciste ».

« Je lui ai répondu : ‘Ferme ta gueule, je vais te brûler.’ C’est comme ça que ça s’est passé.

« Je n’ai jamais vu Christian Ambatiyang dire : ‘Le mangeur de bananes va te brûler’. Je n’ai pas diminué ce que j’ai dit. Non.

« Ces mots ne reflètent en aucun cas ma personnalité. Je suis désolé, j’ai fait une erreur, j’ai payé pour ça. »

Radosavaljevic a accusé les soldats internationaux français actuels de l’avoir pris pour cible dans le cadre de l’incident.

Il a affirmé que ses aveux avaient été obtenus sous la torture et que ses aveux avaient été obtenus sous la torture.

READ  Combats entre mineurs dans le parc tôt samedi matin à Kings Island, parking

« Quand je suis allé devant la commission de discipline, mon club m’a dit de faire un dossier et ça m’a obligé à demander des témoins pour dire qui je suis vraiment », a-t-il déclaré.

« D’anciens associés de Clermont, avec qui j’ai beaucoup partagé, ont été invités à témoigner que je ne suis pas raciste et qu’ils ne m’ont jamais entendu dire ça. Beaucoup m’ont fermé la porte.

«Je me souviens même avoir entendu un joueur de la castre avec qui j’avais bien l’habitude de jouer. « D’accord, je le ferai dans la soirée. »

« Le lendemain, comme le mail n’arrivait pas, je l’ai rappelé. Il a changé d’avis. Mais j’ai reçu des menaces de mort et des menaces de joueurs de l’équipe de France. »